Les pigeonniers
.
De nombreux pigeonniers se rencontrent dans les villages de la Limagne et sur les pentes alentours. Saint-Sandoux n'échappe pas à cette règle. Autrefois apanage des seigneurs hauts justiciers, les pigeonniers se démocratisèrent peu à peu et les gros propriétaires terriens, suivant les régions, purent en édifier avec souvent la condition de ne pas leur donner l'allure de tours féodales. Après la Révolution, plus aucun obstacle ne s'opposa à leur construction et nombre d'entre eux s'élevèrent comme de fiers symboles de la puissance et de la richesse de leur propriétaire. Ils offraient à ces derniers des moyens d'augmenter leurs ressources en volailles à peu de frais, les pigeons se nourrissant en grande partie dans la nature et sur les champs d'autrui. Les déjections fournissaient également un engrais apprécié ainsi qu'un remède efficace contre certaines maladies des pommiers. 

Pendant la première moitié du 20ème siècle, la tour médiévale de Saint-Sandoux, sur les Forts, fut convertie en pigeonnier par ses propriétaires, habitants du village voisin de Saint-Saturnin, comme l'attestent les trous aménagés pour le passage des volatiles.
. 

Le pigeonnier de La Garde (printemps 2008)
 
 
Le pigeonnier de La Garde (automne 2009) Le pigeonnier de l'huilerie (été 2009)
Un pigeonnier aménagé à l'intérieur du village (été 2009)  Le pigeonnier du château de Travers (automne 2009)


Aller à:              Récit historique          Page précédente         Page suivante          Sommaire

Naviguez sur l'ensemble du site de Jean Dif:
Accueil    Logiciels    Textes     Images     Musique