Chronologie de l'histoire de la Chine (suite)
 .
A partir de l'année 2007... 

2007- La Chine entre dans le club très fermé des puissances (États-Unis et Russie) possédant une arme capable de détruire les satellites (Le Monde - janvier). 

Les artistes chinois contemporains rivalisent avec ceux des pays occidentaux sur le marché de l'art international. Ils se vendent aux enchères à des prix très élevés chez Sotheby et Christie (New York Times - janvier). 

Mars - Voici quelques extraits de la presse chinoise relevés lors d'un voyage effectué en février-mars 2007. Ils donnent une idée des difficultés que la société chinoise actuelle doit affronter. 

Un projet de loi est en cours d'étude pour abolir le laogai. Ce système de rééducation par le travail, adopté en 1957, permettait de condamner des délinquants, ou des contre-révolutionnaires, à des peines relativement lourdes, sans possibilité d'appel avant exécution de la sentence, pour des délits mineurs. Cette disposition de code pénal chinois n'est plus compatible avec la constitution ni avec les traités protégeant les droits de l'homme signés par la Chine (China Daily - 1 mars). 

Un haut dirigeant chinois exprime l'opinion que les religions ont un rôle à jouer dans la construction d'une société harmonieuse. Près du tiers de la population chinoise pratiquerait une religion (China Daily - 5 mars). 

Près de 200 millions de travailleurs migrants rencontrent les plus grandes difficultés pour se faire payer leur dû par les employeurs au moment de retourner dans leur village. Les autorités envisagent de prendre des mesures sévères à l'encontre des patrons indélicats (China Daily - 5 mars). 

Un Chinois, condamné pour s'être moqué d'un fonctionnaire municipal dans un poème, a été relaxé après une vigoureuse campagne de dénonciation de cette atteinte à la liberté d'expression, notamment via Internet (China Daily - 5 mars).  

Les principaux objectifs économiques suivants viennent d'être retenus par les pouvoirs publics: 1°)- Ramener le taux de croissance à 8% (contre plus de 10% au cours des années passées) afin de réduire la consommation d'énergie et lutter contre la pollution. 2°)- Modifier l'équilibre entre exportations et importations en privilégiant le développement de la consommation intérieure. 3°)- Améliorer le mécanisme de change de la monnaie chinoise. 4°)- Limiter à 4,6% le taux de chômage urbain tout en maintenant le taux d'inflation sous 3%. 5°)- Augmenter de plus de 15% le budget destiné au régions rurales... (China Daily - 6 mars). 

Conscient des réclamations qui émanent de la population, le gouvernement a dressé une liste des problèmes sociaux rencontrés et des solutions proposées pour les résoudre: hausse des crédits pour promouvoir le plein emploi; amélioration du système de sécurité social et extension de la couverture à ceux qui en sont dépourvus (seulement 1% de la population serait actuellement complètement couverte), le système est spécialement déficient dans les campagnes, mais, même dans les villes, il est loin d'être satisfaisant; accroissement de la protection sanitaire, notamment au plan de la sécurité alimentaire; lutte contre la corruption (il s'agit d'un thème récurrent de la presse chinoise); lancement d'un plan pour moderniser le système d'éducation secondaire; réforme du système de soins afin que tous les Chinois puissent disposer d'un médecin de proximité et soient en mesure de le payer (actuellement près de la moitié des Chinois sont dans l'incapacité de se soigner); réduire les disparités de revenus (les 10% de la population les plus riches possèdent 40% de la richesse alors que les 10% les plus pauvres en possèdent moins de 2%); lutter contre la pollution en interrompant le fonctionnement des unités de production chimique les plus polluantes et en réduisant la consommation d'énergie (70% des lacs et rivières chinoises seraient pollués et 300 millions de personnes n'auraient pas accès à l'eau potable) (China Daily - 6 mars). 

Un différend entre un employé d'une compagnie d'autobus et un lycéen, concernant le prix à payer pour le transport des bagages, a dégénéré en émeute au Hunan. Des milliers de manifestants ont brûlé des bus et des voitures de police; les policiers sont intervenus sans ménagement pour rétablir l'ordre. Cet événement survient dans un contexte marqué par une forte hausse du prix des transports qui a indisposé la population rurale (Le Monde - 15 mars). 

Le ministère de la terre et des ressources de Pékin à dénombré plus de 130000 cas d'expropriations illégales des terres par les gouvernements locaux en 2006 (+17,3% par rapport à 2005), selon la presse officielle chinoise (Le Monde - 22 mars). 

En 2010, Dongtan, la première ville écologique du monde verra le jour en Chine. Elle sera autosuffisante en eau et en énergie, sera la ville la plus aérée du globe, avec un taux de pollution nul. Elle sera construite dans le delta du Yang Tsé Kiang, dans une zone marécageuse assainie, autour du thème de l'eau (Le Point - 22 mars). 

Un regain de nationalisme économique serait perceptible en Chine. Ce pays n'aurait plus besoin autant qu'avant des investisseurs étrangers dont le comportement serait de nature à mettre en péril la stabilité sociale en cas de difficultés économiques. Pékin souhaite éviter que les leviers de commande passent en des mains étrangères et tient à conserver l'indépendance de son développement (Le Monde - 28 mars). 

Dans la perspective des futurs Jeux olympiques, des efforts vont être entrepris pour dépolluer la capitale chinoise et modifier le comportement de ses habitants; ces derniers sont invités à ne plus cracher par terre. La perspective du passage par l'Everest de la flamme olympique n'est pas du goût des défenseurs de l'environnement qui s'inquiètent des risques pour l'écosystème de la venue d'équipes d'alpinistes et de télévision sur le Toit du Monde. Le Quotidien de la Jeunesse de Chine, organe des jeunesses communistes milite pour la tenue de "jeux écologiques" (Le Monde - 28 mars). 

Le 23 mars est décédé le dernier fils connu de Mao Tsé Toung, Mao Anqing. Son frère aîné, Mao Anying, avait été tué pendant la guerre de Corée. Leur mère, Yang Kaihui, avait été arrêtée en 1930, à Changsha (Hunan) par le général nationaliste qui dirigeait la province du Hunan; ce général la fit exécuter, dans des conditions atroces, en représailles à une tentative des troupes communistes pour s'emparer de la ville (Le Monde - 28 mars). 

Avril - La résistance d'un couple d'expulsés, à Chongqing, a eu raison de la rapacité d'un promoteur. Le tribunal vient de condamner ce dernier à reloger les expulsés et à leur verser une confortable indemnité, après une vigoureuse campagne des médias (Le Monde - 4 avril). 

Avec le retour du printemps, les Pékinois recommencent à souffrir d'allergies à cause du pollen des peupliers et saules femelles. La ville a lancé une opération de remplacement de ces arbres par des pins et des cyprès, pour le confort des habitants et l'amélioration de l'environnement (Le Monde - 20 avril). 

Mai - Les autorités chinoises s'inquiètent d'un regain de la natalité. La hausse du niveau de vie rend les pénalités de moins en moins dissuasives pour les couches aisées de la population. Dans les campagnes, la possibilité offerte aux familles pauvres d'avoir deux enfants sans pénalité, lorsque le premier est une fille, tend à favoriser les naissances multiples. Enfin, les restrictions imposées ne sont pas sans effet pervers: bien des femmes accouchent clandestinement afin que leur nouveau né ne soit pas déclaré et les accidents sont fréquents (Le Monde - 10 mai). 

Les "accrocs" aux jeux vidéos, nombreux parmi la jeunesse dorée chinoise, souffrent de troubles psychologiques graves et finissent par s'identifier aux personnages qu'ils combattent sur les écrans. Ils sont désintoxiqués dans d'anciens établissements militaires où on leur enseigne la discipline, la pratique des sports, du combat et des arts martiaux (Le Monde - 22 mai). 

Les ministres des finances du G8 s'inquiètent des prêts consentis par la Chine aux pays d'Afrique apparemment sans contrôler à quoi servira cette manne abondante. Les Chinois répondent qu'ils n'ont pas de leçon à recevoir des pays occidentaux qui n'ont pas tenu leurs promesses en matière d'aide au développement (Le Monde - 22 mai). 

La Chine achète 10% de Blackstone, le plus gros fonds d'investissement américain pour diversifier ses placements investis pour le moment essentiellement en bons du Trésor américains. On a calculé que, grâce aux importants surplus de sa balance des paiements, elle pourrait racheter les trois plus importantes capitalisations boursières des États-Unis. Verra-t-on un jour le capitalisme américain nationalisé par la Chine? (Le Monde - 23 mai). 

Des révoltes paysannes ont agité le sud de la Chine, les 18 et 19 mai dernier. Des milliers de paysans contestaient la limitation des naissances qui leur est imposée par le pouvoir central: un enfant par foyer si c'est un garçon et deux si le premier né est une fille. Les amendes, non dissuasives pour les gens aisés des villes, sont très lourdes pour les pauvres des campagnes (Le Monde - 23 mai). 

Un tueur en série, Son Tiantang, vient de donner un entretien aux Nouvelles de Pékin. Il a étranglé de nombreuses jeunes femmes pour procurer des épouses post mortem aux familles des célibataires mâles décédés. D'abord, il déterrait des cadavres féminins inhumés dans les cimetières. La somme qu'il recevait en paiement dépendait alors de l'état de fraîcheur du cadavre; un vieux cadavre pouvait rapporter 900 yuans alors qu'un cadavre récent montait jusqu'à 6000 yuans! L'idée lui vint donc de fournir de la chair fraîche à ses clients; il choisissait des étrangères sans attaches dans la région, pour minimiser les risques; il les étranglait avec précaution, afin que le corps porte le minimum de traces; puis il les habillait de rouge, pour leur souhaiter bonne chance dans l'au-delà, et aussi afin qu'elles ne viennent pas le hanter. Son commerce nécessitait la complicité de plusieurs intermédiaires qui ignoraient, ou feignaient d'ignorer, où et comment leur fournisseur se pourvoyait en marchandises. La coutume d'offrir une compagne dans la tombe d'un célibataire remonte à l'époque des Ming; elle serait encore pratiquée au Shanxi, au Shaanxi, au Hebei et au Henan; une cérémonie de mariage est organisée entre les deux morts (Le Monde - 23 mai). 

D'après un article du China Daily, les suicides de paysannes seraient exagérément nombreux. Si, dans les villes, les femmes ont bénéficié de l'émancipation, il n'en irait pas de même pour leurs concitoyennes de la campagne; celles-ci, harassées par le dur labeur des champs, faiblement scolarisées, méprisées par un environnement encore arriéré et largement dominé par le patriarcat traditionnel, parfois battues par leur conjoint, ne verraient souvent d'autre issue que la mort en absorbant des pesticides. Ce phénomène n'est pas nouveau mais son ampleur semble inquiéter les autorités. 

Au journal télévisé de 20 heures, sur la 2, on nous a montré des animaux vivants (vache et poulets) servis aux tigres d'un zoo, pour leur repas. Les images étaient d'autant plus choquantes que des touristes étaient sur les lieux pour profiter d'un spectacle qui faisait penser aux jeux du cirque romain. Mais la vision des brebis égorgées par un ours dans les Pyrénées ou par des loups dans les Alpes, n'est pas moins révoltante. En Chine, les hommes livrent aux fauves leur proie, chez nous ils amènent les prédateurs à leurs victimes (23 mai)! 

Même si tout n'est pas encore parfait, la situation des croyants s'est améliorée en Chine. Les catholiques sont toujours divisés en officiels et en clandestins; les premiers ont rallié le régime, même si ce n'est parfois que du bout des lèvres; les seconds restent fidèles à Rome; les pasteurs officiels sont nommés par les pouvoirs publics, les pasteurs officieux par le pape, les seconds exercent leur sacerdoce dans une demi clandestinité, avec la bienveillance des autorités locales; le pape reconnaît toutefois certaines nominations officielles. Ce schéma rappelle celui que connut la France sous la Révolution. Il y aurait 14 millions de catholiques en Chine. Les chiffres officiels des croyants, toutes religions confondues, (100 millions) seraient très inférieurs à la réalité; lors de mon dernier voyage en Chine, une haute personnalité du régime parlait du tiers de la population (environ 400 millions); à partir d'un récent sondage, l'Université de Shanghai les évaluait à 300 millions (Le Monde - 24 mai). 

Les émissions de gaz à effet de serre augmentent plus rapidement que prévu en Chine. Ce pays serait en passe de rattraper les États-Unis. Mais il convient de rappeler que la Chine est plus de quatre fois plus peuplée que les États-Unis! N'empêche, malgré la volonté affichée du gouvernement de réduire les pollutions, la Chine ne semble pas plus en mesure de les contrôler que de freiner sa croissance économique. Cette dernière, nécessaire à l'amélioration des conditions de vie de la population, est très gourmande en énergie et, malgré les efforts consentis pour promouvoir les énergies renouvelables (énergies solaire, éolienne et hydroélectrique), il est encore trop souvent fait appel au charbon. Pendant ce temps, les glaciers de l'Himalaya fondent, des lacs se forment à leur pied et l'alimentation en eau des grands fleuves d'Asie est menacée (Le Monde - 25 mai). Il est vrai que l'Inde, où les gavials sont en voie de disparition dans les rivières, par suite de la pollution, ne semble pas mieux lotie. 

La proportion d'urbains, dans la population chinoise, était de 11% en 1949, de 29% en 1995 et elle est aujourd'hui de 45%. L'urbanisation s'est accélérée ces dernières années; le pays compte 20 millions de nouveaux urbains chaque année. Loger un tel afflux de ruraux déracinés ne va pas sans poser de nombreux problèmes auxquels la Chine fait face avec plus ou moins de bonheur. En 2010, la moitié de la population devrait vivre en ville et la proportion pourrait continuer de croître jusqu'à 55% en 2020 et 70% en 2050. Les 660 villes chinoises les plus importantes rassemblent quatre méga-cités (Pékin, Shanghai, Tianjin, Chongqing), 283 villes de niveau préfectoral et 374 villes de niveau cantonal, sans compter les milliers de bourgades (Le Monde - 28 mai). 

Les États-Unis s'inquiètent de la montée en puissance de l'armée chinoise qui sera bientôt la seule à pouvoir leur tenir tête. Cette inquiétude est probablement destinée à justifier les crédits du Pentagone, comme ce fut le cas autrefois en surestimant la puissance militaire de l'Union soviétique. Le renforcement des capacités chinoises de défense s'explique aisément ce pays n'étant pas en mesure jusqu'à maintenant d'assurer la sécurité de ses approvisionnements en énergie (Le Monde - 28 mai). 

La démolition controversée des maisons de Dongsi Batiao, une ancienne ruelle truffée de siheyuans (cours traditionnelles carrées à quatre côtés) du centre-ville de Pékin, a été suspendue indéfiniment. Dongsi Batiao, qui signifie littéralement le 8ème hutong de l'aire Dongsi, a été construit il y a 700 ans lors de la Dynastie Mongole (1271-1368). Il a été classé parmi les 25 sites historiques protégés de la capitale et sa démolition était contestée par des historiens et des habitants; mais d'autres habitants sont pressés de quitter cet endroit insalubre à condition de recevoir une indemnité suffisante (Le Quotidien du Peuple - 29 mai). 

L'ancien chef de l'Agence chinoise des médicaments, à la retraite depuis 2005, vient d'être condamné à mort pour corruption. Il avait autorisé la mise sur le marché de produits frelatés. Des milliers de médicaments ainsi autorisés ont permis aux secteurs pharmaceutique et médical de prospérer au détriment de la santé des patients. Les dépenses de santé ont augmenté en flèche, situation d'autant plus grave que la couverture sociale est faible ou inexistante pour la majorité de la population (Le Monde - 31 mai). 

Juin - Une manifestation écologiste contre l'installation d'un complexe pétrochimique a eu lieu, le 1er juin, dans la ville portuaire de Xiamen (Fujian). La mobilisation doit beaucoup à la diffusion d'un appel à la résistance sur Internet. Le vice-maire a affirmé que le projet était temporairement suspendu (Le Monde - 5 juin). 

La Chine n'autorisera l'ouverture d'aucun nouveau café Internet cette année pendant que les régulateurs mettent en oeuvre une politique d'inspection dans toute cette industrie, suite à l'inquiétude officielle suscitée par les contenus Internet néfastes pour les jeunes. Le président Hu Jintao ayant ordonné aux autorités chinoises d'assainir la "culture Internet", le gouvernement a lancé une campagne de répression en avril sur la pornographie en ligne. La Chine possède la seconde plus grande population d'internautes au monde, avec 137 millions de personnes en ligne, et devrait rafler la première place aux États-Unis dans les deux prochaines années. Le gouvernement essaie de bloquer l'accès aux contenus Internet considérés comme obscènes ou subversifs (Le Quotidien du Peuple - 5 juin). 

Ma Kai, le directeur de la Commission nationale du développement et de la réforme, a estimé lundi 4 juin à Pékin que les pays développés avaient la responsabilité indéniable des changements climatiques, et que la limitation de ces changements était un de leurs principaux devoirs. Sur les cinquante dernières années, les émissions de gaz à effet de serre des pays avancés représentent 77% du volume mondial total. Lors d'une conférence de presse tenue par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat, Ma Kai a ainsi estimé qu'il n'était pas raisonnable d'inviter les pays en voie de développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre au même titre que les pays développés: cela restreindrait le développement de ces pays et les empêcherait de lutter contre la pauvreté. Le président chinois Hu Jintao présentera les propositions de la Chine sur le changement climatique lors de la prochaine session du sommet du G8 qui se tiendra en Allemagne du 6 au 8 juin. La Chine vient de publier un plan national destiné à lutter contre la pollution; les mesures envisagées devraient réduire de 1% les émissions de bioxyde de carbone d'ici 2010 en fermant des centrales au charbon (Le Quotidien du Peuple - 5 juin). 

Les autorités, qui redoutent une nouvelle inflation de la population (voir ci-dessus), ont renforcé le contrôle des naissances et les pénalités fiscales prévues en cas de non respect de la loi. Ces mesures n'ont pas toujours été appliquées avec le doigté nécessaire; en outre, les amendes sont excessives pour une population campagnarde au niveau de vie encore très bas. Elles ont causé de violentes manifestation dans la province du Guangxi, au sud du pays, où des bâtiments officiels, notamment ceux du planning familial, ont été attaqués (Le Monde - 6 juin). 

Les attaques contre les marques étrangères se multiplient en Chine. Sans doute faut-il y voir la conséquence d'une certaine exaspération contre les donneurs de leçons étrangers; probablement, la stratégie de défense des firmes chinoises, en conflit avec leurs concurrentes ou leurs partenaires occidentales, n'est-elle pas pas non plus étrangère à ce phénomène. Mais surtout les consommateurs chinois sont devenus plus exigeants à l'égard de produits présentés comme haut de gamme, vendus plus chers que les produits nationaux; partant, ils sont de plus en plus enclins à exiger de ces produits une qualité irréprochable. Les litiges sont facilités par le fait que les normes chinoises sont souvent différentes de celles en vigueur sur le marché international ou sur le marché d'origine des produits contestés (Le Monde - 7 juin). 

La police chinoise délivre trente-et-un ouvriers d'une briqueterie de la province du Shanxi. Ces derniers, réduits en esclavage par leur patron, étaient astreints à vingt-et-une heures de travail par jour, couchaient sur de la paille étendue sur le sol, dans un local fermé à clé, étaient nourris de pain et d'eau, devaient prendre leur repas en moins d'un quart d'heure, sous peine d'être frappés de coups de bâton et n'avaient jamais la possibilité de se laver. Le propriétaire de la briqueterie, fils du secrétaire local du Parti communiste, a été arrêté et son père mis en examen. D'après les journaux chinois, notamment le quotidien Les Nouvelles de Pékin, il ne s'agirait malheureusement pas d'un cas isolé (Le Monde - 12 juin). 

Les importations européennes de produits chinois ont doublé entre 2002 et 2006 pour atteindre 192 milliards d'euros. Le déficit commercial de l'Europe avec la Chine s'est creusé à 128 milliards d'euros. Les perspectives de développement laissent présager un nouveau gonflement de l'excédent commercial chinois qui pourrait cette année s'élever à 300 milliards de dollars pour l'ensemble du monde. Il semble que la volonté affichée des autorités chinoises de freiner la croissance économique et de la réorienter vers la satisfaction des besoins intérieurs n'ait pour le moment guère porté ses fruits (Le Monde - 13 juin). 

Fauchon ouvre un magasin de produits de luxe à Pékin. Un second devrait bientôt voir le jour à Shanghai (La Montagne - 16 juin). 

Si la Chine possède la première armée du monde en termes d'effectifs (3,8 millions d'hommes) devant l'Inde (2,6 millions), les États-Unis (1,5 millions) et la Russie (1,4 millions), elle est loin d'être une puissance consacrant une grande partie de ses ressources à la défense, même après les augmentations de son budget militaire survenues début 2007. Que le classement soit effectué sur les dépenses militaires par habitant comme en pourcentage du produit intérieur brut, elle ne figure pas parmi les dix premiers pays. Par habitant, le Qatar est en tête, suivi des États-Unis, puis d'Israël; la France est 7ème. En pourcentage du PIB, c'est Oman qui se distingue, puis l'Arabie saoudite et Israël; les États-Unis ne viennent qu'au 7ème rang, la Russie au 8ème et la France au 10ème (Le Monde - 20 juin). 

Le ministère des Finances chinois baisse ou supprime les avantages fiscaux accordés aux exportateurs afin de freiner la croissance de l'excédent commercial (Le Monde - 22 juin). 

La Chine ne produira pas de biocarburant à partir de produits alimentaires. Elle redoute qu'une telle orientation n'entraîne une augmentation des prix de ces produits qui est déjà perceptible sur le marché mondial (China Daily - 22 juin). 

D'après Greenpeace, des entreprises occidentales et japonaises vendent sur le marché chinois des produits contenant des substances génétiquement modifiées sans que les consommateurs ne soient informés par un étiquetage approprié. Cette pratique, qui s'oppose à celle qui est appliquée dans leurs pays d'origine, est choquante, mais elle n'est pas illégale. En effet, les interdictions en matières d'OGM édictées par la législation chinoise portent sur une liste limitative de produits alimentaires et laissent donc la porte ouverte à de nombreux abus. Les autorités réfléchissent à un renforcement des contrôles (Le Quotidien du Peuple - 22 juin). 

La Chine est devenue le premier transformateur de charbon en pétrole au monde (Le Quotidien du Peuple - 22 juin). 

A l'occasion de la récente escale du bâtiment de commandement et de ravitaillement de la Marine française VAR à Hong-Kong, le ministère de la Défense a déclaré vouloir renforcer sa coopération avec son équivalent chinois. L'amiral commandant des forces françaises dans l'océan Indien, Jacques Launay s'est notamment entretenu avec ses homologues chinois sur le thème de projets d'exercices navals conjoints d'une ampleur inédite (Réseau Voltaire - 26 juin). 

L'Afrique est-elle devenue la "nouvelle frontière" de la Chine. Au Nigeria, les Chinois ouvrent de nouvelles usines sous le regard stupéfait des autochtones qui ferment les leurs? Comment font-ils? Il n'y a rien de miraculeux, tout est dans le pragmatisme. Alors que l'ambassade de France, pour ne citer qu'elle, impose aux Nigérians, même fortunés, un humiliant délai d'attente pour la délivrance d'un visa, dans celle de Chine, il l'obtiennent rapidement et sur un plateau d'argent! Les industriels chinois, qui reprennent des usines en difficultés, remplacent les machines par un équipement plus moderne et moins coûteux importé de leur pays. Ils savent saisir toutes les opportunités et ne se cantonnent pas à un seul métier s'ils peuvent le compléter par un autre. Désireux de retourner plus tard dans leur pays, ils se comportent en colons de passage, évitent tout prosélytisme culturel ou politique tout en s'efforçant de se trouver toujours dans le camp de ceux qui tiennent le pouvoir. Leur gouvernement leur apporte toute l'aide nécessaire, tant au moment de leur expatriation qu'au moment de leur retour. Le nombre de Chinois installé a justifié l'ouverture d'une ligne d'aviation Pékin-Lagos fin 2006; son taux de remplissage (60%) est d'ores et déjà satisfaisant et une liaison Canton-Lagos viendra bientôt la doubler (Le Monde - 30 juin). 

Juillet - La société américaine Chrysler va commercialiser aux États-Unis une petite voiture fabriquée en Chine (Le Monde - 5 juillet). 

La Chine devancerait désormais les États-Unis comme premier émetteur de bioxyde de carbone de la planète. Selon un récent rapport de la Banque mondiale et de l'Agence chinoise de l'environnement, la pollution causerait 750000 décès prématurés par an; soixante pour cent des cours d'eau chinois souffriraient d'une pollution de niveau 4 sur une échelle de 1 à 5; à Wuxi, le troisième plus grand lac du pays serait dans un état critique. Autant de catastrophes écologiques, conséquences de la croissance économique, qui incitent Pékin à programmer des investissements massifs dans les technologies environnementales; les industries chinoises pourraient bientôt devenir exportatrices sur ce marché en expansion (Le Monde - 10 juillet). 

Ces pages alarmantes publiées par le quotidien du soir français appellent plusieurs remarques de bon sens. Comparer en valeur absolue le niveau de la pollution en Chine et aux États-Unis est trompeur dans la mesure où la population chinoise est plus de quatre fois supérieure à la population américaine; par tête d'habitant, la pollution chinoise reste très inférieure à la pollution américaine et même à celle de l'Europe. On ne peut évidemment pas exiger de pays comme la Chine ou l'Inde qu'ils polluent moins que la Principauté de Monaco! Par ailleurs, si les rivières et les lacs chinois sont pollués, ils ne sont hélas pas les seuls à l'être à travers le monde. L'industrialisation des pays émergents se traduira inévitablement par un surcroît de pollution, là est le véritable problème. Les pays anciennement industrialisés ne peuvent décemment pas interdire à ceux qui accusent un retard sur ce plan de rattraper celui-ci sous prétexte de défense de l'environnement; puisque ce sont eux qui polluent encore le plus par habitant, ils se doivent de montrer l'exemple en coordonnant, bien sûr, leur action avec celle des pays émergents. Le combat pour la défense de l'environnement, mené sous la houlette occidentale, prend des aspects parfois assez cocasses: n'interdit-on pas aux Indiens d'Amazone de chasser les perroquets pour s'approprier leurs plumes, dont ils confectionnent traditionnellement leurs coiffures de parade, alors que la déforestation prive les oiseaux, et les autres animaux tropicaux, de leur habitat naturel! 

Des chercheurs de Hong Kong ont mis en évidence une corrélation entre les changements climatiques et les événements politiques de Chine. Entre l'an mille et 1911, les guerres et les révolutions coïncideraient relativement bien avec les variations climatiques; depuis 880 avant notre ère les événements historiques sont connus avec précision, grâce aux chroniques tenues par les différentes dynasties, et les modifications du climat peuvent être reconstituées avec une bonne précision à partir de la mesure des anneaux de croissance des arbres. Dans la Chine ancienne, les périodes de refroidissement, en réduisant les ressources agricoles, auraient poussé les peuples du nord à envahir le sud et seraient à l'origine de plusieurs révoltes agraires. La situation d'alors n'est évidemment pas transposable à notre époque où la menace vient plutôt du réchauffement. Néanmoins, on peut penser que la raréfaction de certaines ressources, comme l'eau ou les énergies fossiles, et la désertification de vaste zones de la planète risquent d'être à l'avenir de sérieux facteurs de conflits (Le Monde - 17 juillet). 

Le maire de Shenzhen exhorte ses administrés à réfréner leur goût pour les automobiles facteur de pollution. Un ancien doyen du département de mécanique de l'université de Changchun, lors de l'ouverture de la foire internationale automobile de la ville, invite les Chinois à cesser d'acheter des voitures de luxe et à se réorienter vers les petites cylindrées, moins gourmandes, en sélectionnant les moins polluantes. Depuis l'an dernier, la Chine est devenue le troisième producteur mondial de voitures et le deuxième acheteur d'automobiles neuves (Le Monde - 19 juillet). 

Le procès des Chinois impliqués dans le scandale des ouvriers esclaves a été jugé rapidement. Un des prévenus, qui avait battu à mort un débile mental parce qu'il ne travaillait pas assez vite, a été condamné à mort; les audiences ont montré qu'il n'était pas conscient de la gravité de son crime. Les autres prévenus ont été condamnés à la prison à vie ou à terme. L'opinion publique chinoise trouve le verdict trop clément et souhaiterait que les responsables politiques locaux, qu'elle tient pour responsables de l'affaire, soient sévèrement sanctionnés (Le Monde - 19 juillet). 

La Chine est en passe de doubler l'Allemagne et de devenir la 3ème puissance économique mondiale, après les États-Unis et le Japon, en terme de Produit intérieur brut (PIB). En dépit des mesures prises en début d'année pour ralentir la croissance, celle-ci, au cours du premier semestre s'est maintenu à un rythme élevé (11,9%). Le gouvernement doit faire face, sur sa gauche, à la contestation de ceux qui, inquiets de l'écart grandissant entre le niveau de vie de ceux qui s'enrichissent et celui des oubliés de la croissance, réclament un retour à l'orthodoxie socialiste. Et, sur sa droite, il doit calmer les impatiences de ceux qui voudraient que soient mises en oeuvre des réformes politiques démocratiques (Le Monde - 20 juillet). 

Le portrait de Lin Piao est réapparu aux côtés des neuf autres maréchaux fondateurs des forces armées chinoises. Son rôle, pendant la guerre contre le Japon et la lutte civile révolutionnaire, est à nouveau reconnu (Le Monde - 20 juillet). 

La Chine populaire est désormais prête à défier l'Europe et les États-Unis dans la recherche et le contrôle de nouvelles ressources énergétiques. Avec des réserves en devises estimées à plus d'un trillion de dollars, il n'est pas étonnant de voir que ses sociétés gazières et pétrolières étatiques sont présentes un peu partout. L'influence politique et militaire de la Chine se base actuellement sur le changement des rapports de force internationaux et de l'équilibre géopolitique mondial (Taiwan Journal, quotidien de la République de Chine - Citation réseau Voltaire). 

Août - Plusieurs dizaines de manifestants se sont rendus devant la prison de Lithang, au Sichuan, pour réclamer la libération d'un homme arrêté pour incitation à la séparation des nationalités; il réclamait, en fait, le retour du Dalaï lama. La police a interpellé plusieurs personnes qui ont été placées en garde à vue. Dans le même temps, le gouvernement chinois rappelle qu'il se réserve le droit de reconnaître les réincarnations des lamas manifestant ainsi sa volonté de garder le contrôle des affaires religieuses tibétaines (La Montagne - 4 août). 

La surchauffe économique fait flamber les prix. Sur les 7 premiers mois de l'année, une augmentation de 3,5% a été enregistrée rendant impossible à atteindre l'objectif de 3% fixé pour l'année par le gouvernement. Les produits alimentaires ont vu leurs prix s'accroître fortement et les autorités redoutent des difficultés sociales si la croissance économique, qui s'est élevée à 11,9% au second semestre, n'est pas ralentie suffisamment pour freiner l'inflation. Les experts s'attendent donc à une nouvelle hausse des taux d'intérêt, la 4ème depuis le début de l'année (Le Monde 15 août). 

Plus de 180 mineurs chinois sont bloqués par les eaux, après la crue d'une rivière, dans la province du Shandong. Durant les six premiers mois de l'année, 1800 mineurs ont trouvé la mort en Chine dans des mines considérées comme les plus dangereuses du monde (Le Monde - 19 août). Les informations télévisées feront état de manifestations des proches des mineurs victimes de la dernière catastrophe contre les dirigeants de la mine. 

Plusieurs accidents survenus à travers le monde à des personnes utilisant des produits chinois amènent les autorités des pays concernés à s'interroger sur leur qualité. Les responsables chinois répliquent en affirmant que la campagne de dénigrement des produits chinois est davantage inspirée par le protectionnisme que par le souci de défendre les consommateurs. On notera d'ailleurs que, si accidents il y a eu, les importateurs, qui trouvent avantage à proposer à leur clientèle des produits étrangers, ont une part de responsabilité; les autorités de leur pays devraient donc les inciter à redoubler de vigilance. 

L'approche des jeux olympiques, qui se tiendront à Pékin dans un an, amène les adversaires du gouvernement chinois à mettre l'accent sur le respect des droits de l'homme et aussi sur la pollution qui, selon eux, ne permettrait pas aux compétitions de se dérouler dans de bonnes conditions. Les responsables olympiques répondent cependant que le problème de la qualité de l'air se posait également sur d'autres sites, notamment à Los Angeles et à Séoul, et qu'il a été résolu à la satisfaction de tous. 

En réaction aux réactions négatives suscitées à travers le monde, un vaste plan de lutte contre les produits de mauvaise qualité est lancé par les autorités chinoises (China Daily - 24 août) 

Le réchauffement climatique mondial menace sérieusement la sécurité céréalière chinoise (Quotidien du Peuple - 24 août). 

En Chine, des amendes plus élevées frapperont les entreprises polluantes. L'Assemblée nationale examine un texte qui prévoit des pénalités représentant 20 à 30% des pertes économiques induites (Le Monde - 29 août). 

La Chine compte 162 millions d'internautes ce qui la classe au second rang des pays du monde, après les États-Unis (211 millions) et devant le Japon (86 millions). Pourtant, compte-tenu de sa population, beaucoup de chemin reste encore à faire avant qu'elle ne rejoigne le niveau des pays occidentaux, en pourcentage de la population accédant au web. 

La Chine a vu son PIB passer de 147,3 milliards à 2700 milliards de dollars de 1986 à 2006. Dès 2008, elle devrait détrôner l'Allemagne de son poste de première puissance exportatrice. Le pays oriente désormais sa production vers la haute technologie (aéronautique, par exemple) et commence à exporter des automobiles. De plus, il a la capacité financière d'acquérir des entreprises étrangères, comme il en a apporté la preuve dans le passé, tout en sachant très bien défendre ses intérêts nationaux (Le Monde - 29 août). 

Un général chinois va commander une mission de paix de l'ONU au Sahara occidental (Le Monde - 29 août). 

Septembre - Le déficit commercial des États-Unis avec la Chine ne cesse de se creuser. Il a atteint, en 2006,  233 milliards de dollars! Pour le maintenir à ce niveau, déjà calamiteux, il faudrait que les exportations américaines progressent deux fois plus vite que les importations, selon les experts; on n'en prend pas le chemin. Les seules ventes de produits américains qui se développent fortement, en direction de la Chine, sont celles des déchets; du vieux papier aux produits électroniques en passant par les carcasses d'automobiles et les matières plastiques, plusieurs millions de tonnes de déchets partent ainsi chaque année vers l'Empire du Milieu pour y être recyclés. L'environnement américain est ainsi protégé non sans causer probablement quelques dommages à celui de la Chine (Le Monde - 12 septembre). 

L'ouverture d'une antenne du Centre Pompidou à Shanghai se heurte aux rivalités entre les différents quartiers de la ville ainsi qu'aux problèmes politiques locaux après l'arrestation de Chen Liangyu, numéro un de la cité, suite à un scandale immobilier (Le Monde - 12 septembre). 

Les prix à la consommation dérapent en Chine alors que le taux de croissance est toujours au-dessus de deux chiffres et que l'excédent commercial continue de progresser. Les objectifs fixés en début d'année par les autorités chinoises ne semblent pas pouvoir être atteints (Le Monde - 12 septembre). 

La Chine devrait annoncer cette semaine le lancement d'un fonds souverain. Ce véhicule d'investissement aura pour vocation de placer une partie des excédents chinois sur les marchés boursiers et de prendre des participations dans des entreprises étrangères qui pourraient ainsi tomber sous le contrôle des autorités chinoises (Le Monde - 12 septembre). 

Il ne se passe guère de jours, ces temps-ci sans que la presse française s'en prenne à la qualité des produits chinois. Les déboires des l'entreprise américaine Mattel, dont les jouets étaient colorés avec une peinture contenant du plomb, a toutefois amené les autorités chinoises à interdire l'usage de cette peinture dans la fabrication des jouets exportés aux États-Unis (Le Monde - 14 septembre). 

Les investissements directs étrangers en Chine ont atteint 41,9 milliards de dollars sur les huit premiers mois de l'année, soit une hausse de 12,8% par rapport à l'année précédente. La Banque mondiale a relevé ses prévisions de croissance de l'économie chinoise en les portant à 11,3% (Le Monde - 14 septembre). 

L'économie chinoise commencerait à souffrir d'une pénurie de main d'oeuvre jeune. Ce serait la conséquence de la politique familiale, qui limite les naissances à un enfant par couple, combinée avec l'allongement de la durée des études. Par ailleurs, les entreprises recruteraient difficilement des gens âgés de plus de quarante ans, ces derniers, généralement mariés, refusant les contraintes imposées, notamment celle de dormir en dortoir près du lieu de travail. Cette pénurie pousserait les salaires à la hausse, mais ceux-ci restent encore très inférieurs aux normes occidentales (New York Times - Le Monde - 15 septembre). 

Plus de 600000 touristes chinois auront visité la France en 2007; ils ont dépensé moins pour l'hébergement et la restauration et plus en achats que les autres nationalités; la plupart du temps, leur passage en France termine un voyage dans plusieurs pays européens. Selon l'Organisation mondiale du tourisme, 34 millions de Chinois se sont rendus hors de leurs frontières en 2006 et ils devraient être 100 millions en 2020 (Le Monde - 30 septembre). 

Avec un peu de retard, la Chine a officiellement lancé sa société d'investissement d'État le 29 septembre. Ce fonds souverain, doté de 200 milliards de dollars, c'est-à-dire du septième des réserves chinoises de change, a déjà pris une participation conséquente dans le fonds d'investissements américain Blackstone (Le Monde - 30 septembre). 

Octobre - Plusieurs pays occidentaux (États-Unis, Allemagne, Grande-Bretagne, France et Nouvelle-Zélande), victimes d'attaques informatiques, soupçonnent les "hackers patriotiques" chinois, qui seraient responsables de ces attaques, d'être en relation avec un département de l'armée populaire. Des liens avec des sociétés secrètes mafieuses sont également évoqués. Les attaques ont pris la forme d'envoi de fichiers corrompus attachés à des courriels. Aucun gouvernement occidental n'a cependant osé accuser Pékin d'être derrière cette action (Le Monde - 5 octobre). La Chine a d'ailleurs affirmé avoir été elle aussi l'objet de tentatives d'intrusion. Et ces dernières n'épargnent pas les boîtes aux lettres électroniques de personnes privées submergées de spams et virus qui proviennent souvent des USA. Ceci dit, il est clair qu'Internet est en train de devenir le champ de combats politique ainsi que l'a montré la saturation en avril dernier des systèmes d'informations estoniens par des internautes russes indignés des mesures prises à l'encontre de monuments commémoratifs de la victoire soviétique sur l'Allemagne nazie. 

Les provinces orientales de la Russie et les pays d'Asie centrale, peu peuplés mais riches de ressources naturelles, minérales ou énergétiques, attirent en masse les migrants chinois venus des régions voisines, pauvres et en plein essor démographique. Le commerce transfrontalier explose et les entreprises chinoises investissent dans la construction et l'exploitation pétrolière. Malgré les réticences russes, la coopération avec la Chine, illustrée par un forum économique qui s'est tenu à Khabarovsk les 18 et 19 septembre, permet de mettre en valeur ces zones stratégiques (Le Monde - 9 octobre). 

L'alliance sino-russe, un défi aux ambitions des États-Unis en Eurasie. La stratégie eurasiatique des États-Unis a suscité en réaction un rapprochement entre la Russie et la Chine. Bien que tout soit fait pour minimiser l'importance des traités conclus entre elles, les deux grandes puissances continentales sont en train de construire une véritable alliance militaire face à la coalition anglo-saxonne et à ses alliés, notamment à travers l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et  l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) (Réseau Voltaire - 10 octobre). 

En raison de l'érosion des berges et des glissements de terrain, de l'envasement et de la prolifération d'algues, des menaces qui pèsent sur les réserves de poissons et des conflits potentiels sur les terres arables en aval, le barrage des Trois-Gorges est qualifié de désastre écologique. Plus de 4 millions de personnes vivant aux abords de son lac pourraient être déplacés dans les 10 à 15 ans qui viennent (Le Monde - 13 octobre). 

Avec près de 1500 milliards de dollars de réserve, la Chine possède la première cagnotte du monde. Cette somme est en hausse de 45,11% en glissement annuel! En valeur, les réserves ont augmenté de 367,3 milliards entre janvier et septembre de cette année; en même temps, l'excédent commercial a atteint 185,65 milliards c'est-à-dire plus que sur toute l'année 2006. Quant à la bourse de Shanghai, elle a progressé de 170% depuis janvier (Le Monde - 14 et 15 octobre). 

Alors que la Chine est devenue la 3ème puissance économique mondiale, le secrétaire général du Parti communiste, président de la République, Hu Jintao, a ouvert le 17ème congrès du Parti en mettant l'accent sur la nécessité d'une croissance mieux maîtrisée afin d'en réduire les nuisances. Il s'agit de réconcilier le développement économique avec le développement social et la protection de l'environnement, d'en faire profiter les campagnes comme les villes et de lutter contre la corruption des dirigeants. Ces thèmes ne sont pas nouveaux mais ils dénotent cependant qu'une progression économique sans contraintes n'est plus la priorité des autorités; on lui substitue aujourd'hui les concepts d'harmonie sociale et de développement scientifique, en maintenant une politique correcte, c'est-à-dire sans infléchissement vers une démocratie à l'occidentale (Le Monde - 16 octobre). 

Tandis que le congrès du Parti communiste bat son plein, en Chine, les opposants sont harcelés, brutalisés, enlevés (Le Monde - 20 octobre). 

Les ministres des finances du G7 demandent à Pékin de réévaluer le yuan. La Chine étudie un projet d'économie circulaire à l'échelle du pays; il s'agit d'un nouveau concept dans lequel les entreprises mutualisent l'utilisation de certains matériaux et où les déchets des uns deviennent la matière première des autres, en vue de réduire la pollution et de promouvoir un développement durable. On savait déjà que des artistes chinois avaient atteint une renommée internationale; on apprend maintenant que des Chinois fortunés commencent à s'intéresser au marché de l'art moderne (Le Monde - 21 et 22 octobre). 

La pollution à Hong Kong est telle que le soleil y est aussi pâle que la lune et que trente jours par mois y sont qualifiés de brumeux! Les conséquences de cette situation sont d'ores et déjà graves pour la population. Les autorités tentent d'en faire endosser la responsabilité aux entreprises du bassin industriel de la région de Canton; mais il s'avère que la pollution reste aussi élevée lorsque ces usines ferment pendant les congés; en fait, plus de la moitié de la pollution serait d'origine locale (Le Monde - 24 octobre). 

Les pays riches ne tenant pas leurs promesses et les organismes internationaux s'entourant d'un luxe de précautions qui rend les négociations interminables, les pays africains vont se tourner de plus en plus vers la Chine qui prête rapidement de gros montants investis dans des projets conçus en partenariat lesquels devraient générer des flux financiers suffisants pour rembourser les prêts (Le Monde - 24 octobre). 

On observe un léger ralentissement de la croissance chinoise, mais le taux d'expansion économique au 3ème trimestre (11,5%), supérieur à celui de 2006, reste trop élevé; le taux d'inflation (6,2%) dépasse les normes fixées (3%). Le tassement se semble rien devoir aux mesures prises par les pouvoirs publics mais résulter plutôt de la conjoncture internationale. La Chine est désormais bien intégrée dans l'économie mondiale et ne resterait plus à l'écart des crises (Le Monde - 28-29 octobre). Ces remarques devraient inciter le gouvernement chinois à réorienter le développement vers la satisfaction des besoins internes plutôt que vers l'exportation; il rendrait ainsi son économie moins vulnérable et plus en phase avec le concept d'harmonie sociale énoncé par le président de la République Hu Jintao (voir ici et ici). 

Novembre - La Chine et l'Inde vont participer à des manoeuvres militaires communes en vue de lutter efficacement contre le terrorisme. C'est l'indice d'une amélioration sensible des relations entre les deux pays, malgré les contentieux frontaliers qui subsistent (La Monde - 22 novembre). 

Le taux d'inflation serait de 4,5 à 4,6% en 2007 en Chine, ce qui est plus que le taux souhaité par le gouvernement en début d'année (3%), mais reste tout de même limité (Le Monde - 24 novembre). 

Décembre - A la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, la Chine se fixe à elle-même pour but de réduire, entre 2006 et 2010, de 20% la consommation dénergie par unité de produit intérieur brut (Le Monde - 4 décembre). 

La Chine a accompli de gros effort dans le domaine de l'éducation. Même si les campagnes sont encore moins bien loties que les villes où les moyens modernes abondent, le taux d'analphabétisme est désormais inférieur à 5% (France 2 - 6 décembre). 

Pékin peine toujours à contenir l'inflation. Celle-ci s'alimente d'une croissance économique excessive et de l'abondance des liquidités conséquence des excédents commerciaux. Elle entraîne une fuite devant la monnaie sous forme de spéculation immobilière et mobilière. La bourse de Shanghai a augmenté de 80% depuis le début de l'année (Le Monde - 8 décembre). 

La Chine souhaite attirer la recherche pharmaceutique occidentale. Le potentiel de son énorme marché sera accru par la mise en place d'une assurance maladie pour tous avant 2020, selon la promesse du président Hu Jintao. D'ores et déjà, les laboratoires sont intéressés par la qualité des tests réalisés en Chine sur des patients qui s'y prêtent en nombre beaucoup plus importants qu'en Occident et pour un coût moindre (Le Monde - 9/10 décembre). 

L'Iran, qui ne dispose pas des technologies adéquates, notamment en matière de liquéfaction du gaz, sous-exploite ses énormes réserves. C'est pourquoi il se tourne vers la Chine avec laquelle il vient de signer un contrat de 2 milliards de dollars pour développer le champ pétrolier de Yadavaran (Réseau Voltaire - 14 décembre). 

Stimulés sans doute par la hausse des bourses (Shanghai: + 88% depuis le début de l'année), qui diffuse dans la société l'illusion d'un enrichissement largement factice, les consommateurs chinois, échaudés aussi par le rythme de l'inflation, supérieur à la rémunération de l'épargne, désertent celle-ci pour se ruer sur les achats. Il risque d'en résulter un assèchement des dépôts bancaires au moment où la banque centrale augmente le niveau des réserves obligatoires pour lutter contre la surchauffe économique. On peut craindre que les banques ne disposent bientôt plus des ressources nécessaires pour faire face aux demandes de crédit de leur clientèle et que les faiblesses du système bancaire chinois, souvent trop laxiste en terme d'évaluation du risque, ne soient brutalement mises à jour. Cependant, les investissements en capital fixe dans les zones urbaines ont continué de progresser (+26,8% sur un an) (Le Monde - 15 décembre). 

La Chine, qui était autrefois bénéficiaire de cette aide, participe désormais au financement de l'enveloppe de l'Association International de Développement (AID) destinée aux pays pauvres sous l'égide de la Banque mondiale (Le Monde - 16/17 décembre). 

Les paysans chinois de Mandchourie louent leurs bras en Sibérie. L'émigration chinoise s'intensifie vers l'Extrême-Orient russe, longtemps zone de conflit entre Pékin et Moscou. Elle permet de soulager la crise rurale qui frappe le nord de la Mandchourie (Le Monde - 20 décembre). 

La Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale, après les États-Unis et devant le Japon, l'Allemagne, l'Inde, le Royaume-Uni et la France, selon le calcul du produit intérieur brut (PIB) en parité avec le pouvoir d'achat (PPA). Pékin devrait jouer un rôle de plus en plus important dans les organismes internationaux, Banque mondiale et Fonds monétaire international (Le Monde - 20 décembre). 



Année 2008 

Janvier - Le fossé entre le salaire des ouvriers et celui des dirigeants d'entreprises ne cesse de se creuser en Chine. Malgré une hausse moyenne annuelle des salaires ouvriers de 13,5% sur quatre ans, les travailleurs ont le sentiment de ne pas tirer le profit qu'ils mériteraient de la croissance. Ce sentiment est renforcé par le fait que, depuis l'introduction de l'économie de marché, les salaires ne sont plus systématiquement indexés sur l'inflation, comme c'était autrefois le cas. Bien sûr, la situation est variable d'un point du pays à l'autre, mais, dans l'ensemble, la part de la rémunération du travail dans le PIB est passée de 50 à 60 % avant 1994 à moins de 40% en 2006. Les autorités chinoises, conscientes du problème, ont pris des mesures afin d'améliorer la situation des salariés (instauration d'un salaire minimum, encouragement des entreprises à procéder à des augmentations régulières de salaires, instauration d'une nouvelle échelle de référence pour les hausses des rémunérations...); ces mesures, insuffisamment contraignantes, n'ont cependant pas donné les résultats escomptés et des économistes préconisent une politique plus interventionniste de l'État. Au début de cette année entre en vigueur une nouvelle législation du travail plus favorable aux salariés; elle prévoit notamment le versement d'indemnités de licenciement, calculées en fonction de l'ancienneté, en cas de renvoi sans motif; une entreprise de matériel de télécommunications a tenté de s'affranchir des nouvelles règles en invitant ses employés à démissionner en bloc avant l'application de la loi; mais le syndicat officiel chinois a fait échouer la manoeuvre. En octobre dernier, lors du 17ème plénum du Parti communiste, le président Hu Jintao a clairement demandé d'accroître le poids de la rémunération du travail dans la répartition primaire ( Courrier international - 2 janvier).  

D'après des experts de Shanghai, la Chine devrait encore connaître une croissance économique à deux chiffres en 2008, pour la sixième année consécutive. Ils tablent sur une hausse du PIB de 10,8% (contre 11,5% en 2007). L'inflation devrait continuer à être soutenue (4,5% contre 4,7%). Mais l'excédent commercial devrait se réduire par suite du ralentissement aux États-Unis et de la réduction des aides à l'exportation. Une réorientation de la production vers la satisfaction des besoins internes est peut-être en cours, ce qui consolidera l'économie chinoise et la rendra moins vulnérables aux aléas de l'économie mondiale (Le Monde - 3 janvier) (voir ici). 

Un village planétaire de glace a été édifié à Harbin, en Mandchourie. On peut y admirer la Cité Interdite, le Parthénon, des pagodes balinaises, des folies bavaroises, une cathédrale romane et la Tour Eiffel. Tous ces édifices ont été reconstitués en blocs de glace (Le Monde - 3 janvier). 

Le 19 décembre 2007, le fonds d'État chinois China Investments Corporation (CIC) renfloue la banque Morgan Stanley, un des fleurons du capitalisme financier américain, mis à mal par la crise des créances immobilières, en lui apportant 5 milliards de dollars; Bear Stearns, autre banque US, est également sauvée par des capitaux chinois. On l'a vu, la Chine a quitté le statut des pays aidés pour celui des pays donateurs (voir plus haut). Ses réserves de change avoisinent les 1500 milliards de dollars. Plus même, quatre entreprises chinoises figurent parmi les dix plus grosses capitalisations boursières mondiales; c'est ainsi que PetroChina dame le pion à Exxon Mobil et à General Electric. Que cela plaise ou non, la banque centrale de Chine détermine la parité des devises mondiales, le dollar et l'euro, et ni Washington ni Francfort n'y peuvent rien. La Chine possède la capacité de ruiner le crédit du dollar rien qu'en convertissant en euros une partie de ses réserves de change (Le Monde 6-7 janvier) 

China Metallurgical Group Corporation (MCC) est sur le point de conclure un contrat gigantissime avec le gouvernement Afghan. Il s'agit d'exploiter les énormes ressources minières du pays, laissées à l'abandon depuis 1970. Cependant, le déséquilibre entre le petit Afghanistan et le puissant conglomérat chinois inquiète. Le contrat prévoit 3 milliards de dollars d'investissement, soit l'équivalent de 35% de la totalité de l'aide internationale à la reconstruction depuis 2002 (Financial Times cité par le Réseau Voltaire - 9 janvier). 

Depuis novembre dernier, l'administration générale de l'environnement chinoise a lancé une série d'examens sur les firmes multinationales n'ayant pas respecter la réglementation en matière de protection de l'environnement entre 2004 et 2007. La plupart de ces firmes proviennent d'Europe, des États-Unis et du Japon. Plusieurs d'entre-elles figurent parmi les 500 plus grandes du monde. Les multinationales sont invitées à consentir les efforts nécessaires en matière d'écologie. A partir du 1er juin, tous les magasins et supermarchés se verront interdire de distribuer gratuitement des sacs plastiques; cette interdiction vise à dissuader les consommateurs d'utiliser ces sacs qui sont ensuite jetés dans la nature où ils constituent une source de pollution. Dans son 11ème Plan quinquennal de développement national, la Chine s'est engagée volontairement à réduire de 20% sa consommation d'énergie par unité de PIB en 2010 pour diminuer ses émissions de gaz à effet de serre et pour atténuer les effets du réchauffement planétaire et du changement climatique (Le Quotidien du Peuple - 10 janvier). 

En 50 ans, la consommation annuelle de viande par tête d'habitant à quadruplé en Chine; elle est passée de 10 à 40 kg (Le Monde - 11 janvier). 

A Pékin, une truie transgénique fluorescente, accouplée à un cochon ordinaire, a donné naissance à deux porcelets eux-mêmes fluorescents qui partagent ses caractéristiques transgéniques (Le Monde - 11 janvier). 

ChangAn Auto Co. Ltd, le 4e constructeur chinois vient d'annonce la sortie d'un véhicule hybride dès 2008. Il a présenté récemment cette voiture hybride baptisée Jiexun-HEV. Dix modèles seront présents aux Jeux olympiques de Pékin en août 2008. Cette automobile sera équipée d'un moteur diesel de 1,5 litre et d'une batterie nickel-métal-hydride. Sa vitesse de pointe s'élèvera à 160 km/h. Elle respectera les normes Euro IV en permettant de réaliser une économie de carburant de 20% par rapport à un véhicule traditionnel. Xu Liuping, président de ChangAn, a indiqué qu'il avait fallu 6 années pour développer cette voiture de conception entièrement chinoise et que celle-ci marquerait le début de la production en série de véhicules hybrides du Groupe. L'important volume de production de la Jiexun-HEV manifestera l'intérêt de la  Chine pour les technologies hybrides. Ce véhicule s'inscrit dans le "programme de véhicules électriques", un projet technologique d'État nommé "Projet 863"; son prix sera bien inférieur à celui des modèles importés. Les autorités chinoises souhaitent promouvoir ce type de véhicules moins polluants (source: Écologie caradisiac et Synergy-space - 11 janvier). 

L'annonce ci-dessus doit être rapprochée de la fabrication par la société indienne Tata de la voiture la moins chère du monde. Ce véhicule rejetterait moins de 60g de CO2 par kilomètre; il s'inspirerait d'un concept développé par la société MDI, basée dans le sud-est de la France; l'idée de cette société n'a pas séduit les constructeurs hexagonaux et c'est la raison pour laquelle elle a trouvé ses débouchés en Inde. Avant qu'il ne soit longtemps les voitures de la Chine et de l'Inde pourraient bien concurrencer avec succès celles de l'Occident sur le marché mondial (Le Monde - 11 janvier et Synergy-space - 12 janvier). 

La Chine va-t-elle manquer d'eau? C'est une question qui mérite d'être posée. Les dirigeants chinois prônent le développement durable mais la croissance économique élevée et le réchauffement climatique exercent une pression très forte sur l'hydrographie du pays, avec de graves conséquences sur la santé de la population. Comme partout dans le monde, l'industrialisation s'est traduite par la pollution des rivières et la raréfaction de l'eau potable. Mais, en Chine, ainsi que dans d'autres régions du globe où la désertification avance*, des périodes de sécheresse catastrophique ont réduit la superficie de certains lacs. Cette évolution est d'autant plus inquiétante que la Chine ne dispose que de 7% des réserves en eau de la planète alors que sa population représente le quart de la population mondiale. Déjà, les grandes métropoles chinoises manquent d'eau et de gigantesques travaux d'approvisionnement sont planifiés pour satisfaire les besoins de Pékin en amenant par des canaux une partie des ressources hydrographiques du sud du pays. La pollution menace des espèces vivantes et, en 2007, la disparition du dauphin d'eau douce a été officiellement reconnue. L'énorme barrage des Trois Gorges régulera le débit du Yang Tsé Kiang et fournira une énergie propre, mais ne sera pas sans dangers; le lac de retenue forme une gigantesque cuvette d'eau viciée où pullulent des algues bleu-vert toxiques et la pression que cette énorme masse d'eau exerce sur les berges pourrait causer des glissements de terrain. En mai 2007, la dégradation de l'écosystème du lac Taihu a privé d'eau deux millions de personnes pendant plusieurs semaines. D'après Ma Jun, auteur d'une carte de la pollution de l'eau, directeur de l'ONG pékinoise "Institute of Public and Environmental Affairs", "la pollution de l'eau est l'un des problèmes les plus graves auxquels la Chine est confrontée." Dans le sud-est de la Chine, fortement industrialisé  (Shanghai et Canton), on assiste au une augmentation significative du nombre des cancers (Le Monde - 12 janvier). 

* D'après les Nations Unies, la désertification menace le tiers des terres émergées; elle affecte déjà 500 à 600 millions de personnes et pourrait en toucher 2 à 3 milliards dans l'avenir! 

Des sportifs et des spécialistes français de l'aménagement de la montagne sont en visite dans le Sichuan où la Chine souhaite mettre en valeur les capacités d'un vaste domaine skiable (T.V. 2 - 12 janvier). 

Les autorités chinoises, craignant que l'opposition ne perturbe le déroulement des Jeux olympiques par des manifestations, vient de prendre une série de mesures répressives à son égard. Plusieurs dissidents ont été arrêtés. La censure a, par ailleurs, retiré de l'affiche, pour pornographie, un film de la réalisatrice Li Yu, présenté au festival de Berlin, qui montrait des scènes d'amour particulièrement osées pour le pays; enfin, la télévision de Pékin vient de diffuser une émission montrant une opération de police destinée à lutter contre l'usage de stupéfiants qui a frappée le cinéaste Zhang Yuan, lion d'argent à la Mostra de Venise en 1999. A l'occasion des Jeux, le gouvernement chinois veut montrer l'image d'une Chine sûre, paisible et propre. Ces différentes actions sont dénoncées par les organisations de défense des droits de l'homme (Le Monde - 13 et 14 janvier). 

L'inflation ayant battu des records, surtout pour les produits alimentaires dont certains ont augmenté de plus de 50%, les autorités de Pékin instaurent un contrôle des prix, à la veille du nouvel an chinois traditionnelle période de longues agapes. Cette mesure ne devrait être que provisoire, mais le gouvernement se propose également de renforcer le dispositif de lutte contre les ententes commerciales et les comportements abusifs de certaines entreprises. Pour apprécier à sa juste valeur l'inquiétude des autorités chinoises, il faut se souvenir que l'inflation a été la cause de troubles importants à plusieurs reprises dans le passé; elle accéléra notamment la désagrégation du gouvernement nationaliste, en 1948 et elle fut à l'origine des graves événements qui agitèrent la Chine en 1989 (Le Monde -20/21 janvier). 

Février - Le tigre de Chine, presque disparu, tente sa dernière chance dans une réserve d'Afrique du Sud grâce à une Chinoise vivant à Londres, Li Quan. Mais les spécialistes pensent que cette espèce est malheureusement condamnée à disparaître (Le Monde - 5 février).  

Le conglomérat chinois Longhai, basé à Quingdao, vient d'acquérir le Château Latour-Laguens du Bordelais. Cet acquisition permettra de proposer au public des jeux olympiques des bouteilles du prestigieux vins français et surtout de valoriser la marque dans la mesure où, dans de nombreux pays, les vins de Bordeaux sont toujours une référence (Le Monde - 5 février). 

Les récentes difficultés rencontrées par les banques occidentales amènent à nouveau à s'interroger sur la solidité du système financier chinois. Certes, la Chine connaît aussi des fraudes et des défaillances, mais on pense néanmoins que le secteur bancaire a largement amélioré sa capacité à gérer le risque à la faveur de son ouverture sur l'étranger. Mais, selon la Banque Mondiale, le taux de croissance de l'économie chinoise ne dépasserait pas 9,6% en 2008, en raison de l'impact de la crise des crédits hypothécaire aux États-Unis; c'est plutôt une bonne nouvelle puisque le gouvernement souhaité freiner la surchauffe facteur d'inflation (Le Monde - 5 février). 

Le Chinois Justin Yifu Lin a été nommé économiste en chef de la Banque mondiale, le 4 février. La carrière de cette nouvelle sommité internationale est atypique: né à Taiwan, en 1952, il déserte l'armée de l'île nationaliste, en 1979, franchit à la nage la distance que le sépare de la Chine communiste où il se réfugie, animé, dit-il, par le désir de se rendre utile à ses compatriotes du continent; il étudie l'économie marxiste à l'université de Pékin, puis il se rend aux États-Unis, où il obtient un doctorat de l'université de Chicago et occupe un poste de chercheur à l'université de Yale, avant de rentrer en Chine, en compagnie de son épouse qui l'a rejoint en Amérique. Malgré ses souhaits, il n'a pas pu se rendre aux obsèques de son père à Taiwan, l'armée menaçant de l'arrêter et de le juger pour désertion, bien que l'opinion publique de l'île se soit montrée majoritairement favorable à ce voyage (Le Monde - 10/11 février). 

Mars - L'augmentation du niveau de vie de la population chinoise entraîne une modification notable des habitudes de consommation. Les Chinois consomment de plus en plus de viande et, comme les animaux sont nourris en grande partie avec des céréales, la Chine, dont les ressources en terres cultivables sont insuffisantes*, doit de plus en plus combler son déficit en recourant aux importations. Il en va de même en matière d'énergie: la croissance économique vigoureuse et le développement du parc automobile se traduit par des besoins accrus en matière de produits pétroliers. On ne peut que se réjouir de voir les pays autrefois qualifiés de sous-développés se rapprocher des standards de vie occidentaux. Mais il faut savoir en tirer les conséquences: un partage plus équitable des ressources mondiales. 

* La population chinoise représente 27% de la population mondiale et la Chine de dispose que de 7% des terres cultivables. 

Lors de l'ouverture à Pékin de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP), le premier ministre chinois s'est réjoui du fait que son pays est passé de la 6ème à la 4ème place dans l'économie mondiale entre 2002 et 2007. Mais il a reconnu que d'importants défis environnementaux et sociaux devaient être relevés. D'ores et déjà une hausse de 20% des crédits est prévue pour accélérer la mise en place d'un système de protection sociale. La croissance économique a attiré dans les villes de nombreux villageois dont la situation économique était comparativement de plus en plus défavorable. Ces ouvriers paysans, les mingong, sont exploités par leurs employeurs et trouvent difficilement à se loger et à envoyer leurs enfants à l'école. Jusqu'à présent, ils n'étaient pas représentés au parlement; trois d'entre eux, dont deux femmes, viennent d'y faire leur entrée (Le Monde - 6 mars). 

Le constructeur automobile chinois Shuanghuan va commercialiser en France ses premiers modèles dans les semaines qui viennent. Les prix seront attractifs, mais les voitures devront faire leurs preuves, notamment au plan de la sécurité, avant de séduire la clientèle. En cas de réussite, nul doute que d'autres constructeurs suivront (Le Monde - 6 mars). 

La Chine viserait un taux de croissance de 8% en 2008, la priorité étant la lutte contre l'inflation qui réduit le pouvoir d'achat des salariés (Le Monde - 6 mars). 

Avec un montant de 23,69 milliards de yuans (3,16 milliards de dollars) en 2007, la Chine vient de remplacer la France pour devenir le troisième marché mondial de ventes aux enchères d'oeuvres d'art, selon un rapport publié lundi par Arton, la plus grande maison d'édition d'art en ligne (Synergy - 9 mars). 

A l'approche des JO, les autorités intimideraient l'opposition pour l'empêcher de perturber une manifestation dont elles attendent beaucoup. C'est ainsi que l'avocat Teng Biao a été enlevé, le 6 mars, par des policiers en civil qui, avant de le relâcher, l'ont engagé à ne plus parler à des journalistes étrangers (Le Monde - 11 mars). 

Une expédition de 104 cyclotouristes qui traverseront 12 pays pour atteindre Pékin quelques jours avant l'ouverture des Jeux Olympiques, est partie dimanche matin 16 mars sur l'esplanade du Trocadéro à Paris. Au cours de ce périple de plus de 12.000 km, la caravane traversera la France, l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la Serbie, la Roumanie, la Moldavie, l'Ukraine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Chine, avant d'atteindre la Grande Muraille le 3 août. Cet événement a été organisé par la Fédération française de cyclotourisme (FFCT), sous le patronage du président français Nicolas Sarkozy; il a pour objectif de promouvoir le cyclotourisme, l'esprit olympique et le sport (Quotidien du Peuple - 17 mars). 

Les troubles qui ensanglantent le Royaume des Neiges et sa périphérie viennent à nouveau attirer l'attention du monde sur cette région du globe. Les partisans de l'indépendance ont profité de la proximité des Jeux olympiques pour donner à l'anniversaire du soulèvement de 1959 le maximum de retentissement, en espérant émouvoir l'opinion publique internationale pour l'amener à faire pression sur les autorités chinoises. Cette stratégie, qui ne tient pas compte du contexte régional et mondial, est probablement vouée à l'échec. Il est douteux qu'elle permette d'améliorer la situation au Royaume des Neiges. La Chine, devenue l'atelier du monde, finance l'essentiel des déficits américains; elle occupe aujourd'hui, sur l'échiquier mondial, une place telle qu'aucun pays n'est disposé à risquer un conflit ouvert avec elle. Depuis longtemps, bien avant l'accession du communisme au pouvoir, Pékin considère le Tibet comme une province chinoise et, pour le gouvernement actuel, ce point n'est pas négociable. L'indépendance du Tibet, dont les frontières extérieures seraient à déterminer, menacerait gravement l'unité d'un pays composé de plus de cinquante ethnies; les dirigeants chinois n'accepteront pas de courir un tel risque, conscients qu'ils sont des dommages causés par les dissensions internes, au cours de leur histoire. Un Tibet séparé, rendrait problématique le maintien du Sinkiang dans l'ensemble chinois, surtout s'il tombait sous l'influence d'une grande puissance occidentale; or, cette région de l'ouest est vitale pour l'économie chinoise, dans la mesure où elle commande l'ancienne Route de la Soie, devenue aujourd'hui la voie terrestre vers les gisements pétrolifères d'Asie centrale. Les pays voisins de la Chine, enfin, travaillés eux aussi par des mouvements séparatistes, ne sont certainement pas tentés d'encourager une sécession qui ne manquerait de servir d'exemple à leurs propres contestataires (voir l'excellent article "Crise du Tibet: des enjeux cruciaux pour Pékin" publié par Le Monde du 26 mars). 

Le Kuomintang remporte les élections présidentielles à Taiwan et obtient les deux tiers des sièges de l'Assemblée législative. C'est une victoire des partisans d'un rapprochement de l'île avec le continent et un échec de ceux qui prônaient une déclaration d'indépendance. La nouvelle a entraîné une hausse de la bourse: l'indice Taiex a bondi de 4%. Mais, compte tenu des relations commerciales déjà existantes avec le continent, des changements importants à court terme sont peu probables (Le Monde - 26 mars). 

Avril - Le contestataire Hu Jia, informateur des médias étrangers et d'organisations non gouvernementales, sur Internet et par téléphone, de la situation des droits de l'homme en Chine, a été condamné à trois ans et demi de prison (Le Monde - 4 avril). 

En 2007, les salaires ont augmenté en moyenne de 18,7% en Chine. L'inflation (8,7%), et aussi la nouvelle législation sociale, plus protectrice des salariés, expliquent cette largesse des entreprises. En particulier, les ouvriers gagnant moins de 10% du salaire de leur patron sont légalement fondés à réclamer une augmentation. Après avoir fait baisser les prix, la mondialisation est en train de les faire flamber, les salariés des pays émergents commençant à revendiquer (grèves en Roumanie et au Vietnam) (Le Monde - 4 avril). 

Voici ce que l'on peut lire dans le Quotidien du Peuple, après les incidents qui ont émaillé le parcours de la flamme olympique à Paris: "La France est-elle qualifiée pour parler des droits de l'homme avec la Chine? A Pékin, les ruines de Yuanmingyuan (Jardin de la Splendeur rayonnante), qui était le plus beaux et le plus luxueux des palais-jardins impériaux de la Chine et qui a été brûlé et détruit en 1860 par les forces anglo-françaises, est toujours devant nos yeux et il montre au monde entier les atrocités et les actes destructeurs monstrueux et abominables commis par des Français et des Anglais. Aujourd'hui, si la France désire parler des droits de l'homme avec la Chine, elle doit auparavant présenter ses excuses pour la destruction de ce jardin magnifique et restituer à la Chine la grande quantité d'objets historiques précieux et rares pris, enlevés et volés à la Chine (Quotidien du Peuple - 8 avril)". L'opinion publique chinoise ne peut pas manquer de remarquer que les deux pays où la flamme olympique a été le plus chahutée sont précisément ceux qui furent les grandes puissances coloniales des 19ème et 20ème siècle, d'où un autre article où on lit que l'Occident est incapable, peut être par défaut d'une communication convenable, de comprendre l'évolution de la Chine, enfermé qu'il est dans ses schémas post-coloniaux. 

Le yuan s'est apprécié face au dollar pour passer sous le seuil psychologique de 7 yuans pour un dollar. Cette appréciation va freiner les exportations, faire pression sur le taux d'inflation, notamment en réduisant l'impact de la hausse du coût des produits importés, et encouragera les entreprises à orienter leur production vers le marché intérieur, ce qui est souhaité par les autorités*. Cependant, ces dernières craignent un afflux de capitaux spéculatifs, qui relancerait l'inflation. L'excédent commercial se tasse (Quotidien du Peuple - 11 avril) (voir ici). 

* Il convient de rappeler que les organismes internationaux, FMI et Banque mondiale, ont encouragé les pays du Tiers Monde à privilégier les exportations, au détriment de la satisfaction des besoins de leurs populations, pour leur permettre de faire face aux échéances de leurs dettes, ce qui est en train de déboucher ici et là sur des émeutes de la faim. 

L'ex-numéro un du Parti communiste chinois de Shanghai, Chen Liangyu (61 ans), limogé en 2006 pour mauvaise gestion d'un fonds de pension, a été condamné, le 11 avril, par un  tribunal de Tianjin à 18 ans de prison pour avoir accepté des pots-de-vin et pour abus de pouvoir (Le Monde - 13/14 avril). 

La Chine prend des mesures restreignant les activités polluantes pendant les J.O. pour assurer la protection des athlètes. Le commissaire européen au commerce, Peter Mandelson, s'oppose au boycottage des produits chinois réclamé par certains pour des raisons politiques. D'après lui, l'Europe et la Chine sont vouées à travailler ensemble (Le Monde - 17 avril). 

Les entrepreneurs français s'inquiètent des répercussions économiques des incidents qui ont marqué le passage de la flamme olympique à Paris (Le Monde - 19 avril). 

Même si peu de gens y participent, les manifestations antifrançaises se multiplient en Chine. Les autorités chinoises s'efforcent de les canaliser et de calmer le jeu afin d'éviter les débordements, mais ne les interdisent pas. L'animosité paraît d'autant plus vive, contre notre pays, qu'il avait été placé plus haut dans l'imaginaire populaire, depuis la reconnaissance de la Chine populaire par le général de Gaulle avant les autres pays occidentaux (Le Monde - 20/21 avril). 

Les entreprises françaises travaillant en Chine sont maintenant suspectées de financer le séparatisme tibétain avec l'argent gagné dans le pays. Deux peintres chinois de renom international, Wang Guangyi et Lu Hao, ont indiqué qu'ils ne participeront pas à l'exposition qui doit se tenir en juin dans une galerie de Paris en raison des incidents qui ont marqué le passage de la flamme olympique dans la capitale française.  A Paris, le 20 avril, plusieurs centaines de personnes (plus de 4000, d'après le China Daily), notamment des étudiants et expatriés chinois de France, se sont réunis place de la République pour soutenir les J.O. à Pékin et rétablir la vérité sur la Chine et le Tibet (sources diverses dont Ouest France). 

La question tibétaine gèle une coopération scientifique franco-chinoise en Antarctique. Il s'agissait d'aller interroger les archives climatiques probablement les plus anciennes du monde au point culminant de la calotte glaciaire de l'Antarctique. L'opération est retardée d'un an et l'on peut craindre qu'à l'issue de ce délai les scientifiques chinois n'aient plus besoin des scientifiques français experts du carottage (Le Monde - 26 avril).  

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, se refuse à mettre la Chine au ban de l'humanité (Le Monde - 26 avril). Il a envoyé plusieurs émissaires à Pékin pour surmonter la crise née des manifestations qui ont perturbé le passage de la flamme à Paris. L'un de ces émissaires, l'ancien Premier ministre J.-P. Raffarin, a trouvé inopportune la décision du maire de Paris de conférer la citoyenneté d'honneur de la ville au Dalaï lama et à un dissident chinois emprisonné.  

Au moins 70 personnes ont été tuées et 420 autres blessées dans une collision entre deux trains, due à une erreur humaine, dans l'est de la Chine. De retour de Chine, Jean-Pierre Raffarin se montre partisan de la participation du président de la République, Nicolas Sarkozy, à l'ouverture des J.O.. Il estime que tout doit être fait pour que les Jeux soient une grande fête de la jeunesse et rappelle que la Chine est devenue le banquier du monde, que ce pays souhaite s'ouvrir au monde et qu'il convient d'apaiser les tensions internationales afin de promouvoir la paix dans le monde (La Montagne - 29 avril). 

Mai - D'après le ministre de l'Agriculture chinois, la Chine deviendra exportatrice de céréales d'ici quelques années. Elle n'utilisera pas les terres arables céréalières pour la production de bio-carburants, ceux-ci pouvant être produits à partir de déchets agricoles ou sur des terres impropres aux cultures vivrières. Un millier d'experts agricoles chinois se trouvent déjà à pied d'oeuvre pour former des techniciens locaux dans les pays émergents d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Par ailleurs, le taux de chômage en Chine serait descendu au niveau de 4%. 

Un fermier des environs de Pékin a eu l'idée d'arroser ses melons au lait ce qui confère à leur chair une saveur particulière. Ses melons sont disponibles sur le marché à un prix supérieur d'environ 20% par rapport aux melons ordinaires. 

Le hasard des émissions de la télévision françaises (France 2 - 9 mai) mettait involontairement en parallèle deux situations susceptibles d'alimenter les réflexions. Un reportage réalisé en Chine, sur plusieurs années, montrait combien les petites gens, vexées par les injustices des potentats locaux, éprouvaient de difficultés à faire parvenir leurs pétitions au pouvoir central. Ce reportage me remit à l'esprit un article lu dans la presse chinoise, en 2004, lors d'un de mes voyages; on y apprenait que le P.C.C. s'interrogeait sur le problème, vital à ses yeux, de la remontée des voeux de la population vers le pouvoir central, problème qui n'a jamais été résolu correctement par aucun système politique. Le reportage confirmait que, malgré les risques encourus, des personnes défendent en Chine avec ténacité ce qu'elles estiment être leurs droits et qu'elles finissent parfois par l'emporter. Il révélait aussi que, bien qu'une loi interdisant les internements administratifs en camps de travail ait été déposée pour discussion devant le Parlement début 2007, ces incarcérations anticonstitutionnelles semblent toujours être pratiquées. Le second reportage avait trait à l'affaire de la grotte d'Ouvéa en Nouvelle Calédonie. Il en ressortait que les Canaques subirent, de la part des policiers et militaires français, des sévices que l'on peut assimiler à des tortures, et que 19 indépendantistes furent sauvagement massacrés, après leur reddition et la libération, sains et saufs, des otages qu'ils détenaient. Certes, ces hommes avaient tués plusieurs gendarmes français, mais l'attitude des forces de l'ordre françaises a été blâmée presque unanimement par les témoins. Les indépendantistes qui échappèrent à cette tuerie souhaitaient être jugés; mais ce jugement n'eut pas lieu, le gouvernement français ayant étouffé l'affaire en amnistiant rebelles et militaires. L'approfondissement de la démocratie, en Chine comme chez nous, passe par l'amélioration de l'état de droit à tous les niveaux du pouvoir, ce qui suppose l'indépendance d'une justice proche des citoyens et à leur écoute; la promulgation de lois nouvelles, aussi bonnes soient-elles, ne sert pas à grand chose si elles ne sont pas appliquées! 

La politique familiale chinoise, qui vise à contrôler la croissance démographique, a des effets pervers négatifs dans le contexte d'une société où la femme est encore trop souvent dévalorisée, surtout dans les campagnes. Un déficit féminin est déjà noté; dans l'avenir, 30 millions de Chinois pourraient rencontrer des difficultés pour s'unir à une conjointe. Actuellement, des sortes de foires au mariage se tiennent dans les villes (Pékin, Shanghai...). Ce sont les parents qui les fréquentent. Les Chinois se méfient des agences matrimoniales et des rencontres sur Internet. La passivité et la pudeur des jeunes gens ne facilitent pas les rapprochements. Les jeunes filles trop instruites trouvent difficilement un époux, ce dernier souhaitant souvent dominer sa femme (Supplément au journal Le Monde - 10 mai). 

Un séisme de 7,8 degrés a secoué le district de Wenchuan au Sichuan à 14H28 le lundi 12 mai, faisant plusieurs milliers de morts. L'épicentre se trouvait à environ 100 km du chef-lieu provincial. Le Sichuan est l'une des provinces qui furent touchées par les émeutes du mois de mars. On dit que des "nuées" de crapauds auraient été signalées dans des villes touchées par le séisme; l'étude du comportement des animaux permettrait-elle de prédire ce genre de catastrophe naturelle? 

Le nombre des victimes de la catastrophe du Sichuan pourrait dépasser les 50000. Les pertes élevées en vies humaines s'expliqueraient par la construction défectueuse de bâtiments datant des années 60 du siècle dernier non armés de fer pour résister aux secousses sismiques. Les bâtiments plus récents, édifiés par des firmes japonaises, qui ont une grande expérience en la matière, se sont mieux comportés. La qualité des constructions scolaires est mise en cause; une commission d'enquête va se pencher sur la question et le gouvernement central promet de sanctionner sévèrement les fautes qui pourraient avoir été commises*. Les entreprises françaises installées en Chine proposent leur aide aux autorités; ce tragique événement leur offre une occasion de redorer leur blason terni par les manifestations lors du passage de la flamme olympique à Paris (Le Monde - 17 mai). 

* Il est probable que les normes chinoises ne sont pas assez sévères pour faire face aux séismes d'une telle magnitude qui sont rares en Chine. On parle de les relever. 

Un groupe immobilier chinois achète le château Latour-Lagens, une propriété viticole bordelaise (La Montagne). 

Les conséquences économiques du tremblement de terre du Sichuan devraient rester relativement modérées, le séisme ayant eu lieu dans une zone montagneuse peu industrialisée. En revanche, il handicapera lourdement les familles d'origine han qui, du fait de la politique de limitation des naissances, n'avaient qu'un seul enfant qu'elles ont perdu; les familles des minorités nationales, autorisées à avoir plusieurs enfants sans pénalité, peuvent avoir eu la chance d'en conserver un (La Montagne). 

Une cinquantaine de sources radioactives ont été créées par le séisme du Sichuan. Trente cinq ont été sécurisées. Une quinzaine sont encore hors d'atteinte mais aucune pollution n'aurait encore été détecté dans la nature. Le défi à relever n'en est pas moins très important. D'après les experts, ces sources proviendraient de matériel hospitalier, d'usines ou de centres de recherche. Par ailleurs plusieurs usines chimiques et pétrochimiques fonctionnaient dans la région (La Montagne - 24 mai). 

Le chef du Kuomintang de Taiwan a commencé, lundi 26 mai, une visite en Chine continentale. Il est accompagné de seize membres de son parti qui dirige l'île depuis sa victoire aux dernières élections. Il a proposé aux autorités de Pékin de reprendre le dialogue interrompu depuis 1949 (Le Monde - 28 mai). 

Les réserves de change de la Chine ont augmenté de 74,46 milliards de dollars du mois de mars au mois d'avril dernier pour s'élever à 1756,7 milliards de dollars. Elles sont les premières du monde, devant celles du Japon (Le Monde - 28 mai). 

Sharon Stone a attribué la cause du séisme du Sichuan au mauvais karma de la Chine conséquence de la répression des émeutes tibétaines. Sans doute ignore-t-elle que beaucoup de Tibétains vivent dans cette province située en bordure du Tibet ou peut-être croit-elle que le tremblement de terre les a épargné en réservant sa fureur aux Han! Dans les milieux cinématographiques chinois on envisage de boycotter les films de l'actrice américaine. Il n'est pas venu à l'idée de cette dernière que l'on pourrait tout aussi bien penser que la répression des Tibétains qui en sont victimes est la juste punition de leur mauvais karma et on aurait envie de demander à cette charmante personne si les attentats du 11 septembre ne sont pas aussi la conséquence du mauvais karma des États-Unis! 

Pékin et Taïwan sont tombés d'accord pour de nouvelles rencontres destinées à établir des relations aériennes et à faciliter le tourisme entre l'île et le continent (Le Monde - 30 mai). 

Les agences de tourisme chinoises auraient retiré de leur catalogue les destinations françaises à la suite d'un mystérieux coup de téléphone. Le ministère français des Affaires étrangères demande des explications. L'an dernier, 700000 Chinois ont visité la France; ils auraient été sans doute un peu moins nombreux cette année, en raison des Jeux Olympiques. 

Le 14 mai, Geng Qingguo, géophysicien reconnu en Chine, a affirmé dans l'hebdomadaire hongkongais Yazhou Zhoukan avoir prévu un séisme d'une magnitude de 6 à 7 sur l'échelle de Richter, dans les provinces du Sichuan, de Qinghai et du Gansu entre mai 2008 et avril 2009 en se fondant sur l'étude des relations entre sécheresse et activité sismique. Il aurait même, le 30 avril 2008, alerté le Bureau national de sismologie (BNS), l'autorité en matière de séisme, sur un surcroît de risque pour le 8 mai 2008. Ses révélations suscitent une vive polémique, car le BNS aurait négligé l'avertissement. Le responsable adjoint du bureau des prévisions du BNS nie toutefois avoir reçu "des avis d'individus qui prévoyaient ce séisme". La polémique à ce sujet ferait rage sur la blogosphère chinoise (Courrier International). 

Les efforts consentis par le gouvernement chinois en faveur des médias étrangers au Sichuan sont remarquables et sans précédent. Ils doivent être étendus aux régions tibétaines où la presse internationale est empêchée de se rendre librement depuis le 14 mars (Reporters sans Frontières). 

Juin - Le pouvoir chinois autorise les organisations caritatives religieuses du pays à intervenir dans les zones sinistrées, y compris celles qui émanent d'églises dissidentes tolérées par le gouvernement, comme le catholicisme non officiel (Le Monde - 6 juin). Cette nouvelle n'étonnera que ceux qui ignorent l'évolution de la Chine au cours des dernières années; bien que toujours officiellement athés, les dirigeants chinois ne sont plus foncièrement antireligieux; ils admettent même que les religions peuvent jouer un rôle utile pour construire une société harmonieuse (voir ici et ici). Le gouvernement chinois vient par ailleurs de rappeler que la Chine continuerait à poursuivre sa politique d'amélioration des droits de l'homme à son rythme et à sa manière, sans se laisser influencer par les événements ni les pressions étrangères. 

L'excédent commercial de la Chine serait en train de diminuer. On s'attend à une hausse des importations et à une baisse des exportations (Le Monde - 6 juin), conformément au plan gouvernemental visant à réorienter l'économie vers la satisfaction des besoins intérieurs (voir ici). 
  

La ville de Chongqing en Chine (source: Le Monde)
. 
Une ville-champignon démesurée surgit de terre en amont du barrage des Trois Gorges, au centre de la Chine. En dix ans, Chongqing, gros bourg provincial, est devenu une impressionnante mégapole à croissance ultra rapide. Avec plus de 31 millions d'habitants (en 2005), elle est la plus vaste et la plus importante des quatre villes provinces autonomes placées directement sous le contrôle du pouvoir central. Ce dernier a impulsé son développement pour éviter l'afflux des ruraux vers les régions côtières de l'est, déjà surpeuplée, en créant un pôle de développement au centre du pays susceptible d'accueillir une partie des milliers de paysans qui quittent chaque année la terre pour s'installer dans les villes, où les conditions de vie sont meilleures. Capitale de la civilisation des Ba, vieille de trois mille ans et dont les vestiges sont désormais sous les eaux du barrage, Chongqing accueillit le gouvernement de la Chine nationaliste, de 1938 à 1945, pendant l'invasion japonaise. C'est maintenant une cité gigantesque, où se mêlent architecture moderne, vieux quartiers en voie de disparition, et logements sociaux, hautes tours serrées les unes contre les autres, rapidement vétustes. La ville, un des symboles de la Chine d'aujourd'hui, ne cesse de se transformer, non sans que des tensions surgissent; celle-ci sont illustrées par la résistance d'un couple, expulsé pour permettre la construction d'un centre commercial, qui a défrayé la chronique en 2007; il a fini par obtenir gain de cause et par obtenir le relogement souhaité. Les autorités centrales espèrent faire de Chongqing une ville moderne exemplaire, une sorte de Chicago chinois (Supplément au journal Le Monde - 7 juin). 

Pékin s'endimanche pour accueillir les J.O.; les espaces verts et fleuris sont multipliés (France 2 - 9 juin). 

Des réformes sont en cours dans la fonction publique chinoise. Le quartier de Pudong, a  Shanghai, inaugure un nouveau système expérimental de gestion des effectifs. Ce système introduit des changements dans la fonction publique pour qu'elle ne procure plus un emploi à vie, mais base celui-ci sur la performance. D'autre part, à Nankin, les candidats à de hautes fonctions publiques s'affronteront au cours d'un débat télévisé et seront ensuite choisis par le vote du public (Quotidien du Peuple). 

Les pressions inflationnistes, qui restent élevées (de l'ordre de 8%) mettent à mal les valeurs chinoises (China Daily - 10 juin). 

La Chine et Taiwan ont signé des accords prévoyant la mise en place de vols réguliers entre l'île nationaliste et le continent et permettant à davantage de touristes chinois de se rendre à Taiwan, lors d'une cérémonie retransmise par la télévision chinoise. Les vols commenceront dès le 4 juillet (A.F.P. et Cyberpresse). 

Le séisme du Sichuan, dont le nombre de victimes ne cesse d'augmenter (on en serait maintenant à 80000 morts), a suscité une vague de solidarité à travers la Chine. Les ONG chinoises sont là, noyées parmi les entreprises publiques et privées et les milliers de bénévoles qui se sont inscrits spontanément sur les listes d'organismes officiels: Croix-Rouge chinoise, Ligue de la jeunesse communiste... Les autorités demeurent méfiantes à l'égard des ONG, potentiels agents de la subversion étrangère (Le Monde - 15/16 juin). 

Un explosion dans une mine du Shanxi tue vingt-sept mineurs et en bloque sept autres. Les mines chinoises sont parmi les plus dangereuses du monde; des normes de sécurité plus sévères ont été édictées qui devraient conduire à la fermeture des mines les plus risquées, mais, le charbon étant la principale source d'énergie du pays, de nouvelles petites mines illégales, échappant à la surveillance gouvernementale, s'ouvrent régulièrement. Toujours dans la même province, un glissement de terrain a enseveli 19 ouvriers dans l'usine où ils travaillaient (Le Monde - 15/16 juin). 

Les vestiges culturels ont beaucoup souffert du récent séisme en Chine, particulièrement ceux de l'ethnie Qiang. Des mesures vont être prises par les autorités pour préserver cet héritage. D'après des textes chinois anciens, les Qiang seraient les ancêtres des Tibétains et ils pourraient être les fondateurs du royaume du Min-yag. 

Après le séisme du Sichuan, c'est maintenant de graves inondations qui touchent la Chine, y compris les zones dévastées par le tremblement de terre. On compte déjà plus de 200 morts. Là encore, l'armée se porte au secours des victimes (France 2 - 17 juin). 

Les Chinois compteraient désormais davantage sur leur épargne que sur leur progéniture pour assurer leur vie pendant leur retraite. 

Pékin et Tokyo se sont mis d'accord sur l'exploitation de gisements de gaz situés dans une zone contestée en mer de Chine orientale. Cette nouvelle est perçue comme un rapprochement significatif entre les deux pays. L'influence chinoise se développe au Congo, au détriment de celle de la Belgique, ancienne puissance coloniale. Le boom économique des casinos de Macao enrichit la classe moyenne émergente au risque de mettre en péril la stabilité sociale; la ville attire une immigration clandestine sans droits qui tire vers le bas les salaires des ouvriers locaux; Pékin a décidé de geler l'octroi des licences de jeu et des permis de construire de nouveaux casinos, afin de prévenir une déstabilisation de cette enclave rattachée à la Chine sous un statut particulier (Le Monde - 20 juin). 

Des journalistes de la télévision française sont arrivés à Lhassa pour assister au passage de la flamme olympique. La présence militaire et policière dans la ville rappelle les émeutes de mars (France 2). 

Sous les applaudissements d'une petite foule soigneusement sélectionnée, le passage de la torche olympique s'est déroulé sans incident dans les rues de Lhassa, samedi 21 juin. L'agence de presse Chine nouvelle a annoncé la libération de 1157 personnes impliquées dans les émeutes. Les responsables des exilés tibétains avancent le nombre de 203 victimes de la répression (Le Monde - 22 et 23 juin). 

D'après le China Daily, la Cours Suprême de Chine à commué 15% des condamnations à mort prononcées en Chine au cours du premier semestre de cette année soit parce que la peine était disproportionnée soit parce que le jugement ne paraissait pas suffisamment fondé. Ces résultats sont la conséquence des modifications de la législation visant à une meilleure administration de la justice prises dans un passé récent. Les autorités envisageraient l'abolition de la peine de mort mais le moment ne leur semble pas encore opportun; d'une part la criminalité est trop importante dans le pays d'autre part la population chinoise se montre hostile à la suppression d'une peine qu'elle estime normale pour les criminels, elle réclame même son application plus rapide. 

Plus de 30000 personnes ont participé à de violentes manifestations dans le Guizhou, au sud de la Chine. Elles protestaient contre les conclusions formulées après la découverte du corps d'une étudiante qui se serait suicidée. Les manifestants estiment que cette jeune fille a été assassinée avec la complicité des autorités. De nouvelles investigations vont avoir lieu. Ces événements mettent en lumière un profond malaise au sein d'une population qui reproche aux pouvoirs locaux de n'avoir pas apporté à la solution des nombreux problèmes qui se pose à elle (mines, immigration, relogement des expulsés...) toute l'attention désirable. 

Juillet - Alors que, le 4 juillet, les premiers touristes continentaux vont atterrir sur l'île, une enquête révèle que 54% des salariés de Taiwan désirent se rendre en Chine continentale pour y trouver du travail. 

En 2020, toute la population chinoise devrait avoir aux services sanitaires fondamentaux. Le vice ministre chinois de la Santé, Gao Qiang a déclaré, mercredi 17 octobre, à Pékin, que tous les Chinois seraient alors couverts par le système de l'assurance maladie, au cours d'une interview accordée à l'agence de presse Xinhua. Aujourd'hui, 900 millions de personnes cotisent à l'assurance maladie ou au système rural correspondant. 

On s'attend à une hausse des taux d'intérêt pour contenir le risque d'inflation qui apparaît aux États-Unis. Ce changement de politique monétaire pourrait inverser les flux de capitaux au détriment des pays émergents. La Chine devra peut-être faire face à une réduction de la monnaie en circulation, mais cette situation nouvelle aidera à contenir la pression inflationniste. 

La France, qui était naguère le pays que les Chinois préféraient, après le leur, a chuté fortement dans leur estime depuis le passage de la flamme olympique à Paris, selon un sondage d'opinion; plus de 60% des sondés disent avoir aujourd'hui une mauvaise image de notre pays. L'Angleterre, l'Allemagne et le Canada ne semblent pas mieux traités. Un autre sondage d'opinion montre que la majorité des sondés (88%) ne souhaitent pas la présence de Nicolas Sarkozy à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques. D'après l'ambassade de France à Pékin, les demandes de visas ont baissé de 70% par rapport à l'an dernier, mais il ne faut pas dramatiser ce résultat dans la mesure où les nationaux des pays où se tiennent d'importantes manifestations sportives ont généralement l'habitude de rester chez eux l'année où elles ont lieu. Le lundi 2 juillet les représentants du Dalaï lama et ceux de la Chine se sont à nouveau rencontrés (China Daily - 3 juillet). 

D'après le Directeur de l'École de Guerre Économique de la France, Christian Harbulot, le boycottage de Carrefour aurait pu être organisé de l'extérieur de la Chine par ses concurrents occidentaux. En effet, les messages reçus par les usagers chinois de téléphones portables, qui appelaient au boycottage de Carrefour, venaient très largement de l'extérieur du territoire chinois, ce qui laisse supposer une manipulation des concurrents occidentaux de la firme française (Quotidien du Peuple - 3 juillet). 

le Président de la Chambre de Commerce de l'Union européenne en Chine, Joerg Wuttke, a exprimé ses inquiétudes et ses préoccupations quant aux répercussions économiques négatives pour l'Union européenne que pourraient provoquer les conditions posées par Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'Union, pour assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques. Les Européens sont invités à prendre exemple sur le Premier ministre d'Australie Kevin Rudd qui connaît bien la Chine pour y avoir vécu plusieurs années (Quotidien du Peuple - 4 juillet). 
. 

Le site de Tulou (source: China Daily)
. 
Un nouveau site chinois vient d'être ajouté à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il s'agit du site de Tulou, construit du 11ème au 20ème siècle dans une région montagneuse du Fujian et des provinces voisines. Les constructions, de forme circulaire, assuraient la défense et étaient conçues pour permettre à un clan de vivre rassemblé. Leur agencement renseigne sur les relations qui existaient à l'intérieur du clan ainsi que de l'idée que ses membres avaient de la place de l'homme dans la nature (China Daily - 7 juillet). 

La Chine n'est pas d'accord avec les décisions prises au sommet du G8 tenu au Japon. Le gouvernement de Pékin reconnaît la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique et entend prendre sa part dans cette action mais il émet des réserves sur deux points importants: 1°)- Les objectifs fixés sont globaux sans préciser comment la charge se répartira entre les pays; or, il devrait appartenir aux pays développés, les plus pollueurs, de consentir l'effort principal. 2°)- L'horizon, qui se situe à une date à laquelle beaucoup de participants au sommet seront morts, n'a pas grande valeur faute d'engagements chiffrés à plus court terme; il est à craindre que la décision prise ne se transforme en voeu pieux. Toutes les études prouvent que les engagements pris jusqu'à présent pour limiter les émissions de CO2 n'ont pas empêché la situation de se dégrader de plus en plus rapidement. 

Le Mont Sanqingshan, géoparc national chinois situé dans la province du Jiangxi (centre-est de la Chine), a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Le site abrite 48 pics et 89 colonnes de granit dont beaucoup ressemblent à des silhouettes humaines ou animales. La beauté naturelle du mont Sanqingshan, culminant à 1817 m, est mise en valeur par un environnement climatique et végétal qui renforce encore son attrait. Le parc comprend des forêts, de nombreuses chutes d'eau, dont quelques-unes de 60 m de haut, des lacs et des sources (Quotidien du Peuple - 10 juillet). 

Le taux de croissance de l'économie chinoise (10,1%) est en légère baisse et celui de l'inflation également. Les mesures prises pour contrôler la surchauffe ont se sont donc révélées efficaces. Mais, d'une part, il est nécessaire de maintenir un taux de croissance économique élevée pour éviter le chômage et, d'autre part, il convient de poursuivre une politique de restriction de crédit pour juguler l'inflation (China Daily - 18 juillet). 

Le nombre des morts du tremblement de terre du Sichuan s'élève officiellement à 69197, celui des disparus à 18222 et celui des blessés à 374176. Du 20 juillet au 20 septembre des restrictions de circulation ne permettront aux voitures de rouler à Pékin qu'un jour sur deux pour améliorer la qualité de l'air pendant les J.O. (China Daily - 20 juillet). 

La fiabilité des mesures de pollution à Pékin est mise en doute par des organismes internationaux. Cependant, un quart de l'énergie des JO serait d'origine renouvelable et les mesures prises pour contenir la pollution à l'occasion des Jeux pourraient servir ultérieurement pour améliorer les performances de la Chine dans ce domaine (Le Monde - 27-28 juillet). Il convient de rappeler que nombre de villes où se sont tenus récemment les Jeux (Los Angeles, Atlanta, Athènes...) étaient elles aussi polluées. 

Août - La Chine est entrée dans l'ère de la grande vitesse ferroviaire hier, avec le lancement d'une ligne Pékin-Tianjin de 120 km de long, sur laquelle circuleront des trains pouvant atteindre 150 km/H (La Montagne - 2 août). 

Après le tollé soulevé en Occident par le maintien de la censure d'Internet, Pékin a assoupli son système de contrôle en ouvrant l'accès à certains sites sensibles ( Amnesty International, Reporters sans Frontières, la BBC en chinois...) (La Montagne - 2 août). 

D'après Hein Verbruggen, président de la Commission de Coordination des J. O. au sein du C.I.O., les manifestations lors du passage de la flamme olympique ont eu des répercussions négatives en Chine, la population chinoise les ayant perçues comme une volonté de mise à l'écart de leur pays par une partie de la communauté internationale. Une réaction nationaliste est à craindre. Pour Verbruggen, les Chinois ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faciliter le travail des journalistes et les restrictions qui subsistent ne sont nullement contradictoires avec la charte olympique; on ne peut refuser aux Chinois de défendre leur sécurité nationale (Le Monde - 3-4 août). 

La Chine compte désormais plus d'internautes que les États-Unis (CNN - 6 août). 

Quatre touristes occidentaux, deux Britanniques et deux Américains, ont déployé pendant une dizaine de minutes une banderole réclamant la liberté pour le Tibet devant le "nid d'oiseau" de Pékin. La police a rapidement mis fin à cette démonstration (La Montagne - 7 août). En 2012, des Chinois manifesteront-ils à Londres pour réclamer le départ des troupes anglaises d'Irak, si elles y sont encore?  

D'après l'historien chinois Xu Guoqi, qui vit aux États-Unis, la façon dont les Occidentaux ont couvert le passage mouvementé de la flamme olympique à Londres et à Paris semble être une manière de rappeler aux Chinois qu'ils ne sont pas leurs égaux. L'ancien correspondant du journal Le Monde à Pékin, de retour dans la capitale chinoise, à l'occasion des J.O., décrit les nombreuses transformations que la ville a subi; cette cité, autrefois horizontale est devenue une ville verticale où les tours conçues par des architectes du monde entier rivalisent avec celles de Shanghai et de Hong Kong, au voisinage des bâtiments plus austères de l'époque du réalisme socialiste; presque tous les anciens quartiers ont disparu, avec leurs hutong (ruelles) et leurs siheyuan (maisons à cour carrée), pour céder la place à des immeubles modernes; leurs habitants sont partis vers la banlieue; mais on peut encore voir de vieux Pékinois dans les parcs et les temples où ils dansent et chantent des airs de leur jeunesse; la capitale chinoise dispose désormais du plus grand aéroport moderne du monde. L'ancien secrétaire d'État français à la Jeunesse et au Sport, Roger Bambuck, partisan du boycottage, affirme qu'il ne regardera pas les J.O. et que la télévision française serait bien inspirée de rediffuser les Jeux de Londres, de Mexico ou de Melbourne (Le Monde - 8 août). Roger Bambuck a-t-il oublié que l'ouverture des Jeux de Mexico a presque coïncidé avec le massacre de plus de trois cents manifestants dans la capitale mexicaine?  

L'inflation en Chine devrait tomber à 5,5% au cours du troisième trimestre et à 4,5% pendant les trois derniers mois de l'année. Le moment est donc venu d'assouplir la politique monétaire pour soutenir la croissance à un taux voisin de 10% (Le Monde - 8 août). 

Un spectacle comique traditionnel chinois qui s'apparente à nos chansonniers, le xiangsheng, remporte un grand succès populaire. Très prisé par Mao Tsé Toung, il s'était empesé dans les atours de la propagande et avait perdu son public populaire. Celui-ci est de retour depuis que le genre s'est renouvelé; il dénonce les travers de la société chinoise de façon relativement acerbe en se gardant toutefois de franchir la ligne rouge (Le Monde - 12 août). 

Après le meurtre d'un touriste américain par un déséquilibré chinois à Pékin, en marge des J.O., on observe que, malgré un doublement des affaires criminelles depuis les années 1990, les faits divers de cette nature sont relativement peu nombreux en Chine, pays très sûr en raison de son puissant appareil policier, où la sécurité des personnes est considérée comme le premier des droits de l'homme (Le Monde - 12 août). 
. 

En marge de l'ouverture des J.O. - Une interprétation d'Avalokitesvara 
Source: China Daily
. 
Une activiste canadienne pro-tibétaine, Maude Côté, s'est rendue à Pékin pour manifester dans le cadre des Jeux Olympiques. Elle a déployé sa banderole réclamant la liberté pour le Tibet vers 15 h et elle était dans dans l'avion de retour dans son pays à 21 h, après avoir été expulsée. Elle dit n'avoir pas été mal traitée par la police qui lui a seulement reproché sans aménité d'avoir enfreint les lois chinoises (Le Soleil - 12 août) . A-t-on jamais vu des touristes chinois réclamer devant le Parlement d'Ottawa l'indépendance du Québec? 

Un peu d'humour: le Canada ne boycotte pas les compétitions olympiques, seulement le podium... au moins pendant la première semaine (idem). 

Le siège du Front National de Le Pen est racheté par une université de Shanghai pour y organiser des stages de perfectionnement en langue française (idem). 

Deux programmes pour comprendre la Chine sont lancés à Longueuil. Afin de faciliter l'apprentissage du chinois et de favoriser la connaissance de la culture chinoise, la République populaire de Chine a fondé des Instituts Confucius, au nombre de 150 actuellement, dont plusieurs sont actifs au Canada (Le Journal de l'Université de Sherbrooke - 14 août). 

Les Jeux Olympiques s'achèvent en apothéose pour la Chine unanimement louée pour la perfection de son organisation. Londres pourra difficilement faire mieux, mais les responsables britanniques annoncent déjà qu'ils feront différent (Le Devoir - 25 août). Des critiques s'élèvent néanmoins: on reproche à la Chine d'avoir doublé la jeune chanteuse, lors de l'ouverture des Jeux, par une autre jeune personne présentant une plus belle dentition; d'après un journal américain, les représentants des minorités auraient tous été d'ethnie han lors de cette même cérémonie (les journalistes américains sont certainement des experts en matière de reconnaissance des caractéristiques ethniques); aucune manifestation n'a rempli les conditions exigées pour être autorisée par les autorités chinoises, comme elles en avait fait la promesse; des jeunes gymnastes chinoises sont suspectées d'être plus jeunes qu'annoncée (je me souviens que, lors d'un voyage au Cambodge, j'ai pris une gracieuse jouvencelle, à qui j'octroyais généreusement 10 à 12 printemps, pour la soeur de l'enfant qu'elle tenait dans ses bras; renseignements pris, elle avait 20 ans et cet enfant était son fils!) Quoi qu'il en soit, les Jeux se sont déroulés sans incident notable et la Chine a raflé le plus grand nombre de médailles d'or, loin devant les États-Unis; pourtant, certains journaux nord-américains affirment que la Chine est menacée d'obésité sous l'influence de... Mac Donald et KFC! 

En marge des Jeux: les journalistes qui ne connaissaient pas la Chine ont été séduits par son talent organisationnel, y compris les Américains, mais Pékin manquait d'enthousiasme et la ville semblait presque déserte (Bruno Philip). Le nombre de records battus laisse planer un doute sur l'honnêteté de certains athlètes malgré le nombre limité de contrôles positifs (6) (Stéphane Mandard)*. La sexualité des jeunes Chinois a beaucoup évolué et témoigne des profonds changements intervenus dans le pays, un sexologue préconise le recours à l'adultère discret pour atteindre la sérénité dans le couple, l'homosexualité n'est pas encouragée mais elle est tolérée... (j'ai moi-même remarqué, en 2006, deux lesbiennes se caressant et s'embrassant dans la rue à Shanghai) (Bruno Philip et Brice Pedroletti). La baisse de la pollution sera-t-elle un phénomène temporaire? Il est probable que l'effort consenti perdurera au moins partiellement (Olivier Montalba). Si aucun incident regrettable n'a eu lieu, plusieurs tentatives auraient été déjouées, notamment à Canton et à Shanghai et des attentats auraient même été tenus secrets; huit manifestations pro-tibétaines organisées par des étrangers se seraient soldées par l'expulsions des protestataires (voir celle de Maude Côté, ci-dessus) et les trois parcs désignés comme espace de protestation sont restés vides faute, pour les manifestants, d'avoir obtenu les autorisations requises (Olivier Montalba et Brice Pedroletti). En dernier ressort, le régime a atteint ses objectifs et on peut décerner une médaille d'or au Parti communiste chinois (Jean-François Huchet) (Supplément au journal Le Monde du 26 août). 

* On notera que les athlètes ne semblent pas avoir souffert de la pollution qui, selon certains propos alarmistes, devait s'avérer catastrophique! 
. 

La cérémonie de clôture des Jeux - Source: China Daily
. 
En visite à Quemoy, le président Ma de Taïwan fait un nouveau geste en direction de Pékin en déclarant: "Pourquoi devrions-nous perdre un autre siècle à nous battre? Pourquoi ne pas saisir l'occasion historique de semer les graines de la paix dans chacune des âmes de ceux qui vivent de part et d'autre du détroit de Taïwan?" (idem). 

Les exilés économiques ou politiques chinois perdent rarement de vue la mère patrie, il en sont souvent fiers et plusieurs y reviennent (Le Monde - 26 août). 

Si la contrefaçon s'est faite plus discrète pendant les J. O., il était tout de même possible de se procurer des articles imités dans les arrières-boutiques. Les touristes ne s'en seraient pas privés, George Bush père en tête (Le Devoir - 26 août). 

D'après un expert internationalement reconnu, la population chinoise aurait vu son standard de vie augmenter dans des proportions sans exemple dans l'histoire de l'humanité au cours des trois dernières décades. Entre 1978 et 2007, le taux de croissance économique s'est élevé à 9,8% en moyenne entraînant une amélioration considérable du niveau de vie des Chinois. Si, de 2000 à 2005, le taux de fréquentation de l'enseignement primaire est resté stable, la totalité des enfants étant scolarisée, celui de l'enseignement secondaire a progressé de 88,6% à 95%. L'espérance de vie est passée à 72,4 ans en 2005 (moyenne mondiale: 67 ans)*; les indicateurs de santé se comparent favorablement à ceux du reste du monde; 70% des agriculteurs sont couverts par un système d'assurance maladie coopératif qui prend en charge au moins la moitié de leurs frais médicaux. La pauvreté a fortement reculé, les pauvres (au sens chinois du terme) n'étant plus que 23 millions aujourd'hui contre 218 millions en 1980. Cependant l'écart continue de s'accentuer entre le niveau de vie des villes et celui des campagnes, phénomène qui doit susciter des inquiétudes; le coefficient mesurant l'inégalité des revenus est passé de 0,3 en 1982 à 0,45 en 2002 et on l'estime aujourd'hui à 0,47 alors que l'on admet que la situation devient alarmante s'il dépasse 0,4. La population considérée comme pauvre au sens de la Banque mondiale (revenu quotidien inférieur ou égal à un dollar) s'élèverait à 100 millions, soit environ 7,8% de la population totale, mais elle se concentre dans les régions rurales et à l'ouest du pays où le taux de pauvreté monte jusqu'à 13,7% (selon les normes chinoises) et où les habitants ressentent plus rudement les effets des variations climatiques et des catastrophes naturelles. Les critères permettant d'évaluer le bien être de la population ont évolué au cours du temps: si l'accent était mis sur la nourriture et l'habillement dans les années 1980-1990, on considère aujourd'hui que l'éducation fait partie des droits universels. L'auteur de l'étude invite donc les pouvoirs publics à accorder davantage de crédits à la formation de base et à la sécurité sociale; les gains sociaux qui en résulteraient pour le futur contribueraient à la stabilité de la société et permettraient d'accélérer le processus de réalisation de l'harmonie sociale, objectif affiché des pouvoirs publics (China Daily - 28 août). 

* Rappelons que l'espérance de vie était en Chine de 25 ans avant la seconde guerre mondiale et de 65 ans à la mort de Mao Tsé Toung. 

Le SID, une Agence de Presse allemande d'informations sportives, a démis le 4 août le journaliste Dieter Hennig de ses fonctions à cause de ses articles jugés trop favorables à la Chine. Cette mesure, qui s'apparente à de la censure, a suscité une vive préoccupation au sein des médias allemands (Quotidien du Peuple - 29 août). 

Une retombée économique des J. O.? La Pologne envisage de faire appel à la Chine pour améliorer ses équipements sportifs, dans la perspectives des épreuves européennes de de football qui doivent se dérouler chez elle (Le Monde - 31 août/1er septembre). 

Septembre - Un total de 4 000 visiteurs, chinois et étrangers, ont afflué au Centre financier mondial de Shanghai le jour de son ouverture, afin d'admirer la ville, a rapporté l'Oriental Morning Post. Le Centre, d'une hauteur de 492 mètres, se trouve dans l'arrondissement Pudong. Il s'agit du gratte-ciel le plus haut de Chine continentale, et le troisième du monde, derrière le Burj Dubai et le Taipei 101 (Synergy - 2 septembre). Ce gratte-ciel, qui a été ouvert le samedi 30 août 2008, constitue, avec la Tour Jin Mao et la Tour de la Télévision, perle de l'Asie, le triangle des trois bâtiments les plus élevés du nouveau quartier des affaires de Shanghai. 

La scolarité obligatoire devient gratuite dans toutes les régions de Chine. Cette mesure, peu significative en milieu urbain, réduira sensiblement les charges des familles les plus pauvres en milieu rural et dans les régions de l'ouest (Quotidien du Peuple - 2 septembre). 

Le Deutsche Welle (DW), la radio internationale allemande, vient de suspendre de ses fonctions de Directrice Adjointe du Département chinois la journaliste Zhang Danhong, en l'interdisant de micro. La raison invoquée par la Direction de DW c'est qu'au cours de plusieurs débats, certains de ses propos sont allés à l'encontre des "idées directrices" de la chaîne; traduisez: "ils n'étaient pas assez critiques à l'encontre de Pékin" (Quotidien du Peuple - 3 septembre). 

Les États-Unis sont toujours un acteur majeur d'Internet mais ne contrôlent plus le monde. La Chine vient de les dépasser en terme d'internautes en juin dernier. L'Asie accueille désormais 578,5 millions, soit 39,5%, des internautes alors que seule 15,3% de la population asiatique est connectée à Internet d'après Internet World Stats. De l'autre côté du Pacifique, il y avait 237 millions d'internautes en Amérique du Nord mais le taux de pénétration se rapproche d'un seuil maximal avec 71% de la population couverte. De moins en moins d'échanges de données transitent par les USA depuis l'entrée en vigueur de mesures d'investigation, visant à lutter contre le terrorisme, qui constituent de véritables dangers d'espionnage pour les entreprises; d'autres réseaux, moins faciles à surveiller ou à paralyser, se sont développés (Synergy - 9 septembre). 

L'aéroport international de Hong Kong vient d'être élu "World's Best Airport" pour la 7ème fois en dix ans ! Chaque année, Skytrax organise un sondage international pour récompenser le meilleur aéroport du monde. Cette année, 8.2 millions de personnes ont répondu à l'enquête et c'est l'aéroport international de Hong Kong (HKIA) qui, une fois de plus, a été récompensé. Pour rappel, 90 compagnies aériennes y opèrent, dont 2 relient Paris à Hong Kong en direct: Air France et Cathay Pacific. En 2007, plus de 47.8 millions de passagers ont utilisé cet aéroport (Synergy - 17 septembre). Voisi trois ans, j'avais été moi-même surpris par la qualité de l'accueil dans cet aéroport. 

La qualité des produits chinois est à nouveau sur la sellette. Plus de 6000 cas d'enfants intoxiqués en buvant du lait ont été découverts à travers la Chine; quatre enfants sont décédés. Le lait avait été dopé à la mélamine, une molécule utilisée pour la fabrication du formica, afin de faire passer le lait comme étant enrichi en protéines et le vendre plus cher. Ce scandale secoue le pays où les mères n'ont plus confiance au lait vendu dans les magasins. La principale entreprise mise en cause, Sanlu, est détenue à 43% par des capitaux néo-zélandais; mais une vingtaine d'autres entreprises* auraient également frelaté leur produit par appât du gain. Le lait aurait également été exporté. Plusieurs responsables d'entreprises ont été arrêtés (Le Monde - 18 septembre). Ce scandale est d'autant plus inattendu qu'en 2007 déjà une affaire similaire avait secoué l'Amérique du Nord, plusieurs animaux de compagnie, chats et chiens, étant morts par suite de formation de calculs dans leurs reins imputés après avoir absorbé de la nourriture composée d'aliments en provenance de Chine; des chercheurs de l'Université de Guelph (Ontario) avaient alors apporté la preuve que la mélamine, associée à l'acide cyanurique, un de ses sous-produits métaboliques, réagit en créant des cristaux pouvant bloquer le fonctionnement des reins; à la suite de ces incidents, le gouvernement chinois avait déclaré que l'usage de la mélamine, employée depuis les années 1990 pour enrichir artificiellement les aliments du bétail en protéines, surtout en Chine mais aussi dans d'autres pays, était désormais interdit. 
. 
* Sur les 109 sociétés fabricant du lait en poudre en Chine. 

L'insécurité alimentaire est-elle devenue le nouveau fléau de la Chine? L'affaire du lait frelaté amène à se poser cette question. Si le nombre d'entreprises concernées est limité, ces dernières s'approvisionnent auprès d'une multitude de petits fournisseurs (450000?) dont certains ne sont même pas licenciés, ce qui rend les contrôles très difficiles. Les crises alimentaires conduisent le gouvernement à renforcer la réglementation mais il se heurte aux réticences des entrepreneurs chinois et étrangers qui redoutent une augmentation de leurs coûts. Un projet de loi en cours d'examen prévoit néanmoins un emprisonnement à vie pour les fabricants de produits frelatés. Pour pallier les déficiences chinoises, les États-Unis ont obtenu de Pékin l'installation de 15 inspecteurs de la FDA (Food and Drug Administration) sur le territoire chinois. L'OMS (Organisation mondiale de la santé) n'a pas jugé nécessaire de formuler des recommandations dans une affaire dont les conséquences, comme pour la vache folle, peuvent pourtant être multipliées par la mondialisation (Le Monde - 21/22 septembre). 

Finalement, près de 53000 enfants chinois auraient été victimes du lait frelaté; 12892 étaient encore hospitalisés dimanche soir 21 septembre et 39965 avaient reçu des soins; 104 bébés étaient dans un état grave. Le moteur de recherche Baidu est suspecté, par les internautes chinois, d'avoir censuré les informations défavorables à l'entreprise Sanlu, pratique semble-t-il courante des moteurs de recherche en faveur des sociétés qui passent avec eux des contrats publicitaires (Le Monde - 23 septembre). La crise du lait frelatée prend une telle ampleur que le directeur national du contrôle de la qualité démissionne et que des responsables politiques locaux sont limogés; l'entreprise Sanlu, au courant du problème depuis décembre 2007, n'en aurait pas tenu informées les autorités; cette entreprise, menacée de faillite, pourrait être reprise par Sanyuan, une autre société qui n'a pas été touchée par le scandale. 

A l'Assemblée générale de l'ONU, un nombre de plus en plus élevé de pays soutient les positions de la Russie et de la Chine, au détriment de celles de l'Occident. Les thèses de ce dernier, notamment en ce qui concerne l'universalité des droits de l'homme, sont contestées par un nombre croissant d'États du sud de la planète. L'appui aux positions de la Chine et de la Russie est passé de 50% dans la décennie 1990 à 74% en 2007-2008 (Le Monde - 23 septembre). 

Les entreprises chinoises commencent à perdre de leur compétitivité. L'appréciation du yuan par rapport au dollar et le ralentissement de l'économie mondiale, couplé avec celui de l'économie intérieure, laissent redouter des difficultés à venir. Cette année, la croissance devrait être inférieure à 10%. Elle devrait encore baisser dans le futur, jusqu'aux alentours de 7%, avant de se redresser en 2011 et 2012. Les entrepreneurs demandent un infléchissement de la politique gouvernementale, notamment une réduction des taxes qu'elles supportent (China Daily - 24 septembre). Parallèlement, on constate une baisse de la confiance des ménages moins enclins à acheter leur appartement ou à investir à la bourse (Le Quotidien du Peuple - 24 septembre). 

Sous le titre: "Les scandales du made in China", le magazine L'Express publie une longue liste des produits dangereux en provenance de Chine décelés au cours des dernières années. Des poulets grippés au lait frelaté, en passant par les médicaments toxiques, les vêtements inflammables, les piles qui chauffent, les jouets qui blessent, les pâtes dentifrices à l'antigel, les aliments contaminés aux pesticides... tout y passe. Le journal reconnaît toutefois que des sanctions sévères frappent les responsables: un haut fonctionnaire a même été condamné à mort et exécuté (L'Express - 24 septembre). 

La Chine a lancé aujourd'hui son troisième vol spatial habité avec trois astronautes à son bord; ils tenteront d'effectuer la première sortie dans l'espace du pays (Le Quotidien du Peuple - 25 septembre). 

La Chine ne se contente plus d'être l'atelier du monde. Grâce à un effort éducatif hors du commun, le nombre d'étudiants vient d'y doubler depuis 5 ans et elle est en train de s'imposer comme l'un des principaux centres de matière grise de la planète. A Shanghai, surgissent de terre campus, parcs haute technologie et centres de recherche et développement. Des entreprises mondiales de premier rang s'y installent (Microsoft, Novartis, IBM...) Nombre de Chinois vont étudier à l'étranger pour revenir chez eux, où les opportunités de réussite ne manquent pas, ou s'installent à l'étranger pour servir de relais aux entreprises chinoises. Quelques statistiques sont éloquentes: les Chinois représentaient 26% des doctorats d'ingénierie et de sciences décernés aux USA en 2007; de 1998 à 2008, le nombre de diplômés est passé en Chine de 1,8 millions à 5,59 millions, cette expansion de l'éducation supérieure est d'ailleurs jugée trop rapide par le pouvoir de Pékin certains diplômés rencontrant des difficultés à trouver un emploi sur le marché du travail; 144000 Chinois sont partis étudier à l'étranger en 2007; la même année, 44000 Chinois diplômés sont revenus dans leur pays; 1,21 million de Chinois ont étudié hors de Chine entre 1978 et 2007, 319700 sont revenus et 657200 étudiants chinois sont encore inscrits dans des universités étrangères en 2008 (Supplément du journal Le Monde N° 241 - 27 septembre). 

La troisième session plénière du 17ème Comité central du PCC se réunira du 9 au 12 octobre à Pékin. Elle se penchera sur les problèmes liés au développement de l'agriculture en vue d'assurer la sécurité alimentaire de la population chinoise. Le pays se doit de soutenir et de protéger son agriculture, d'accélérer la modernisation agricole, de protéger les droits et intérêts des agriculteurs et de promouvoir l'innovation dans le développement rural. L'agriculture constituant le socle de l'économie chinoise, il est nécessaire de coordonner le développement économique et social dans les régions urbaines et rurales et de déployer des efforts afin d'assurer les intérêts des agriculteurs en vue de promouvoir l'harmonie sociale. Le but visé est l'autosuffisance en matière de consommation de céréales (Chine nouvelle - 29 septembre). 

Octobre - Dans le cadre du scandale du lait frelaté, 27 personnes sur les 36 interpellées, ont été inculpées dans le nord de la Chine (Le Monde - 1er octobre). 

Le tabagisme et l'usage de combustible solide (charbon de bois), pour le chauffage et la cuisson des aliments, pourraient tuer 80 millions de Chinois d'ici à 2033, d'après une étude publiée par The Lancet. Les victimes périraient de broncho-pneumonies, de cancers du poumons ou de tuberculose. Les mêmes problèmes affecteraient d'autres populations des pays pauvres (Le Monde - 7 octobre). 

La Chine a officiellement adopté, le mardi 8 octobre, les taux de mélamine tolérés dans les produits alimentaires par la réglementation de l'Union européenne récemment prise dans l'urgence (Le Monde - 9 octobre).  

Une brèche de digue survenue le 8 septembre près d'une mine de houille dans le district de Xiangfen, ville de Linfen, province du Shanxi, a tué 271 personnes. Cette mine de houille, surexploitée, aurait dû être abandonnée, mais son propriétaire continuait à l'exploiter, ce qui a provoqué cet accident, le plus grave du genre peut-être dans le monde. Les autorités chinoises vont placer les entreprises où plus de dix personnes périssent dans un accident sur une liste noire de façon à les discréditer. Par ailleurs, les responsables seront démis et écartés du marché de l'emploi pendant cinq ans. Ces mesures visent à renforcer la sécurité sur les lieux de travail (Quotidien du Peuple - 9 octobre). 

Le prochain comité central du P.C.C. pourrait prendre une décision visant à autoriser les paysans chinois à vendre le droit d'usage des terres qu'ils cultivent afin de favoriser la mobilité de ceux qui souhaitent quitter la campagne pour la ville et de faciliter le regroupement des terres cultivables en parcelles plus importantes; ces parcelles permettraient une modernisation des méthodes de culture en facilitant la mécanisation; on en attend des rendements accrus améliorant la sécurité alimentaire du pays (Le Monde - 9 octobre). On remarquera que cette réforme, après celle de 1978, qui avait privatisée la production, la propriété des terres restant collective, marque un certain retour vers les grandes unités de la période maoïste, mais cette fois dans un cadre capitaliste, en visant toujours, comme autrefois, la croissance de la production. Voici deux ans d'autres réformes (suppression des taxes qui frappaient la paysannerie, instauration d'un système de sécurité sociale) étaient déjà intervenues au profit du monde rural. Pour le moment, il ne s'agit pas de privatiser la possession de la terre, ce qui ne correspondrait ni à la tradition, ni a la situation chinoise où la pénurie de sols exploitables rend difficile la constitution de vastes domaines comme dans les d'autres pays. Mais on peut analyser cette évolution comme une amorce de reconstitution de la grande propriété foncière qui a toujours suivi, après un temps plus ou moins long, le partage des terres après chaque révolution paysanne. La différence, et elle est importante, est que le monde paysan n'a plus le poids démographique qu'il avait autrefois et que son influence continuera probablement à s'affaiblir dans le futur. 

Le comité central du P.C.C. qui vient de se tenir s'est fixé l'objectif de doubler le revenu par tête de la population agricole d'ici 2020 afin d'éradiquer la pauvreté dans ce secteur. Pour ce faire, la productivité de l'agriculture sera améliorée et des mesures seront prises pour moderniser les infrastructures rurales. Le comité centrale s'inquiète également du ralentissement de l'économie mondiale. Une réorientation de la production vers la satisfaction des besoins intérieurs devrait réduire les conséquence de ce ralentissement sur la croissance chinoise, la population chinoise représentant un immense réservoir de consommation susceptible de maintenir l'activité économique du pays (China Daily - 13 octobre). 

La SNCF envisage de créer, d'ici trois ans, une ligne de chemin de fer directe, d'une longueur de 12000 km, reliant la France et la Chine. Cette ligne permettrait de transporter des produits de Pékin à Paris en une dizaine de jours à un coût compétitif (Quotidien du Peuple - 13 octobre). 

Le projet de réforme du système chinois de santé vient d'être soumis à la population. Il vise à mettre en place un service universel d'ici 2020 avec les objectifs suivants: accélération de la mise en place de l'accès de tous aux soins médicaux, création d'un service médical fondamental, amélioration du réseau de services de santé, fourniture d'un service égal de santé publique aux résidents ruraux et urbains et poursuite de la réforme dans les hôpitaux d'État. Actuellement, 400 millions de personnes qui ne seraient pas couvertes par l'assurance maladie, selon les statistiques du ministère de la Santé publique. Avant 1992, les frais étaient pris en charge à 90% par l'État; la réforme de l'époque a mis en place un système fondé sur le marché mais beaucoup de gens se plaignent du coût trop élevé des soins, de l'attitude contestable de certains professionnels de santé et de la faiblesse de la couverture sociale, notamment pour les travailleurs migrants. Le projet suscite un large débat dont on trouve un écho sur Internet (Quotidien du Peuple - 15 octobre). 

Le système d'assurance médicale devrait couvrir 90% de la population chinoise en 2010, même si son achèvement n'est prévu qu'en 2020. Les exportateurs se tournent vers le marché intérieur alors que les commandes étrangères se réduisent. La police chinoise demande l'extradition de terroristes ouïgours qui fomentaient des attentats pendant la préparation et le déroulement des J. O. (Quotidien du Peuple - 22 octobre). 

Novembre - La croissance du PIB chinois devrait ralentir à 9,4% en 2008, contre 11,4% enregistré en 2007, la réduction des exportations refroidissant la quatrième plus grande économie du monde, selon un rapport publié par une agence de notation chinoise (Synergy - 4 novembre). Les autorités chinoises pensent que la réorientation de l'économie vers la satisfaction des besoins intérieurs permettra de maintenir une croissance soutenue: il existe en effet d'importantes réserves de consommation dans le pays; la création d'une protection sociale libérera également une partie de l'épargne des particuliers en les sécurisant; un plan de soutien de l'économie  de 455 millions d'euros a néanmoins été adopté. Le gouvernement évitera à tout prix que la croissance ne descende en dessous de 7%, ce qui menacerait la stabilité sociale du pays (Le Monde - 11 novembre).  

Des vélos sont mis gratuitement à la dispositions des gens à Pékin. 

Un tremblement de terre de magnitude 6,5 a secoué la terre dans la province du Qinghai, au nord-ouest de la Chine. On ne sait pas s'il y a eu des victimes (Le Monde - 11 novembre). 

La dette américaine vis à vis de la Chine s'est considérablement alourdie ces derniers mois, passant de 541 milliards en août à 585 milliards de dollars en septembre. Cette masse de bons du Trésor américain, sur laquelle repose la fortune chinoise, ne rassure pas pour autant les économistes, qui s'inquiètent du manque de diversification des placements chinois. Conscientes de cette situation, les autorités Pékin ont créé, à l'automne 2007, le fonds souverain China Investment Corporation (CIC). Cependant les initiatives de cette nouvelle entité financière ont été critiquées, suite à la perte de trois milliards de dollars liée à un mauvais placement dans le fonds américain Blackstone, victime d'un véritable naufrage boursier. Pour beaucoup d'experts, l'investissement chinois dans les fonds d'État américains reste le placement le plus sûr pour l'économie chinoise et permet de maintenir des taux d'intérêts modérés aux États-Unis, condition indispensable pour la poursuite des exportations chinoises, lesquelles dépendent largement de l'attitude des consommateurs américains. L'avenir économique des deux géants est donc de plus en plus lié; reste à savoir combien de temps cette interdépendance sera acceptée par Pékin et Washington (Synergy et Chine-information - 24 novembre). 

Décembre - Après le projet de rencontre du président français, Nicolas Sarkozy, avec le Dalaï lama, l'exécution d'un Chinois convaincu d'espionnage militaire au profit de Taiwan, refroidit encore les relations entre la Chine et L'Union européenne. Le nombre d'enfants chinois victimes du lait frelaté à la mélamine s'élèverait maintenant à six. Le taux de croissance du PIB chinois s'élèverait à 9,8% en 2008 et pourrait atteindre 9% l'an prochain (China Daily - 2 décembre). Le nombre d'enfants chinois rendus malades par l'absorption de lait frelaté s'élèverait à 294000 (Le Monde - 1er décembre). 

Des préservatifs seront disponibles dans tous les endroits de divertissement de Shanghai dans les trois années à venir, d'après un haut responsable de la santé publique (Quotidien du Peuple - 3 décembre) 

La politique de planning familial chinoise aurait permis d'éviter 400 millions de naissances ce qui se serait traduit par la consommation de 171 milliards de kg en moins de céréales, 186,75 milliards de m3 de moins de consommation d'eau et 570 millions d'hectares de moins d'occupation des terres arables. Le degré de dégradation de l'environnement en aurait été réduit de plus de 20%, selon les statistiques de la Commission nationale pour la Population et le Planning familial. Environ 83% de la population mariée en Chine auraient adopté des mesures contraceptives entièrement de leur plein gré (Quotidien du Peuple - 3 décembre). 

Dans le cadre des mesures de soutien économique du gouvernement central et dans la crainte d'une utilisation ou d'une occupation illégale des terres agricoles au profit de projets non-agricoles Pékin a décidé de protéger strictement ses terres arables. Avant qu'une terre agricole soit dédiée à un usage non agricole, une superficie de terrain non agricole identique devra être remise en état d'être cultivée. Les autorités compétentes vont intensifier le contrôle de l'utilisation des terres afin de corriger toutes les appropriations illégales et de punir les responsables. La Banque Mondiale vient d'ouvrir une ligne de 120 millions de dollars de crédit pour le développement de l'agriculture écologique en Chine (Quotidien du Peuple - 4 décembre). 

Les responsables politiques se réunissent lundi 8 décembre pour discuter des moyens à adopter pour relever les défis lancés par la crise afin d'assurer au moins une croissance économique de 8% l'année prochaine, tout en faisant progresser la restructuration économique du pays. La crise, loin de dissuader la Chine de réorienter sa production vers le marché extérieur, offre au contraire l'occasion d'accélérer les réformes pour rendre l'économie du pays moins dépendante des exportations. Dans un premier temps, le taux de change du yuan devrait à nouveau être légèrement dévalué, pour améliorer la compétitivité des entreprises exportatrices, dont beaucoup sont en difficulté. Mais cela ne remettra pas en cause la tendance de fond; la Chine souhaite réduire la part des exportations à 25% de son PIB dans le futur, contre environ 60% aujourd'hui. Elle se dotera ainsi d'une structure des échanges proche de celle des pays développés (Quotidien du Peuple - 8 décembre). 

La Chine a exporté pour 115 milliards de dollars en novembre, en baisse de 2,2% par rapport à la même période de l'an dernier, a annoncé l'Administration générale des Douanes (AGD). Ce recul est le premier depuis juin 2001. Le déclin précédent, de 0,6% était beaucoup moins important. Il reflétait la baisse des commandes américaines au moment de l'explosion de la bulle spéculative du secteur de la haute-technologie. Les exportations ont chuté de 10,4% en novembre par rapport à octobre, mois où les exportations avaient augmenté de 19,2% sur une base annuelle; les importations ont également décliné en novembre; elles se sont établies à 75 milliards de dollars, soit une réduction de 17,9% en base annuelle et 19,5% de moins que le mois précédent. Au total, le commerce extérieur a totalisé 189,89 milliards de dollars en novembre, soit une baisse de 9% par rapport à la même période de l'année dernière. Avec 40 milliards de dollars, l'excédent commercial mensuel a néanmoins battu un nouveau record, en hausse de 52% sur celui de novembre 2007 (26,28 milliards de dollars). Cet excédent commercial était de 35,24 milliards de dollars en octobre et de 29,3 milliards de dollars en septembre. De janvier à novembre, le volume du commerce extérieur s'est établi à 2380 milliards de dollars, en hausse de 20,9% sur une base annuelle; les exportations représentent 1320 milliards de dollars (+19,3%), contre 1060 milliards pour les importations (+22,8%). L'excédent commercial cumulé des 11 premiers mois de l'année atteint 255,95 milliards de dollars (+ 6,9%), soit 16,39 milliards de plus que l'année précédente. L'Union européenne demeure le premier partenaire commercial de la Chine, avec un volume d'échange bilatéral totalisant 392,94 milliards de dollars pendant les 11 premiers mois de l'année (+22% sur un an). Le commerce entre la Chine et les États-Unis occupe la deuxième place deuxième avec une hausse de 11,6% à 307,82 milliards de dollars. Le Japon demeure le 3ème partenaire commercial de la Chine avec un volume d'échanges de 246,23 milliards de dollars (+15,2%) (Synergy - 11 décembre). 

Les difficultés nées de la crise entraînent des répercussions sociales en Chine. La seconde chaîne française de télévision publique a fait état d'une manifestation qui s'est déroulée à Shanghai au cours de laquelle des travailleurs exigeaient de leur employeur, semble-t-il en difficulté, le paiement de leurs salaires. 

Les problèmes rencontrés par des usines exportatrices des régions côtières ont conduit les ouvriers migrants à retourner dans leurs villages. Certains y retrouvent un emploi mais beaucoup en sont réduits au chômage, ce qui provoque des tensions sociales (Courrier International). 
. 

Les troubles sociaux en Chine en 2008 (source: Courrier International)
. 
A partir du lundi 15 décembre des lignes postale, maritime et aérienne quotidiennes (le grand Santong) assurent les échanges entre la Chine continentale et Taiwan. La Chine a dressé la liste de 17 substances dont l'adjonction à des produits alimentaires est strictement interdite; des contrôles seront effectués dans les magasins; mais les autorités chinoises reconnaissent qu'il sera difficile d'éviter tout nouveau problème car l'industrie agro-alimentaire chinoise comprend plus de 500000 entreprises dont 70% emploient moins de 10 salariés et ne peuvent donc envisager la création d'un contrôle de qualité efficace. Les réformes ne mettront pas en cause le statut de la classe ouvrière comme classe dirigeant de la Chine; depuis 1978, les effectifs de cette classe sont passés de 120 millions à 400 millions et sa part dans la population active de 30 à 50%; la paysannerie est en régression, du fait de l'urbanisation et les travailleurs migrant d'origine paysanne (mingong) se sédentarisent en ville et sont donc de moins en moins nombreux; la classe ouvrière regroupe les ouvriers, les employés, les travailleurs intellectuels et les cadres des entreprises; elle continue d'être considérée comme le moteur de la transformation sociale en direction des idéaux socialistes; la politique d'ouverture a néanmoins entraîné la disparition des entreprises les moins compétitives, du chômage et, par conséquent, un regrettable appauvrissement d'une partie de la classe ouvrière (China Daily et Quotidien du Peuple - 15 décembre). 

Les sacs plastiques biodégradables utilisés sur les sites des Jeux olympiques de Beijing pourraient être disponibles dès 2009 sur le marché chinois. Ces sacs, fabriqués avec de nouveaux matériaux, se dégradent en un mois en compost (Synergy - 23 décembre).  

Fierté technologique de la Chine, le barrage des Trois-Gorges, le plus grand au monde avec 32 turbines géantes d'une capacité de 22500 MW (en 2012), connaît trois soucis, qui viennent d'occasionner l'interruption discrète de la montée en eau de 145 à 175m, conformément aux plans. Ces problèmes sont les suivants: 1°) Des difficultés pour la navigation fluviale ont entraîné de nombreux échouages en aval par suite de la réduction du débit d'eau; ce problème est maintenant résolu. 2° La prolifération des immondices de surface et le dépôt d'alluvions qui s'accroissent avec le ralentissement du cours; la flotte de collecte des déchets s'est montrée jusqu'à présent impuissante à résoudre ce problème. 3° La chute de nombreuses falaises a précipité des millions de m3 dans le fleuve; les spécialistes estiment cependant que ce dernier problème se résoudra de lui-même une fois terminée la phase de remplissage qui en serait la cause (Synergy -25 décembre). 

La monnaie chinoise va probablement rejoindre les autres monnaies internationales comme monnaie de réserve, a indiqué Mme Wu Xiaoling, ancien vice-gouverneur de la banque centrale chinoise et actuellement chef adjoint de la Commission des finances et de l'économie relevant de l'Assemblée populaire nationale (parlement chinois). La Chine doit s'y préparer en modifiant sa structure économique et son organisation financière. Une première étape pourrait être l'utilisation de la monnaie chinoise en matière de paiements commerciaux entre la Chine et d'autres pays et régions, a-t-elle analysé, ainsi que le réclament des pays voisins de la Chine. Il est également nécessaire de multiplier et d'élargir les transactions libellées en yuans, d'accélérer le processus de convertibilité complète et de fournir des moyens d'investissements aux détenteurs de yuans (Synergy - 26 décembre). 

La marine chinoise vient d'envoyer des bâtiments de guerre pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie. C'est la première fois que les forces navales chinoises interviennent si loin de leur pays (La Montagne - 27 décembre). 

La Chine a officiellement commencée la construction d'un télescope sphérique de cinq-cent mètres d'ouverture, le plus grand du monde, dans le sud-ouest de la Chine. Ce télescope permettra de mieux étudier les pulsars. Il sera également utilisé pour surveiller les satellites et les débris spatiaux. Enfin, il aidera à rechercher d'éventuelles autres civilisations dans l'espace par la détection et l'étude des signaux de communication dans l'univers (Synergy - 28 décembre). 



Année 2009 

Janvier - Les USA ne doivent pas espérer sortir de la crise en empruntant sans limite, car la Chine n'est pas prête à continuer ad vitam aeternam à recycler ses dollars sous forme de bons du Trésor, avertit le China Daily. La Chine s'irrite visiblement du risque croissant de la chute de la valeur des bons du Trésor US, et lance des menaces à peine voilées : "toute négligence sur la gravité de ce problème causerait de graves difficultés à la fois pour le débiteur et le créancier. " (Synergy - 1 janvier). 

Les responsables présumés d'un groupe de pirates qui contrefaisait des faux logiciels Microsoft ont été condamnés à des peines de prison allant jusqu'à 6 ans, ce qui est l'une des plus sévères sanctions infligée en Chine dans ce domaine. Le piratage logiciel est encore endémique en dépit des différentes tentatives de répression: 82% des logiciels utilisés en Chine en 2007 n'ont pas été légitimement acquis, soit plus du double du taux mondial qui est de 38%. Le gouvernement chinois semble cependant vouloir durcir les sanctions contre les contrevenants, à l'image des peines infligées à ce groupe (Synergy - 5 janvier). 

Le projet de détournement des eaux du Yangzi vers Pékin est retardé de quatre ans dans le but de prendre les mesures nécessaires pour limiter les risques écologiques et l'impact environnemental du projet (Le Monde - 6 janvier). 

Les autorités chinoises font pression sur les parents des bébés victimes de la mélamine pour qu'ils n'intentent pas d'action en justice à la suite du procès mené par l'État contre les responsable du scandale. Des discussions portant sur les indemnisations sont promises après le 15 janvier (Le Monde - 6 janvier). 

La première voiture hybride produite en série en Chine vient d'être mise en vente sur le marché chinois, a annoncé son constructeur qui vise à devenir l'un des leaders pour ces modèles utilisant à la fois électricité et essence. Cette voiture est produite par BYD Auto, une société chinoise basée à Shenzhen (sud) et spécialisée à l'origine dans les composants électroniques et les batteries, dont le milliardaire américain Warren Buffett a acquis 9,9%. Le potentiel de ventes sur le marché intérieur est pour le moment réduit mais cette voiture pourrait rencontrer du succès à l'étranger. Surtout, elle permet à la Chine de combler son retard technologique sur les automobiles classiques en passant directement aux véhicules écologiques (Synergy - 12 janvier). 

La Chine va établir une liste noire des entreprises qui violent la loi ou les règlements sur la qualité des produits tout en aggravant les punitions, a annoncé l'Administration d'État pour le Contrôle de la Qualité, l'Inspection et la Quarantaine (Synergy - 13 janvier). 

Deux grandes centrales solaires vont être construites dans les provinces ouest du Qinghai et du Yunnan, afin de réduire la dépendance du marché intérieur chinois à l'égard du charbon et du pétrole. La Chine est d'ores et déjà le premier producteur mondial d'appareils de chauffage à énergie solaire et le troisième fabricant de cellules photovoltaïques (Quotidien du peuple - 13 janvier). La Chine couvre actuellement la moitié de ses besoins en pétrole grâce à ses ressources intérieures; mais ce taux pourrait baisser à 40% dans l'avenir et ses réserves stratégiques sont insuffisantes; Pékin envisage d'accroître ces dernières en stockant le naphte et le gaz dans d'immenses citernes souterraines. 

Environ 15000 entreprises ont été sanctionnées pour pollution l'année dernière et près de 100 personnes jugées responsables ont été punies, viennent de préciser les autorités de régulation environnementale chinoises. 156 projets, d'une valeur totale de 473,7 milliards de yuans (environ 69 milliards de dollars), ont été rejetés l'an dernier, comme trop consommateurs d'énergie ou trop polluants. Les 579 projets approuvés empêcheront l'émission de 468600 tonnes de dioxyde de soufre et de 38400 tonnes d'oxygène chimique. La Chine a augmenté la capacité urbaine de traitement des eaux usées de 12,8 millions de tonnes par jour et a installé des centrales au charbon munies de systèmes de désulfuration avec une capacité combinée de 86 millions de kw. En septembre, plus de 51 milliards de yuans ont été investis dans 881 projets afin de contrôler la pollution de huit fleuves principaux. Dans les régions rurales, 500 millions de yuans ont été investis dans des programmes de protection de l'environnement couvrant plus de 700 villages et quelque 4 millions d'habitants (Synergy 26 janvier). 

Une campagne de signatures réclamant une démocratisation du régime se développerait sur Internet. Les signataires demanderaient notamment la liberté de la presse et la fin du monopole politique du Parti communiste. Les autorités pourraient s'inquiéter d'une initiative, certes limitée actuellement, mais qui pourrait s'amplifier avec les difficultés nées de la crise financière, économique et sociale, partie des États-Unis (France 2 - 27 janvier). 

Février - La Chine est devenue le premier marché mondial de l'automobile (735000 véhicules vendus en janvier), devant les États-Unis (657000 véhicules) (La Montagne - 11 février). 

Quinze pour cent des travailleurs migrants (20 millions) ont perdu leur emploi et doivent retourner vivre à la campagne par suite des fermetures d'usines consécutives à la crise. Une nostalgie du maoïsme est perceptible chez les plus anciens (Le Monde - 18 février). 

Le Gouvernement chinois a exprimé sa profonde préoccupation devant les restrictions à l'importation que l'Inde a imposées sur les produits en provenance de Chine. Le ministère du Commerce chinois a déclaré espérer que l'Inde se montre plus prudente dans l'utilisation des recours commerciaux alors que l'économie mondiale est confrontée à une crise. Il a rappelé que les deux pays, membres du G20 et de l'Organisation de Coopération Économique Asie-Pacifique (APEC), ont pris position contre le protectionnisme. L'Inde a lancé 17 enquêtes relatives à des recours commerciaux à l'encontre de produits chinois, comprenant les tissus de lin, les pneus et l'acier laminé à chaud, depuis octobre 2008. Les montants en cause sélèvent à 1,5 milliard de dollars. L'Inde a également restreint les importations d'acier, de produits chimiques et de produits textiles. En outre, l'Inde a annoncé qu'elle allait interdire les jouets en provenance de Chine, pour une période de six mois, à compter du 23 janvier 2009 (Synergy - 21 février). 

La Chine reste confiante quant à la réalisation de son objectif de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 8% en 2009, a indiqué le vice-ministre de la Commission d'État pour le Développement et la Réforme, lors d'une conférence de presse à Pékin. Il a précisé que le développement rapide de la Chine stimulait l'industrialisation et l'urbanisation, créant ainsi un grand potentiel de consommation. Le système financier du pays est en bon état, selon lui. La récession économique mondiale exerce toutefois une pression vers le bas sur l'économie chinoise, surtout depuis le 4ème trimestre de l'année dernière. La Chine a élaboré des plans de relance pour une dizaine d'industries, ce qui contribuera à renforcer la confiance du pays et à soutenir le développement économique. La Chine a rendu publics le mois dernier des plans de relance concernant les secteurs suivants: l'automobile, la sidérurgie, la construction navale, le textile, la machinerie, l'électronique et l'informatique, l'industrie légère, la pétrochimie, les métaux non-ferreux et la logistique (Synergy - 28 février). 

Mars - Le nombre de procès concernant les litiges du travail a presque doublé en Chine en 2008 par rapport à 2007, a indiqué lundi à Pékin le vice-président de la Cour populaire suprême. La moyenne nationale du nombre de litiges a augmenté de 95% en base annuelle, et a presque triplé dans quelques villes littorales de l'est et du sud, pendant cette même période, a-t-il précisé. Selon lui, la crise financière mondiale constitue l'une des principales causes de cette augmentation. "Beaucoup d'entreprises ont licencié des employés, baissé leurs salaires et bonus, ou ont encouragé leur personnel à démissionner sans indemnités, afin de réduire les coûts face au déclin économique", a-t-il dit, ajoutant que ces mesures ont débouché sur de nombreux litiges. Les statistiques officielles révèlent qu'au moins 20 millions de travailleurs migrants ont été licenciés à cause de la crise financière. Les médias ont aussi rapporté que nombre de patrons ont déserté leurs entreprises, laissant des dizaines de milliers d'ouvriers sans paie. Une autre raison de l'augmentation des litiges est l'entrée en vigueur, à partir du 1er janvier 2008, de la Loi sur le contrat de travail. La nouvelle législation incite les entreprises à ne pas mettre fin aux contrats de travail des salariés ayant travaillé dix ans ou plus, ou ayant achevé deux contrats de termes fixés, dans le but de les protéger d'un licenciement abusif (Quotidien du Peuple - 3 mars). 

Les internautes dissidents chinois utilisent les lamas des Andes pour tourner en dérision les autorités de Pékin (Le Monde 18 mars). 

La Chine profite de la baisse des actions pour commencer à investir ses réserves de change dans les industries de luxe. Les produits de luxe subissent des droits de douane élevés lors de leur entrée dans le pays. Mais les classes moyennes de plus en plus attirés par ces produits vont parfois les acheter à l'étranger. En prenant des participations dans ces entreprises, la Chine récupérera, sous forme de dividendes, une partie de l'argent dépensé à acquérir les produits qu'elles fabriquent (Le Monde 18 mars). 

D'après un exilé tibétain, près de 2000 personnes auraient manifesté à la suite de l'apparent suicide d'un moine faisant l'objet d'une enquête après avoir brandi un drapeau tibétain dans le nord-ouest de la Chine. Un poste de police aurait été assailli par des centaines de manifestants et une centaine de moines auraient été interpellés (La Montagne - 23 mars). 

Un ancien soldat, Zhang Shijun, qui avait participé à la répression du mouvement de la place Tienanmen et qui venait de mettre en ligne sur Internet une lettre ouverte au président Hu Jintao pour lui demander de lever le tabou sur les événements du 4 juin 1959 a été arrêté le 18 mars à son domicile de Tengzhou, dans le nord de la Chine (Le Monde - 24 mars). 

Avril - Les 30 dernières années de réformes ont permis à la Chine de passer de la position de pays en voie de développement à celle de pays émergent prometteur. Au cours de chacune des deux dernières années, elle a contribué, en valeur absolue, plus que tout autre pays au monde à la croissance du produit intérieur brut de la planète. Même dans le contexte de la crise économique actuelle, la Chine reste l'un des quelques grands pays qui affiche encore une croissance positive. La crise financière mondiale touche pourtant la Chine. La récession mondiale a en effet des répercussions sur l'économie de la Chine, et l'une des grandes questions est de savoir si le pays peut faire évoluer sa situation de centrale de production à celle de puissance d'innovation. Cette évolution est essentielle pour la Chine afin de soutenir la croissance continue de sa productivité. Elle permettra également à cette puissance de positionner son économie au premier rang de la planète. Des éléments permettent de penser que la Chine se transforme peu à peu en pays innovant. L'un des indices permettant de mesurer la capacité d'innovation technologique est le nombre de brevets délivrés par l'US Patent & Trademark Office (USPTO). De 2004 à 2007, le nombre de brevets provenant de Chine accordés par l'USPTO a augmenté à un rythme annuel de 27%, alors que le nombre total de brevets délivrés par cet organisme est resté à peu près constant. Si les tendances actuelles se poursuivent, d'ici à 2020, le nombre de brevets d'origine chinoise et accordés dépassera le nombre de brevets de l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France et l'Italie. Un récent rapport de Thomson Reuters sur le développement technologique de l'énergie verte fournit également des données pertinentes. Entre 2006 et 2008, la Chine a déposé le plus grand nombre de demandes de brevets dans le secteur des énergies éolienne, solaire, et de la mer suivie par le Japon, les États-Unis, et l'Allemagne, dans cet ordre. La position de la Chine dans la recherche sur les technologies énergétiques alternatives ne doit pas surprendre. Les défis auxquels la Chine fait face, tant dans les secteurs sociaux qu'économiques, pourraient jouer un rôle moteur important pour stimuler le développement de l'innovation, en particulier la pénurie de ressources naturelles, mais également le niveau élevé de pollution, l'urbanisation rapide, la très forte densité de population, et une société qui commence à vieillir rapidement (Synergy - 11 avril). 

La limitation des naissances pousserait les couples en mal de progéniture à enlever des enfants dans les régions rurales de Chine (The New York Times - Le Monde 11 avril). 

La Chine compterait un excédent de 32 millions de garçons par rapport à la population féminine âgée de vingt ans. Il y naît en moyenne entre 103 et 107 garçons pour cent filles en raison des avortements sélectifs visant les foetus de sexe féminin. Ce déséquilibre se répercutera inévitablement sur les naissances des prochaines décennies (Le Monde - 11 avril). 

Les investisseurs chinois se montreraient plus prudents dans les régions d'Afrique menacées d'instabilité politique (The New York Times - Le Monde 11 avril). 

Alors que l'État prenait en charge 32% des dépenses de santé en 1978, ce taux n'est plus que de 18%. Mais la Chine développe un ambitieux programme de couverture santé universelle. Ce programme prévoit 95 milliards d'euros d'investissements et la création de 700000 centres de soins dans les villages en 3 ans. En 2020 tous les Chinois devraient bénéficier d'une couverture sociale digne de ce nom (Le Monde - 11 avril). 

La Chine souhaite se doter de groupes de presse et d'édition puissants capables de se développer à l'International. Pékin entend réorganiser un secteur très dispersé qui compte 9500 magazines et 2000 journaux, l'objectif étant d'introduire en bourse dès cette année une dizaine de groupes restructurés. Les 20 premiers groupes du pays n'ont actuellement que 20% du marché contre 85% aux États-Unis (Le Monde - 11 avril). 

Les Chinoises bouderaient désormais les Occidentaux. Alors qu'en 2008, 42% d'entre elles manifestaient l'ardent désir de trouver leur moitié en Occident, elles n'étaient plus que 16% en 2009 (Marianne2 - 16 avril). 

La Chine est devenue le premier marché automobile du monde. Les ventes de voitures y progressent, malgré la crise, et gagnent l'intérieur du pays. Les constructeurs chinois misent sur les véhicules électriques (Le Monde - 23 avril). 

La marine chinoise a profité de son 60ème anniversaire pour faire étalage de sa puissance. Au cours d'une fête grandiose, vingt trois navires de guerre ont paradé, précédés par deux sous-marins nucléaires apparus pour la première fois (Quotidien du Peuple - 24 avril). 

La situation de l'emploi en Chine serait meilleure que prévu, d'après le Quotidien du Peuple. Selon le China Daily, le taux de chômage aurait progressé faiblement pour s'établir à 4,3%. 

Après avoir rencontré Alvaro Uribe, le président de Colombie, les autorités chinoises viennent de recevoir Chavez, le président du Venezuela. Tranquillement, la Chine tisse des liens avec l'Amérique latine (Le Monde - The New York Times - 25 avril). Cette tendance n'est cependant pas nouvelle; il y a longtemps que la Chine s'intéresse à l'Amérique du sud; des liens commerciaux étroits existaient déjà avec le Chili de Pinochet et la Chine a profité des privatisations de la sidérurgie péruvienne pour prendre d'importantes participations. Récemment, un crédit a été accordé à l'Argentine qui pourra payer en yuans ses achats à la Chine. 

La Chine s'est lancée dans l'industrie automobile écologique. Les constructeurs fabriquent des voitures hybrides et électriques tandis que les autorités gouvernementales encouragent leur emploi, notamment en accordant des subventions (Le Monde - The New York Times - 25 avril). 

L'évaluation de la qualité du travail des services gouvernementaux ne peut pas s'effectuer uniquement en termes monétaires ou en terme de croissance économique. Le degré de satisfaction de la population est un critère à prendre aussi en considération. Dans certaines régions de Chine, des sondages d'opinion effectués auprès d'un échantillon nombreux de personnes (10000) permet de mesurer l'image que les citoyens ont des responsables administratifs. Ceux qui finissent en bas de la liste sont susceptibles de sanctions (Quotidien du Peuple - 28 avril). 

Les écosystèmes de la Chine auraient absorbé le tiers des émissions chinoises de carbone issues des combustibles fossiles entre 1981 et 2000, selon une récente étude scientifique menée par le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement, dont les résultats viennent d'être publiés dans la revue Nature. Favorisé par des programmes de reforestation et une modernisation des pratiques agricoles, le puits de carbone chinois est principalement situé dans le Sud du pays, une région ou les changements climatiques avec des conditions plus humides ont favorisé la croissance des plantes. L'écosystème chinois aurait absorbé entre 0,19 et 0,26 gigatonnes de carbone par an, ce qui représente 28 à 37 % des émissions de carbone issues des combustibles fossiles en Chine. Si ce pourcentage de séquestration est comparable à celui des USA (20-40%), il dépasse celui de l'Europe (12%). Il diminue cependant depuis l'an 2000, compte tenu de l'augmentation drastique des émissions fossiles liées à la croissance du pays, la capacité de stockage de carbone par l'écosystème devant rester stable dans un futur proche (Synergy - 29 avril). 

Un avion de conception et de fabrication chinoise de 168 places, le C919 est en cours d'élaboration. Son premier vol d'essai est prévu pour 2014 et sa mise en service pour 2016. Le constructeur utilisera, dans un premier temps, des moteurs et d'autres fournitures acquis auprès des meilleurs fournisseurs internationaux. Mais, à terme, l'objectif est de tout fabriquer en Chine. Il est d'ores et déjà affirmé que les moteurs surclasseront ceux du Boeing 737, tant au plan économique qu'écologique. Une version allongée de l'appareil offrant une plus grande capacité est également prévue. On table sur un marché de 3000 unités pour cet avion chinois (Quotidien du Peuple - 30 avril). 

Mai - Depuis 2007, le Parti communiste chinois tente d'affirmer sa suprématie sur l'opinion publique en ligne. Pour ce faire, le PCC a recruté des dizaines de milliers d'accrocs du web, payés la moitié d'un yuan, pour orienter les discussions sur les forums ou les chats afin d'améliorer l'image du parti. Ils seraient 280000 à arrondir ainsi leurs fins de mois (Marianne 2 - 3 mai). 

La découverte d'un fossile intact de poisson osseux par des scientifiques chinois pourrait faire remonter l'origine des vertébrés modernes qu'on considère comme étant de l'âge dévonien à la période précédente (le silurien). Au début du mois de mars 2008, Zhu Min, un scientifique de l'Institut de Paléontologie des vertébrés et de Paléoanthropologie dépendant de l'Académie des Sciences de Chine, et son équipe de recherche, ont découvert à Qujin, dans la province du Yunnan (sud-ouest), un fossile de poisson osseux dans des calcaires datant de 418 millions d'années. Ce fossile est le plus ancien gnathostome complet, ou vertébré doté d'une mâchoire articulée, découvert dans le monde. Zhu Min et son équipe ont publié un article sur cette découverte dans la revue britannique "Nature" (Synergy - 3 mai). 

Le taux de croissance de l'économie chinoise est tombé à 6%. Il est donc probable que le chômage est en augmentation. Mais des signes de reprise se manifestent. La consommation reste vive, stimulée par des hausses de revenus moyennes de 11,2% pour les populations urbaines et de 8,6% pour les populations rurales. Les Chinois continuent de voyager, d'acheter des voitures et les transactions immobilières progressent à nouveau. Le niveau de vie demeure cependant très loin de celui des Occidentaux; il serait près de 10 fois inférieur à celui des Américains, même s'il se classe honorablement parmi ceux des pays émergents. Calculé sur la base du taux de change du dollar, le PIB de la Chine ne se situait, en 2007, qu'à 6% du PIB mondial, alors que celui des États-Unis, dont la population ne dépasse pas le quart de celle de la Chine, en représentait 25%. D'après les données de la Banque mondiale, on comptait, en 2004, plus de 170 millions de Chinois vivant en dessous du seuil de pauvreté, avec pas plus d'un dollar par jour. Selon le Mckinsey Global Institute (MGI), moins de un pour cent de familles chinoises disposent d'un revenu équivalent ou supérieur au revenu moyen des familles américaines. Cependant le revenu par tête d'habitant a été multiplié par onze au cours des trente dernières années et la Chine est devenue l'une des grandes puissances économiques mondiales avec le premier marché automobile, une capacité exportatrice considérable et les plus fortes réserves de change de la planète (Quotidien du Peuple - 4 mai). 

La monnaie chinoise acquiert peu à peu un statut international. Elle est acceptée par les pays voisins de la Chine pour le règlement des transactions et même comme monnaie de réserve. Cependant cette évolution est freinée par le fait que les marchés de capitaux ne sont pas encore complètement ouverts et une évolution sur ce plan prendra beaucoup de temps (Quotidien du Peuple - 7 mai). 

Les constructeurs automobiles chinois pensent pénétrer bientôt sur le marché européen grâce à leurs petites voitures hybrides et électriques. Ils sont déjà bien implantés en Asie du sud-est et en Amérique latine, mais leur présence sur le marché nord-américain est encore très faible. En Europe, le principal obstacle est constitué par les normes de sécurité. Cependant, les constructeurs allemands estiment qu'à terme les constructeurs chinois seront des concurrents sérieux et, qu'à l'horizon 2020, ils pourraient même dominer le marché mondial (Quotidien du Peuple - 7 mai). 

Un projet d'étude des couches terrestres très profondes pourrait permettre à la Chine de commencer à explorer la croûte terrestre. Un tel système devrait être développé d'ici à 2012. Les technologies aideront les scientifiques à comprendre la structure de la croûte terrestre, responsable de nombreuses catastrophes naturelles, et faciliter  
l'exploration minérale (Synergy - 12 mai). 

La province de l'Anhui vient de réaliser une première mondiale avec la mise en place du premier réseau de cryptographie quantique optique. C'est ce que l'on apprend dans la dernière édition de Optic Express d'avril, dont les résultats ont également été publiés dans Science. Les chercheurs de l'Université des Sciences et des Technologies de Chine (USTC) ont ainsi développés un réseau de communication opérationnel, permettant des communications téléphoniques à trois en temps réel ainsi qu'une diffusion d'un utilisateur aux deux autres par cryptage. La topologie en chaîne du réseau permet aux clés de sécurité d'être transmises, de noeud en noeud, en suivant les liens du réseau de cryptographie quantique. L'authentification et le chiffrement destinés à la transmission de l'information sont désormais possibles en utilisant un masque jetable. Le noeud central agit d'après les chercheurs comme un relais de confiance et augmente le taux de génération des clés. La communication quantique, sujet transverse entre la mécanique quantique et les communications classiques joue un rôle important au niveau sécurité, qu'elle soit nationale, financière... et devrait être utilisée dans de nombreux autres domaines (Synergy - 18 mai). 

La place de Shanghai est désormais devant Londres en terme de capitalisation boursière. La crise aidant, les bourses chinoises sont en train de se hisser en tête du classement mondial (Marianne2 - 24 mai). 

Un économiste américain, ancien conseiller de Bill Clinton, avait prévu que les USA seraient frappés par la crise en 2006, notamment parce que les propriétaires seraient incapables d'honorer leurs engagements. Moqué à l'époque, il est aujourd'hui l'un des économistes les plus écoutés. Il estime que compte tenu de leur situation financière les USA doivent s'attendre à voir contester le statut du dollar. Le 19ème siècle a été dominé par l'Empire britannique, le 20ème siècle par les États-Unis. Entre-t-on maintenant dans un siècle asiatique, dominé par la Chine et sa devise? Bien que le statut du dollar comme principale monnaie de réserve ne soit pas appelé à disparaître du jour au lendemain, la question se pose. Plus tôt qu'on ne le pense, le dollar pourrait être contesté par d'autres monnaies, et plus probablement par le yuan chinois. Cela entraînerait des coûts importants pour l'Amérique. L'Empire britannique a décliné - et la livre a perdu son statut de principale monnaie de réserve mondiale - lorsque la Grande-Bretagne est devenue un débiteur net et un emprunteur net durant la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis sont aujourd'hui dans une situation similaire. Ils accumulent d'énormes déficits commerciaux et budgétaires et comptent sur la bienveillance continuelle de créanciers étrangers, qui commencent à trouver trop lourds leurs actifs libellés en dollars. La chute de la devise américaine pourrait n'être qu'une question de temps (Marianne2 - 25 mai). 

La Chine va accélérer les réformes visant à accroître les revenus des ménages, en particulier de ceux qui ont des revenus moyens à faibles, afin de stimuler la consommation. Les dirigeants des entreprises d'État subiront des réductions salariales pour réduire le fossé entre les riches et les pauvres dans le contexte du marasme économique et du chômage actuels. La sécurité sociale sera améliorée pour réduire l'épargne de précaution et stimuler la consommation. Les revenus ruraux seront augmentés grâce aux transferts sociaux. La croissance économique accélérée des dernières années s'est, en effet, accompagnée d'une baisse importante de la part des revenus dans le PIB (11% en 2007 contre 17% en 1980) et la consommation intérieure ne joue qu'un rôle secondaire en représentant seulement 40% du PIB. Le potentiel de croissance de la consommation se trouve surtout dans les zones rurales très en retard par rapport aux zones urbaines en terme de confort de la vie quotidienne. Le recul spectaculaire de la croissance économique jette une lumière crue sur les contradictions du système économique chinois accumulées pendant les périodes fastes et il est devenu vital de réduire ces contradictions pour préserver l'harmonie sociale (Quotidien du Peuple - 27 mai). 

Les scientifiques de l'Institut d'Écologie et de Géographie du Sinkiang de l'Académie Chinoise des Sciences, ont récemment cultivé une nouvelle espèce de blé tolérante au sel, avec une production de plus de 400 kg par mu (soit 666,67 mètres carrés), qui montre à la fois une bonne résistance aux maladies et à la verse. La salinisation des sols est très répandue dans l'ouest de la Chine, ce qui constitue un obstacle majeur pour la production agricole. Les méthodes agricoles actuelles d'irrigation menacent également de propager une salinisation secondaire. La culture de blé tolérant au sel permettra de soulager la pression liée au contrôle de la salinisation et d'en réduire les coûts (Synergy - 31 mai). 

Juin - Le vice-premier ministre Li Keqiang a indiqué fin mai que la Chine devait encourager le développement des industries stratégiques émergentes telles que les énergies nouvelles, ajoutant que le développement de produits écologiques et économes en énergie était la clé pour stabiliser les exportations et stimuler la consommation et l'investissement domestiques. Des mesures fiscales doivent être mises en place pour encourager l'utilisation des nouvelles énergies et des technologies de protection de  l'environnement. A partir du 1er juin, une nouvelle loi sur la sécurité alimentaire chinoise est entrée en vigueur. Le dernier classement du Financial Times place 27 entreprises chinoises parmi les 500 plus importantes du monde; trois se classent dans les cinq premières: China National Petroleum Corporation (2ème), Industrial and Commercial Bank of China (4ème) et China Mobile (5ème) (Quotidien du Peuple - 1er juin). 

La Chine devrait recevoir des échantillons d'une souche de la grippe "porcine" courant juin, ce qui lui permettrait de fabriquer des vaccins contre cette grippe d'ici juillet. Le virus se développe lentement dans les laboratoires ce qui constitue un premier obstacle pour les scientifiques. Le fait que cette grippe n'ait pas été encore qualifiée de saisonnière ou de pandémique par l'OMS constitue un autre problème. La Chine possède onze compagnies pharmaceutiques pouvant produire des vaccins contre les grippes saisonnières, mais seulement une contre les grippes pandémiques. Si cette grippe est confirmée en tant que pandémie, le pays devra, dans un premier temps, garantir l'approvisionnement en vaccins pour le personnel médical (Synergy - 3 juin). 

Vingt ans après, les nouvelles générations chinoises minimisent les événements du printemps de Pékin. Pour certains, le pouvoir ne voulait nullement réprimer le mouvement par la violence mais il y a été contraint par l'extrémisme de certains étudiants. Les autorités chinoises s'efforcent d'éviter toute commémoration qui pourrait dégénérer en surveillant étroitement la place Tien An Men, en maintenant le silence sur ces événements et en bloquant les sites internet qui abordent le sujet. Mais, malgré la censure officielle, internet demeure un lieu de repolitisation important de la jeunesse chinoise (Le Monde - 4 juin). 

Le Japon et la Chine, deuxième et troisième puissances économiques mondiales, unissent leurs efforts pour faire face à la crise (Le Monde - 9 juin). 

Plusieurs événements survenus en Corée du Nord (explosion nucléaire, essai d'un nouveau missile, lourde condamnation de deux journalistes américaines...), dans le temps même où la question dynastique est à nouveau posée par l'effacement d'un leader vieillissant et malade au profit de son fils, tous ces événements donc, amènent à s'interroger sur la direction prise par le régime. En Chine, des voix s'élèvent pour qu'une attitude plus ferme soit prise dans les rapports avec Pyongyang. Il est toutefois peu probable que Pékin se range parmi les adversaires de la Corée du Nord. La Chine y perdrait beaucoup en terme diplomatique, la situation actuelle lui permettant de jouer un rôle d'intermédiaire. Par ailleurs, l'isolement complet du régime nord-coréen pourrait déboucher sur une crise aux conséquences imprévisibles. Le statut-quo est certainement la meilleure solution pour la Chine (Le Monde - 10 juin). 

L'industrie chinoise se concentre, quitte à remettre en jeu, les positions régionales prises au sein des entreprises. L'objectif de Pékin est de hisser ces dernières au premier rang des entreprises mondiales pour rivaliser avec leurs concurrentes étrangères dans l'arène économique internationale (Le Monde - 10 juin). 

Les investissements en capital fixe dans les zones urbaines de Chine ont bondi de 32,9% à 5352 milliards de yuans en glissement annuel sur les cinq premiers mois de 2009. Parallèlement, les exportations du pays ont décliné en mai, pour le septième mois consécutif, de 26,4%; l'excédent reste tout de même élevé, à 88,79 milliards de dollars depuis janvier. Le monde de l'édition chinoise est en plein essor de nombreux éditeurs privés, échappant partiellement au contrôle de l'État, ayant vus le jour ces dix dernières années; la présence française sur ce terrain prometteur mais très concurrentiel semble cependant encore très insuffisante (Le Monde - 12 juin). 

Malgré la crise, un vent d'optimisme souffle sur les pays asiatiques. En Chine, General Motors, en faillite aux États-Unis, enregistre une progression spectaculaire de ses ventes (+14%) dans un contexte de forte croissance du marché automobile consécutive à la relance vigoureuse initiée par le gouvernement chinois qui a injecté 450 milliards d'euros dans l'économie du pays. Le taux de croissance de l'économie chinoise est tombé à 6%, ce qui est trop faible pour maintenir le plein emploi et on compterait 30 millions de chômeurs. Mais la croissance pourrait remonter jusqu'à 8% pour l'ensemble de l'année, taux suffisant pour faire reculer le chômage à son niveau incompressible. En mai, les ventes de détail étaient d'ailleurs en progression de 15,2%, par rapport à l'an dernier. Selon des experts, la Chine devrait être le premier pays à sortir de la crise. Le détente et les massages seraient considérés indispensables à leur équilibre par les hommes d'affaires chinois (Le Monde - 13 juin). 

Le 15 juin, le premier super ordinateur chinois "cube de Rubik", dont la vitesse de calcul atteint 100 trillions d'opérations par seconde, a été officiellement mis en utilisation à Shanghai. Il s'agit non seulement du premier super ordinateur de l'Asie, mais aussi du seul ordinateur à figurer parmi les dix ordinateurs les plus rapides du monde, à l'exception des ceux fabriqués aux États-Unis. La Chine devient ainsi le deuxième pays du monde capable de produire des supers ordinateurs ayant une vitesse de calcul aussi élevée (Quotidien du Peuple - 16 juin). 

En mai, la production industrielle a augmenté en Chine de 8,9% en base annuelle, tandis que la production d'électricité diminuait de 2,7%. Ces deux indices paraissent contradictoires, mais cette contradiction n'est qu'apparente: elle reflète l'effort de restructuration industrielle en direction d'équipements moins gourmands en énergie dans le cadre d'une orientation économique plus soucieuse du respect de l'environnement (Quotidien du Peuple - 17 juin). 

Dans la province du Hubei, la ville de Shishou a été le théâtre d'émeutes violentes, suite à  la mort suspecte d'un cuisinier de la ville qui se serait suicidé. Les heurts auraient fait au moins 200 blessés selon les ONG présentes sur place. Sur une vidéo, on voit les policiers reculer face aux manifestants. Un hôtel a été détruit et des voitures brûlées (Marianne2 - 23 juin). 

La Chine vient de prendre plusieurs mesures protectionnistes. L'Amérique se plaint à  l'OMC mais le changement de pied de Pékin peut se comprendre. Un risque de retour au protectionnisme ne serait pas impossible, si la sortie de crise se faisait attendre (Marianne2 - 25 juin). 

Lors de leur dernière réunion les pays du groupe de Shanghai (Russie, Chine et pays d'Asie centrale) se sont associés le Brésil et l'Inde. Ces pays ont envisagé la création d'une monnaie commune pour faciliter les échanges sans avoir recours au dollar américain (Marianne2 - 30 juin). 

Juillet - Le gouvernement chinois a été amené à différer l'installation d'un logiciel de filtrage des sites pornographiques sur tous les ordinateurs vendus en Chine. L'industrie américaine s'y montrait fortement opposée et menaçait de saisir l'Organisation mondiale du Commerce. Les constructeurs chinois étaient réservés sur le projet et beaucoup d'internautes s'interrogeaient sur son efficacité où redoutaient des atteintes à leur vie privée (China Daily - 1 juillet). 

La Chine va multiplier par quinze d'ici 2011 ses capacités de production d'énergie solaire. La Mongolie intérieure, le Sinkiang, le Gansu, le Ningxia, le Qinghai et le Shaanxi se prêtent bien au développement de ce genre d'énergie renouvelable et non polluante (Quotidien du Peuple - 3 juillet). 

La qualité de l'air à Pékin a été la meilleure depuis neuf ans, avec 146 jours de ciel bleu, dans les six premiers mois de cette année. La ville a connu 25 jours de ciel bleu en juin, le meilleur résultat depuis l'an 2000. La qualité de l'air actuelle a été obtenue grâce à dix années d'efforts pour contrôler la pollution de l'air et aux mesures prises pour la préparation des J.O. Le mode de vie des citadins est également devenu plus respectueux de l'environnement. Ces résultats ont été obtenus nonobstant la circulation de 200000 nouveaux véhicules depuis le début de l'année en interdisant à 55000 véhicules polluants de circuler dans la municipalité (Quotidien du Peuple - 3 juillet). Ce point de vue optimiste est cependant contesté par des experts occidentaux qui prétendent, qu'après une incontestable embellie, la pollution aurait repris ses droits dans la capitale chinoise. 

Le taux de croissance de l'économie chinoise au premier semestre 2009 s'est élevé à 7,1%, ce qui confirme la reprise. Malgré une chute de 21,8% des exportations, les réserves de change de la Chine ont continué de croître de 17,8% en juin en glissement annuel pour s'élever à 2130 milliards de dollars. Des Africains en situation illégale causent des incidents à Guangzhou; de nombreux Africains se sont établis en Chine, où ils trouvent assez facilement du travail, faute de pouvoir accéder finalement à l'Europe, but originel de leur émigration (Presse chinoise - 16 juillet). 

Au second trimestre, le taux de croissance s'est élevé à 7,9 %, contre 6,1% au premier trimestre. Cette pente ascendante laisse espérer un taux de croissance supérieure à 8% pour l'ensemble de l'année, taux à partir duquel le chômage reculera. Les prix continuent de baisser, mais cette tendance devrait s'inverser au cours du second semestre (Quotidien du Peuple - 20 juillet). 

En 2008, les plus de 60 ans ont dépassé les 21% à Shanghai. La capitale financière et économique de la Chine est en passe de devenir une cité du troisième âge. Du coup, les autorités envisagent d'inciter les couples remplissant certains critères qui ont déjà un enfant à en avoir un second. Cette incitation serait d'autant plus utile que beaucoup de jeunes femmes d'aujourd'hui privilégient leur carrière par rapport à leur famille et renoncent à devenir mères. Toutefois, comme la Chine est toujours un pays en voie d'expansion démographique, certains pensent qu'il serait plus opportun de faciliter la mobilité géographique de Chinois plutôt que de renoncer dès à présent à la politique de l'enfant unique (Le Monde - 28 juillet). Voici quelques explications complémentaires concernant la politique actuelle de natalité chinoise. Compte tenu de la vaste étendue du territoire chinois, du développement social du pays ainsi que de la poussée démographique, laquelle est déséquilibrée, l'application concrète du planning familial est décidée par les régions elles-mêmes. Par exemple, les municipalités de Pékin, de Shanghai et de Tianjin et plusieurs provinces, dont le Jiangsu et le Sichuan, autorisent un couple à n'avoir qu'un seul enfant; dans dix neuf autres provinces, il est permis, aux couples ruraux, dont le premier enfant est une fille, d'en avoir un deuxième; quant aux provinces du Hainan, du Yunnan et du Qinghai ainsi qu'aux régions autonomes du Ningxia et du Sinkiang, les couples peuvent y avoir deux enfants; au Tibet, et dans d'autres régions où vivent des minorités nationales, on peut avoir plus de deux enfants; dans six autres provinces, il est prescrit que, pour le couple campagnard, si l'un des conjoints est enfant unique, le couple a également le droit d'avoir deux enfants; à l'heure actuelle, de plus en plus d'enfants uniques atteignant l'âge du mariage et de la procréation, la règle a tendance à y devenir celle des deux enfants, mais beaucoup de femmes, qui privilégient leur carrière à leur foyer, préfère s'en tenir à un enfant, voire à pas du tout. 

En marge du sommet sino-américain on discute de la réduction des déséquilibres entre les deux économies. Il faudrait que les Américains deviennent épargnants et que les Chinois consomment davantage. Le F.M.I. invite les dirigeants chinois à doter leur pays d'un sécurité sociale qui, en réduisant le risque, permettra de mobiliser pour la consommation une partie de l'épargne de précaution; le F.M.I. préconise donc une politique qui est celle du gouvernement chinois depuis deux ans! Il n'est pas certain que cette politique produira rapidement les effets escomptés en raison de la force d'inertie des habitudes. Les Américains souhaiteraient une réévaluation du Yuan et les Chinois plaident pour une réforme du système financier international qui remettrait en cause le statut central du dollar. Finalement peu de chose est à attendre du sommet (Le Monde - 28 juillet). 

Les salariés d'une usine sidérurgique du Jilin (nord-est), laquelle venait de changer de propriétaire, frappent à mort leur nouveau directeur qui les menaçait de licenciements (Le Monde - 28 juillet). 

Août - Répression des mouvements sociaux, arrestation de dissidents, surveillance accrue des nouveaux médias, consignes judiciaires, réaffirmation de positions géostratégiques... Depuis plusieurs mois, en Chine, les tenants de l'aile dure semblent avoir pris le pas sur les modérés. Le premier ministre Wen Jiabao, considéré comme réformiste, semble avoir disparu de la scène politique. Ce nouveau cours politique est peut-être une conséquence des troubles qui ont ensanglanté le Tibet l'an dernier et le Sinkiang cet été. Certains commentateurs occidentaux s'inquiètent des conséquences économiques de cette évolution. Ils redoutent un retour au nationalisme économique. Ces craintes sont largement exagérées, la Chine continuant à plaider au niveau international pour le maintien de l'ouverture économique, même si celle-ci n'exclut évidemment pas la défense de ses intérêts qu'elle juge vitaux (Marianne2 - 3 août).  

La visite en Chine de la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, en Afrique est perçue comme une tentative d'endiguer l'influence grandissante de la Chine sur ce continent. Celle-ci est indéniable, mais il ne faut pas l'exagérer; le volume des échanges entre la Chine et l'Afrique (107 milliards de dollars en 2008) reste encore modéré comparativement à la Corée (186 milliards), aux États-Unis (224 milliards), au Japon (267 milliards) et à l'Europe (425 milliards). Les investissements chinois sont certes spectaculaires, mais ils sont en volume encore inférieurs à ceux de l'Inde ou de la Malaisie (Le Monde - 5 août). 

La mine de cuivre afghane d'Aynak est passée sous contrôle chinois contre promesse de construction d'une usine de traitement du minerai sur le site, d'une voie de chemin de fer pour exporter le produit fini et d'une centrale thermique qui pourvoira aux besoins en électricité de l'exploitation minière et alimentera Kaboul. La réalisation de ce chantier risque d'être fatal à un site bouddhiste qui s'y trouve et aux vestiges d'un site minier de la période kuchan (2ème et 3ème siècles de notre ère). Compte tenu de la valeur archéologique des restes qui subsistent (monastère, stupa...), leur destruction serait aussi préjudiciable que le fut en 2001 celle des bouddhas de Bamyan par les talibans. Le déplacement des vestiges est envisagé, mais ce ne sera pas une tâche aisée. Évidemment, cet obstacle n'est pas suffisant pour que la Chine et l'Afghanistan renoncent à l'exploitation d'un gisement qui recèlerait la deuxième réserve mondiale de cuivre; le gouvernement afghan en attend des retombées économiques importantes, en terme d'emplois et de recettes fiscales; quant à la Chine, sa participation à ce projet s'inscrit dans le cadre de la sécurisation de ces approvisionnements en matières premières (Le Monde - 5 août). 

Plus de 15% du projet de stimulation économique chinois, qui s'élève à 4 trillions de yuans (587 milliards de dollars), serait destiné à la réduction des émissions de carbone d'ici la fin 2010. La Chine a d'ores et déjà dépassé les États-Unis en nombre de nouvelles turbines éoliennes construites au premier semestre 2009. Elle est également en train de prendre une part croissante du principal marché mondial de l'énergie solaire, celui de l'Europe. Un plan de développement de nouvelles ressources énergétiques sera lancé avant la fin de cette année en Chine avec l'objectif de se rapprocher de l'autosuffisance énergétique en mettant l'accent sur les énergies renouvelables. Un effort de remplacement des centrales à combustibles fossiles a déjà permis de réduire les émissions polluantes de 1,06 millions de tonnes de bioxyde de soufre et de 124 millions de bioxyde de carbone par an. Le rythme de croissance annuelle de la consommation énergétique chinoise n'a pas dépassé 5,5% au cours de ces 30 dernières années, ce qui est très inférieur à l'augmentation du PIB (sources chinoises). 

La Banque asiatique du Développement (BAD) a publié dernièrement un rapport d'où il ressort que la demande croissante de biens par la Chine pourrait changer à terme la structure commerciale mondiale. La Chine deviendrait, dans un proche avenir, non seulement le principal fournisseur du monde, mais également son plus grand consommateur.  

Dans un souci d'harmonisation des peines, la Cour populaire suprême de Chine vient de décider d'imposer des normes de condamnation. Les juges ne pourront donc plus décider eux-mêmes des peines infligées, pratique qui aboutissait à de grandes disparités d'un tribunal à l'autre. 

Un quotidien spécialisé dans les informations sur la partie continentale de Chine, le "Wangbao" vient de paraître à Taiwan pour la première fois le mardi 11 août. 

Plusieurs différends commerciaux opposent la Chine aux États-Unis. Ces derniers viennent de faire condamner Pékin par l'OMC qui exige une ouverture plus grande du marché américain aux produits culturels américains; le problème de la contrefaçon est également posé. La Chine, qui estime accueillir une quantité déjà suffisante de ces produits, va faire appel. Dans le même temps, sous la pression des entreprises américaines, Washington envisage de restreindre l'importation des pneumatiques chinois. Une bulle spéculative serait en train de se développer sur le marché immobilier chinois, favorisée par des taux d'intérêt attractif, alimentée par une relative pénurie de biens et attisée par la crainte de nouvelles tensions inflationnistes (Le Monde - 15 août). 

Campagne antimafia dans la ville de Chongqing. Près de 1500 personnes ont été placée en détention, dont plusieurs hauts responsables (le chef du bureau de la justice de la ville, par exemple), après le changement à la tête du Parti de la ville. Le nouveau chef de la police, blessé par balles et à l'arme blanche, a des comptes à régler avec le milieu! 

A Hongkong, depuis les années 1950, des propriétaires louent à la main-d'oeuvre immigrée des pièces contenant plusieurs personnes, cloisonnées en cages grillagées superposées, où chaque locataire dispose de moins de deux mètres carrés! Plus de cent mille travailleurs seraient logés dans ces conditions peu enviables. Selon les statistiques, il n'y aurait que trente maisons-cages de ce genre. Mais le gouvernement ne contrôle le niveau d'hygiène et les précautions contre l'incendie que pour les maisons de plus de douze locataires par pièce. Les autres échappent ainsi à toute surveillance et ne sont pas prises en compte dans les statistiques. La fiscalité à Hongkong privilégient les grandes fortunes qui ne sont pratiquement pas imposables. La disparité des niveau de vie entre riches et pauvres s'y accroît. Le rattachement du territoire à la Chine n'a pas amélioré les choses (Le Monde - 21 août).  

L'ancien vice-président de la Cour suprême de Chine est accusé de corruption (Le Monde - 24 août). 

Septembre - C'est un petit laboratoire pharmaceutique chinois qui a reçu la première homologation de son vaccin contre la grippe porcine. Ceci est d'autant plus remarquable que ce vaccin n'exige qu'une dose alors que les vaccins occidentaux, encore à la traîne, en requièrent deux ( France 2 - 3 septembre). 

"La Chine a une politique militaire défensive et ne s'associera pas à la course aux armements. Nous ne deviendrons pas une menace militaire pour quelque pays que ce soit et nous ne prétendrons jamais à l'hégémonie ou à l'expansionnisme." Hu Jintao, 9 mai 2008. Malgré ces déclarations, la Chine inquiète. Depuis le lancement de son programme nucléaire dans les années 1950, son budget consacré à la militarisation ne cesse de croître. Aujourd'hui, face aux puissances militaires du 21ème siècle, la Chine modernise son armée. A l'heure où elle cherche à se faire une place parmi les grandes puissances et à peser dans le Conseil de sécurité de l'ONU, elle développe ses moyens d'influence dans le monde (Amérique latine, Afrique) et au niveau régional (Asie du Sud-Est). Déjà le déséquilibre grandissant entre la Chine et Taiwan suscite des craintes (Institut Choiseul). 

La hausse des prix de l'immobilier met les logements hors de portée de la classe moyenne (9% depuis juin à Pékin). Des mesures ont été prises pour les petits et les hauts revenus, mais la classe intermédiaire a été oubliée bien qu'elle représente près de la moitié de la population urbaine de Chine avec un revenu variant de 150000 (15000 euros) à 300000 yuans (30000 euros) par an. Avant la réforme économique, les logements étaient subventionnés ou fournis par les entreprises. Le secteur a été libéralisé en 1998. Ensuite, des réformes ont eu lieu mais elles n'ont pas rendu le résultat escompté et la spéculation a continué de progresser. De nouvelles mesures devraient être prises. Les entreprises pourraient être à nouveau invitées à loger leurs employés (Quotidien du Peuple - 4 septembre). 

Un riz transgénique, qui résisterait aux maladies et satisferait mieux les papilles gustatives, serait bientôt autorisé à la production et à la vente en Chine. D'après les autorités, les études préalables se seraient montrées positives et toutes les précautions sanitaires auraient été prises. L'utilisation de ce riz transgénique devrait réduire de 80% l'usage de pesticides et augmenter le rendement d'environ 6%. La Chine produit actuellement environ 500 millions de tonnes de grains. Selon les estimations, la population chinoise atteindrait 1,6 milliard en 2020, la Chine aurait alors besoin de 630 millions de tonnes de grains. Seule la mise en oeuvre de progrès technologiques permettrait de satisfaire cette demande (Synergy - 8 septembre). 

Plus de 20000 personnes ont visité le mausolée de Mao Tsé Toung sur la place Tien An Men, mercredi 9 septembre, lors du 33ème anniversaire de la mort de l'ancien dirigeant chinois. L'engouement d'une partie de la population chinoise pour le grand timonier ne paraît pas faiblir.  

La Chine a ouvert une enquête antidumping visant des pièces de voitures et des volailles américaines, a indiqué dimanche le ministère chinois du Commerce sur fond de nouveau contentieux commercial entre les deux pays lesquels doivent se retrouver au G20 à la fin du mois. Les autorités de Pékin avaient averti qu'elles se réservaient le droit de réagir après la décision de Washington d'imposer des droits de douane supplémentaires sur les importations de pneus en provenance de Chine (A.F.P. - 13 septembre). 

Face à la multiplication des mouvements de contestation et plus globalement à l'intérêt toujours croissant que suscite la Chine à l'étranger, Pékin montre des signes d'ouverture. Déjà laboratoire économique, la très prospère ville de Shenzhen deviendra, le 1er décembre prochain, une zone médiatique spéciale où les fonctionnaires seront obligés de répondre aux journalistes sous peine de sanctions (Marianne 2 - 18 septembre). 

Un rapport de recherche publié par les experts chinois de l'énergie suggère que la Chine pourrait éventuellement suivre un chemin d'industrialisation à faible niveau de carbone, mais cette tâche sera difficile à réaliser. Le pays s'est fixé comme objectif d'atteindre un niveau de développement comparable à celui des pays les plus avancé d'ici une quarantaine d'années. Dans les conditions actuelles de développement économique, cet objectif supposerait la consommation de combustible fossile d'un ordre de grandeur plus élevé que la consommation mondiale d'aujourd'hui avec des conséquences catastrophiques en terme d'émissions de gaz à effet de serre. Des scenarii alternatifs ont donc été développés. Une politique vigoureuse d'économies d'énergie et de recours à des énergies propres entraînerait des investissement supplémentaires chiffrés à 1 trillion de yuans (146,5 milliards de dollars US). Les calculs sont cependant entachés d'incertitudes tant en ce qui concerne la prise de conscience de la population et des autorités gouvernementales, qu'en ce qui concerne les évolutions technologiques et la coopération internationale. Aucun modèle viable n'existe encore pour mener à bien une telle évolution, ce qui rend le défi encore plus difficile à relever (Quotidien du Peuple - 18 septembre). 

Devant les Nations Unies, le président Hu Jintao, s'est engagé à tout faire pour obtenir de son pays une réduction significative des émissions de CO2, tout en appelant les nations riches à aider les nations en développement. D'après un expert de l'ONU, si la Chine met son plan en oeuvre, elle prendra d'ici peu la tête de la planète dans la lutte pour la préservation de l'environnement. Et l'Inde ne serait pas loin derrière. On pourrait souhaiter que ce soient les pays les plus développés qui montrent l'exemple, plutôt que les pays émergents! 

Octobre - D'après l'historien Lucien Bianco, c'est moins la stratégie de Mao, axé sur la paysannerie, qui a permis la victoire communiste en Chine que la seconde guerre mondiale laquelle a fragilisé le régime nationaliste et permis à son adversaire de renforcer sa puissance militaire. La réforme agraire réalisée par le Parti communiste, dans les zones sous son contrôle, lui a permis d'enrôler beaucoup de paysans alors que le camp de Tchang Kai Chek, miné par l'inflation et par la corruption ne voyait d'autre issue que dans la répression. Ce régime traversait une crise si grave qu'elle ne pouvait déboucher que sur son effondrement. L'armée rouge a d'abord été accueillie sans enthousiasme dans les grandes villes comme Shanghai ou Nankin mais, dans un second temps, les intellectuels se sont ralliés au nouveau régime qui leur offrait la perspective d'un redressement de leur pays. Cette révolution fut plus nationaliste que communiste: il s'agissait de mettre un terme au déclin séculaire de la Chine. Le bilan du maoïsme est pratiquement nul en ce qui concerne l'élévation du niveau de vie des masses, en raison des erreurs idéologiques commises. Mais les libertés dont bénéficiaient une minorité urbaine ont été étendues à l'ensemble de la population, la condition féminine a été améliorée au moins dans la loi sinon dans la pratique longtemps marquée par la tradition, l'alphabétisation et la scolarisation ont connu un développement remarquable. A la création de la République populaire, 80% des Chinois étaient illettrés; il n'en reste plus que 8% aujourd'hui et l'essentiel a été fait du vivant de Mao; en 1949, 25% des enfants étaient scolarisés et, en 1976, 95 % l'étaient*. Au cours des trente dernières années, les progrès accomplis, au plan économique comme en matière d'augmentation du niveau de vie, par suite de la politique d'ouverture, sont impressionnants. L'unicité du parti a certainement facilité la mise en oeuvre de la politique de contrôle des naissances; la comparaison avec l'Inde, où une telle politique a échouée parce qu'elle était moins contraignante, est à cet égard révélatrice. En revanche, la réussite économique repose davantage sur les abandons idéologiques que sur l'existence du parti unique. L'évolution de la Chine vers plus de démocratie prendra nécessairement beaucoup de temps dans un pays de 1,3 milliard d'habitants sans tradition dans ce domaine (Le Monde - 1er octobre). 

* Au crédit de Mao on peut aussi porter les améliorations sanitaires qui ont permis de plus que doubler la population en moins d'un demi-siècle. 
. 

Hommage à Sun Yat Sen, leader de la révolution démocratique de 1911, lors de la parade du 60ème anniversaire de la fondation de la République populaire
. 
Le Fonds monétaire international (F.M.I.) a prévu jeudi 1er octobre que l'économie chinoise augmentera de 8,5% cette année et de 9,0% en 2010, prophétisant que la Chine sortirait l'Asie de la récession économique. 

En passant de 2,3% en 1978 à 19,2% en 2007, le taux de contribution de l'économie chinoise à l'économie mondiale a fait de la Chine la puissance ayant le plus participé au développement de l'économie internationale (Quotidien du Peuple - 2 octobre). 

Les menaces que pourrait faire peser l'armée chinoise engagée dans un processus de modernisation n'alarment pas encore les experts: en termes de capacité de projection loin de ses frontières, la Chine est encore en retard de deux décennies par rapport aux États-Unis. Le professeur Shi Yinhong, spécialiste de politique internationale à Pékin, relativise quant à lui la puissance de cet empire du Milieu au rôle central: "La Chine a récemment fait de grands progrès mais doit encore surmonter de nombreuses faiblesses: elle n'est pas très avancée en matière technologique, son environnement écologique est dégradé et, dans certaines de ses campagnes, on vit dans un climat d'anarchie partielle. On peut vraiment faire mieux, beaucoup mieux! " (Le Monde - 8 octobre). Selon un autre intellectuel chinois, dont le nom m'échappe, ce que la Chine a de meilleur à offrir au monde, ce n'est même pas ses produits manufacturés bon marché, c'est sa culture millénaire non manichéenne, si différente de celle de l'Occident où règne la dichotomie entre le bien et le mal. 

En visite en France, le premier ministre de Malaisie, Najib Razak, estime nécessaire d'aligner l'économie de son pays sur celle de la Chine pour la sortir de la crise. La Chine a besoin dénergie, la Malaisie peut lui vendre de l'huile de palme et la croissance chinoise tirera l'économie malaise vers le haut. Ce rapprochement n'est d'ailleurs pas exclusif, la Malaisie encourage aussi les relations avec l'Inde et le Moyen-Orient (Le Monde - 8 octobre). 

Les taxis noirs londoniens vont désormais être fabriqués à Shanghai (Le Monde - 8 octobre). 

D'après " The Independant", la France, la Chine, le Japon, la Russie et les pays du Golfe persique veulent remplacer le dollar, comme monnaie pétrolière, par un panier de devises. Bercy dément, mais cela n'empêche pas le dollar de plonger (Le Monde - 8 octobre). 

Le yuan est certainement sous-évalué mais une réévaluation brutale entraînerait le chaos et ne permettrait pas de rétablir un équilibre mondial souhaitable. En effet, une grande partie des produits chinois ne sont qu'assemblés en Chine. Dans l'hypothèse d'une forte hausse du yuan, les entrepreneurs chinois, pour rester compétitifs, seraient incités à faire pression sur leurs fournisseurs, souvent d'autres pays asiatiques. Ceux-ci paieraient donc en partie les conséquences de la réévaluation du yuan sans grand profit pour les pays importateurs. La seule solution consiste en une réorientation progressive de la production chinoise vers le marché intérieur et à un développement de ce dernier grâce à la mobilisation de l'épargne de précaution devenue en partie inutile à la suite de l'instauration d'une couverture sociale universelle. Ce processus prendra évidemment beaucoup de temps (Le Monde - 8 octobre). 

La société chinoise Sinohydro Corporation vient de signer un contrat avec le gouvernement équatorien à Quito, capitale d'Équateur, pour la construction de la centrale de Coca Codo Sinclair, qui sera la plus grande centrale hydroélectrique de ce pays sud-américain (Quotidien du Peuple - 11 octobre). 

Une entreprise chinoise, Sichuan Tengzhong Heavy Industrial Machinery Co., vient d'acheter Hummer à General Motors. Cette filiale du géant de l'industrie automobile américaine fabriquait des véhicules emblématiques de l'intérêt des Américains pour les grosses voitures tout-terrain. La Chine vient ainsi au secours de l'industrie automobile américaine défaillante en absorbant ses entreprises en difficulté (Nouvel Observateur - 11 octobre). 

La Chine commence à s'inquiéter des nombreuses rétorsions prises par l'Europe à l'encontre de ses produits sur la base de la lutte contre le dumping. Des droits de douane très élevés frappent certaines de ses exportations dans des conditions qu'elle estime injustifiées (les feuilles d'aluminium, par exemple, viennent d'être assujetties à des droits de 30%). Elle s'étonne du changement d'attitude des pays et des hommes qui étaient naguère les champions de la libération des échanges (Angleterre, Allemagne, Barroso...) lesquels auraient été convertis maintenant au protectionnisme à la faveur d'une crise dont l'Europe tarde plus à se remettre que l'Asie et les États-Unis. Les entrepreneurs chinois sont invités à ne plus miser sur les produits bas de gamme, fabriqués par une main d'oeuvre bon marché, mais à s'orienter plutôt vers les productions de haute technologie et de bonne qualité en réponse aux critiques de l'Occident. Par ailleurs, la Chine craint un rapprochement des l'Europe et des États-Unis pour la contraindre à réduire ses exportations et à importer davantage (Quotidien du Peuple - 12 octobre). 

Le pourcentage de la population vivant en Chine sous le seuil de pauvreté est passé de 60 % en 1970 à moins de 16 % de nos jours, ce qui constitue un progrès tout à fait remarquable. Toutefois, la répartition de la richesse, mesurée par l'indice de Gini, révèle que cette évolution s'est accompagné d'un accroissement des inégalités; cet indice, qui était voisin de 3 (France: 3,3 en 2005) est passé à 4,5 (États-Unis: 4,1 en 2005). La Chine, autrefois relativement égalitaire, est donc devenue plus inégalitaire mais ne l'est pas beaucoup plus que les USA. L'inégalité s'est en grande partie polarisée entre les régions économiquement développées de la côte est et les régions rurales du centre et de l'ouest du pays (Arte - Le dessous des cartes - 13 octobre). 

Les statistiques de septembre montrent une dégradation moins forte que celle qui était prévue par les experts, tant pour ce qui concerne les exportations que les importations chinoises. Ces résultats encourageants, qui infléchissent sensiblement la trajectoire des derniers mois, montrent que le commerce mondial est en train de repartir de l'avant. En Chine, des dépenses publiques importantes ont permis de limiter les conséquences de la crise et de maintenir une croissance soutenue (China Daily - 15 octobre). 
. 

. 
L'Afghanistan et le Pakistan viennent d'inviter la Chine et les pays de l'Organisation de Shanghai à s'impliquer davantage dans la lutte contre le terrorisme. Les experts estiment préférable que les soldats chinois se tiennent à l'écart du conflit mais pensent que Pékin pourrait fournir une aide plus importante pour la reconstruction, la lutte contre la misère et l'échange de renseignements (China Daily - 16 octobre). 

Les deux tiers de la rédaction du magazine financier "Caijing", très réputé en Chine, directrice générale en tête, ont démissionné par suite des pressions et de la censure exercées sur leurs articles par les propriétaires du journal, à savoir les autorités boursières, qui ne supportaient plus leur franc parler. Le gouvernement américain estime que la Chine n'a pas manipulé sa monnaie pour en tirer un avantage compétitif. Une entreprise minière chinoise spécialisée dans l'or va investir un milliard de dollars aux Philippines (Quotidien du Peuple - 16 octobre). 

La récente prix Nobel d'économie, pour la première fois décerné à une femme, Elinor Ostrom, vient d'accorder un satisfecit à la Chine qui a su défier la récession économique mondial et maintenir un taux de croissance élevée. Elle donne à ce pays le conseil de mettre en oeuvre un système économique polycentrique, certaines décisions étant prises au niveau national, d'autres au niveau régional, d'autres au niveau du village, voire plus bas, ce système étant économiquement plus efficace, d'après elle, que la résolution des problèmes à large échelle. Si le commerce international n'est pas intrinsèquement mauvais, fabriquer un produit dans un lieu pour le vendre de l'autre côté de la planète génère une consommation des ressources communes économiquement inefficace et on est allé trop loin dans ce domaine; une contraction des échanges internationaux serait donc souhaitable et une préférence devrait être accordée aux productions de proximité chaque fois que c'est possible (China Daily - 17 octobre). Elinor Ostrom a montré que la gestion des biens communs (air, eau...) pouvait se révéler plus efficace lorsqu'elle est réalisée collectivement par des communautés plutôt que par le marché ou par l'État; ses découvertes pourraient avoir des retombées importantes dans le domaine écologique. 

La Chine lance un système d'étiquettes d'empreinte carbone afin d'aider les consommateurs chinois à choisir les produits les moins polluants (Quotidien du Peuple - 17 octobre). 

D'après un article du Quotidien du Peuple du 29/10/2009, l'Occident commet trois erreurs en exigeant la réévaluation du yuan. En premier lieu, la sous-évaluation de la monnaie chinoise ne serait nullement à l'origine des déficits commerciaux américains; ce point de vue serait d'ailleurs reconnu exact tant par le quotidien français en langue chinoise "Nouvelles d'Europe" que par le Financial Times; le déficit commercial américain serait tout simplement une conséquence de la mondialisation et des délocalisations qu'elle a entraînées. En second lieu, la sous-estimation de la monnaie chinoise n'est pas à l'origine de la crise financière internationale; prétendre le contraire cela revient, pour les pays occidentaux, à tenter d'esquiver leurs responsabilités en la matière; c'est bien, en effet, l'endettement excessif de l'État et des ménages américains qui ont plongé le monde dans la crise actuelle; en d'autres termes, les Américains consomment trop par rapport à ce qu'ils produisent; ils vivent à crédit sur le reste du monde et cette situation ne pourra évidemment pas durer toujours. En troisième lieu, une réévaluation rapide et forte du yuan ne permettrait nullement de résoudre les problèmes posés; elle créerait des difficultés pour la Chine qui ne serait plus en mesure de poursuivre son développement économique au rythme et selon les modalités prévus et ceci retentirait négativement sur les économies occidentales compte tenu des importantes implications qui existent déjà entre elles et la Chine; les ajustements ne peuvent être que modérés sous peine de vouer l'économie mondiale à un chaos dont personne ne bénéficierait. 

Les suicides successifs à France Télécom inquiètent la Chine dont les entreprises de télécommunications, qui sont soumises à une concurrence très vives, rencontrent des difficultés pour maintenir leur niveau de rentabilité. Des mesures sont à l'étude pour éviter que les employés du secteur, qui estiment déjà leur avenir bouché, ne subissent pas des tensions excessives qui pourraient générer de leur part un comportement analogue à celui de leurs collègues français (Quotidien du Peuple - 30 octobre). 

Un village entièrement écologique destiné à servir de modèle a vu le jour dans un province chinoise. Disney va ouvrir un nouveau parc à Shanghai (France 2). 

Novembre - Le savant chinois Qian Xuesen vient de décéder. Ce spécialiste des questions spatiales travailla d'abord aux États-Unis, à partir de l'immédiate avant-guerre. Il participa avec succès à plusieurs projets d'envergure pendant et après la seconde guerre mondiale. Il ébaucha en particulier un avion spatial parfois considéré comme l'ancêtre de la navette. Mais la montée du maccarthysme mit fin à sa brillante carrière. Soupçonné de sympathies communistes dans les années 1930, il fut chassé de son poste, placé en résidence surveillée et tenu au secret pendant cinq ans, jusqu'en 1955. A cette époque, il fut échangé contre des prisonniers américains de la guerre de Corée et put rentrer en Chine. Avec les maigres moyens mis à sa disposition, il travailla à la mise au point de la bombe atomique chinoise et on pense qu'il joua un rôle important dans la conception et la fabrication de la fusée "Longue Marche" qui plaça un satellite sur orbite en 1970. En 2003, la Chine se montra capable de mettre sur orbite un satellite habité. En 2007, elle lança sa première sonde vers la Lune et elle entra dans le club très fermé de la guerre des étoiles (Le Monde - 6 novembre). 

Une surveillance vient d'être mise en place sur un campus chinois pour rappeler aux étudiants que la décence interdit de s'embrasser en public. Les amoureux qui contreviennent à cette règle sont invités à cantonner leurs épanchements à une stricte intimité. Le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick a indiqué le 11 novembre que le statut du dollar comme monnaie de réserve internationale était "relativement assuré", mais que le yuan chinois pourrait constituer plus tard une monnaie de réserve alternative. Selon Les Échos, la nouvelle Peugeot 408 serait lancée d'abord en Chine, au début de l'année prochaine, en raison de la vigueur du marché automobile chinois qui contraste avec la morosité régnant dans les pays occidentaux. La Chine devrait réduire ses émissions de carbone de 4 à 5% par an pour atteindre ses objectifs en 2050, selon des experts (presse chinoise - 12 novembre). 

Quelques 3000 salariées de l'usine du fabricant de lingerie Triumph, située sur l'île d'Hainan, dans le sud de la Chine, se sont mises en grève pour protester contre le projet de la direction de lier les primes de 2009 à l'efficacité des salariées, ce qui pénaliserait ces dernières en périodes de crise. La grève est illégale en Chine depuis 1962, ce qui n'empêche pas les conflits sociaux d'exister (Le Monde - 17 novembre). 

Hu Shuli, ancienne rédactrice en chef du magazine "Caijing", figure de proue du journalisme d'investigation chinois, aurait démissionné à la suite de pressions politiques. Le ton du périodique serait devenu trop libre. Mme Hu s'apprêterai néanmoins à lancer un nouveau titre et, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent en Occident, la presse chinoise n'est pas monolithique, même si elle demeure toujours sous les contrôle du PC (Le Monde - 17 novembre). 

L'Inde émettrait actuellement 1,2 tonnes de gaz carbonique par an et par habitant, la Chine 4,5 tonnes, l'Europe 10 tonnes et les États-Unis 19 tonnes (Le Monde - 17 novembre). Même si la Chine est globalement un gros pollueur, on voit que, ramenée à la taille de sa population, il reste encore de la marge à cette pollution avant qu'elle n'atteigne celle de l'Europe. Ne parlons pas des États-Unis.  

Après 8 ans d'efforts, les chercheurs de l'Institut d'hydrobiologie de la CAS (Académie des sciences de Chine) à Wuhan ont réussi à aménager en zone verte un désert de sable d'une superficie de 2000 hectares en utilisant une nouvelle technologie: celle-ci consiste à créer une croûte algale artificielle fabriquée à partir de cyanobactéries du désert. Les zones désertiques de Chine disposent d'une croûte algale naturelle composée de cyanobactéries adaptées aux conditions très arides (sécheresse, fortes radiations, haute alcalinisation, etc.). Ces micro-organismes sont aussi capables de faire évoluer favorablement l'environnement naturel dans lequel elles se trouvent (Synergy). 

Les Chinois qui vivent à l'étranger souhaiteraient que leur pays adopte le principe de la double nationalité. Les autorités chinoises ne sont pas disposées à remettre en cause de manière aussi radicale les règles en vigueur en matière de nationalité mais elles seraient favorables à la mise en place d'un système de permis de résidence permanents inspiré des Green Cards américaines (Quotidien du Peuple - 20 novembre). 

Les conséquences sur les relations entre l'Europe et la Chine de l'entrée en application du Traité de Lisbonne sont appréciées de manière nuancée par les Chinois. Si le président de l'Institut d'Études internationales de Shanghai en attend plus de cohérence et d'efficacité, Ding Yuanhong, ancien ambassadeur près de l'Union européenne pense que ce traité ne changera rien, la coopération entre les 27 membres de l'Union étant insuffisamment efficace (Quotidien du Peuple - 20 novembre). 

Seule une modification de la loi obligera les patrons indélicats à payer les salaires des travailleurs migrants. Actuellement, le non paiement des salaires sans motifs valables est illégal mais cette disposition est sans effet car aucune sanction n'est prévue. La Fédération chinoise des syndicats, organisme semi-officiel, demande donc une modification de la loi dans un sens plus contraignant notamment en assortissant la condamnation pour non paiement de salaires d'amendes significatives et de peines de prison. Les syndicats souhaitent également que l'État vienne au secours des entreprises en difficulté lors des crises de façon à ce qu'elles puissent dédommager leurs salariés (Quotidien du Peuple - 20 novembre). 

Si les Jeux Olympiques s'étaient tenus plus tard, le nid d'oiseaux de Pékin n'aurait sans doute pas été construit avec les mêmes dispositifs. En particulier, la climatisation aurait recouru au film solaire plus écologique que la pompe à chaleur. La lutte contre les changements climatiques a déjà permis le développement d'importants secteurs industriels. Beaucoup d'entreprises s'efforcent de retenir des solutions plus écologiques. Cependant la poursuite de la croissance chinoise, tout en réduisant significativement les émissions de gaz à effet de serre, reste un défi qu'il ne sera pas facile de relever (China Daily - 21 novembre). 

Le recul des glaciers de l'Himalaya pèse sur l'avenir de l'Asie. En Inde et en Chine, les glaciologues cherchent à évaluer l'ampleur de la fonte de ce réservoir d'eau douce, le second du monde. Le réchauffement climatique fournit certainement une explication à ce phénomène, mais elle n'est pas la seule. Les particules noires qui se déposent sur la neige, laquelle reflète ainsi moins bien les rayons du soleil, jouent également un rôle. Et ces particules ne proviennent pas toutes de l'utilisation des énergies fossiles, mais aussi de la combustion du bois et de la bouse (Le Monde - 26 novembre). 

Pékin a indiqué vouloir baisser son intensité carbonique (émissions polluantes par unité de PIB) de 40% à 45% d'ici 2020 par rapport à 2005. Les autorités chinoises disent vouloir développer les énergies renouvelables, le nucléaire, mettre en place des politiques fiscales et financières appropriées et accroître les investissements dans la recherche-développement de technologies zéro carbone (La Montagne - 27 novembre). 
 
Décembre - Pour les dirigeants indélicats la Chine invente les prisons quatre étoiles. Ces prisons de luxe seraient construites au détriment de la qualité des écoles. Les détenus y bénéficieraient d'un grand confort et de terrains de sport. Un tel luxe, dénoncé par des sites internet et même par un journal chinois, contrasterait avec le sort fait aux détenus des prisons traditionnelles et des laogai (Marianne 2 - 1er décembre). L'auteur de cet article semble ignorer qu'un projet de loi abolissant les laogai était en discussion en mars 2007. De plus, l'image qu'il donne des prisons chinoises se réfère aux plaintes d'un ancien détenu libéré avant 2003! Enfin, il compare la qualité des constructions scolaires détruites au Sichuan pendant le séisme de l'an passé, constructions édifiées pour la plupart voici de nombreuses années, avec celle de bâtiments qui viennent tout juste d'être achevés. La pertinence de tels rapprochements est évidemment plus que douteuse. 

Avant la réunion de Copenhague, les pays émergents font bloc. La Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud et le Soudan viennent de publier un document contenant quatre points non négociables: 1°)- Pas d'année de pic des émissions pour les pays en développement. 2°)- Pas de réductions contraignantes des émissions des pays du Sud. 3°)- Pas de contrôle international des actions non financées par les pays riches. 4°)- Mention dans la déclaration finale que les pays industrialisés n'imposeront pas de barrière commerciale au nom du climat aux biens exportés par les pays en développement (Le Monde - 3 décembre). 

Alors que, dans les pays développés, la part des salaires représente environ 50% du coût de fonctionnement des entreprises, en Chine, elle ne dépasse pas 42% et encore a-t-elle tendance à décroître. La rémunération des capitaux semble trop élevée par rapport à celle du travail. L'indice de Gini, qui mesure le niveau d'inégalité d'une société, a dépassé le seuil critique de 0,4 en s'établissant aujourd'hui au-dessus de 0,48. Cette situation menace la stabilité et l'harmonie sociale de la Chine et constitue un frein au développement du marché intérieur. Malgré l'existence d'un salaire minimum, la législation actuelle paraît insuffisante. Il serait souhaitable qu'un mécanisme assure aux salariés une augmentation de leurs revenus au même rythme que la croissance de l'économie nationale. Au surplus, les capacités de négociation des travailleurs avec les directions des entreprises devraient être accrues, notamment en leur permettant d'accéder aux informations comptables (Quotidien du Peuple - 3 décembre). 

Le programme de réduction des émissions de carbone coûtera cher à la population chinoise. Certains automobilistes pensent déjà à abandonner leur voiture en raison de la hausse prévisible du prix des carburants. Pan Jianhua, expert en politique énergétique à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales pense que les objectifs de réduction affichés seront très difficiles à atteindre parce que les étapes les plus faciles dans la réduction des émissions ont déjà été largement franchies pour  parvenir à l'amélioration de l'efficacité énergétique de 20% fixée pour la période 2006-2010 (Quotidien du Peuple - 4 décembre). 

Plusieurs sites chinois qui diffusaient sur Internet de la musique ou des vidéos en infraction aux règles de protection du droit d'auteur viennent d'être fermés par les autorités. Après avoir fait la chasse aux sites pornographiques, ces dernières mettent désormais l'accent sur la protection de la propriété intellectuelle (China Daily - 8 décembre). 

Depuis l'année 2007, les émissions totales de CO2 de la Chine ont globalement dépassé celles des États-Unis. Mais les émissions chinoises de CO2 par tête d'habitant sont encore beaucoup plus basses que celles des États-Unis, de la Russie, du Japon et de l'Union européenne. Elles ont seulement dépassé celles du Brésil et de l'Inde. Et ceci restera vraisemblablement vrai à l'horizon 2030. 60% des émissions de CO2 considérées comme responsables du changement climatique ont été produites dans les pays occidentaux depuis 1850; jusqu'à présent, la Chine n'a que produit 7% de ces émissions. Par ailleurs, un plan de réduction de 20% des consommations d'énergie par unité de PIB de 2005 à 2010 a été inclus sur le 11ème Plan quinquennal chinois. Dans son 12ème Plan quinquennal, la Chine a promis de réduire de 40% à 45% ses émissions de CO2 par unité de PIB par rapport à 2005. De nombreuses dispositions ont été prises en Chine pour protéger l'environnement. Citons, la construction d'une centrale électrique à charbon ultramoderne par semaine, la hausse du prix du pétrole, les mesures visant à encourager l'achat d'équipements écologiques, l'allocation accordée par le gouvernement pour la production des voitures électriques, l'accélération du développement de l'énergie nucléaire... En 2007, la production d'électricité nucléaire de la Chine ne représentait que 7% de la production d'électricité totale; en 2020, ce taux devrait être de 20%. La production d'électricité éolienne de la Chine représente 10% du total de la production mondiale. Quant à l'énergie solaire, la Chine est le plus grand pays producteur de panneaux solaires (Quotidien du Peuple - 9 décembre). Ces informations sont présentées comme étant tirées du magazine français "Challenger"!? 

La Banque de Développement de Chine, qui a rejoint en mai dernier les rangs du club des investisseurs de long terme, et la Caisse des Dépôts et Consignations ont signé, le 28 octobre à Pékin, un accord-cadre de coopération économique. Ce document porte sur un ambitieux programme: financement de projets, gestion d'actifs, contrôle des risques, développement durable, lutte contre le réchauffement climatique, gouvernance et transparence. Un fonds sino-français sera dédié aux soutien des P.M.E. (CDScope - décembre). 

En marge du sommet de Copenhague, la Chine affirme sa volonté de tenir ses engagements de réduire de 40 à 45% l'intensité carbone par unité de PIB d'ici 2020 par rapport à 2005, quoi que fassent les autres pays. Mais elle n'est pas décidée à sacrifier son développement sur l'autel de l'écologie. Le pays a encore un long chemin à parcourir avant que l'ensemble de sa population soit doté d'un niveau de vie et d'un confort convenable. 700 millions de Chinois ont encore une qualité de vie inférieure à la normale; plus de 270 millions n'ont pas un approvisionnement en eau potable adéquat; il n'est donc pas question pour la Chine de renoncer au développement économique. Par ailleurs, il serait souhaitable que les pays développés consentent les transferts de technologie nécessaires pour faciliter l'atteinte de l'objectif d'une croissance à faible émission de carbone. D'après un sondage réalisé par la Banque centrale de Chine, près de 70% des personnes interrogées estiment que les prix de l'immobilier sont excessifs; une bulle spéculative est-elle en train de se développer? Les dix villes chinoises les plus agréables à habiter sont, d'après les internautes, dans l'ordre: Chengdu, Hangzhou, Qingdao, Dalian, Kunming, Suzhou, Guilin, Xiamen, Hong Kong et Dali (Quotidien du Peuple - 18 décembre). 

Après Beijing Automotive Industry Holding, qui vient de débourser 200 millions de dollars pour acquérir des actifs de Saab, filiale suédoise de General Motors, qui a déjà cédé auparavant Hummer au groupe Tenzong, opération qui n'a d'ailleurs pas encore reçu l'agrément des autorités chinoises, c'est au tour de Geely de mettre la main sur Volvo. Les entreprises chinoises se dotent ainsi de marques prestigieuses pour préparer leur pénétration du marché mondial (La Montagne - 25 décembre). 

Le train à grande vitesse Wuhan-Guangzhou est le plus rapide du monde. Il relie les deux villes, distantes de plus de 1000 km en trois heures. Le compagnie chinoise Geely serait en passe de racheter Volvo. Un gazoduc Asie centrale-Chine vient d'être inauguré (presse chinoise - 27 décembre). 

Sécheresse, pollution, accroissement des effets du réchauffement climatique, tremblements de terre et glissements de terrain occasionnés par les travaux... les conséquences négatives du barrage des Trois-Gorges inquiètent les écologistes chinois (Le Monde 30 décembre). 

Un citoyen britannique, Akmal Shaikh, condamné à mort pour avoir entré de l'héroïne au Sinkiang, est exécuté par injection, malgré le recours déposé par ses avocats en raison de son état mental. C'est la première fois depuis 1951 que la Chine exécute un Occidental. Les commentateurs y voient une manifestation de mauvaise humeur des autorités chinoises contre la Grande-Bretagne qui protège des dissidents, a reçu avec ostentation le Dalaï lama et accuse Pékin d'être responsable de l'échec du sommet environnemental de Copenhague (Le Monde - 30 décembre). On pourrait ajouter que le trafic de drogue est très sévèrement puni par une Chine qui se souvient que la Grande Bretagne lui a imposé, par les armes au 19ème siècle, une consommation d'opium qui l'a réduite à la merci de l'Occident. 

L'exécution de Akmal Shaikh, suit de peu de jours la condamnation à onze ans de prison, le 25 décembre, de l'un des rédacteurs d'une charte de transition démocratique, Lu Xiaobo. Des journalistes occidentaux voient dans la concomitance de ces événements le signe d'un durcissement du régime. Les dirigeants chinois, forts de la puissance de leur pays, seraient moins que jamais disposés à se laisser intimider par les critiques de l'étranger.  

La Chine restreint ses exportations de matières premières stratégiques, notamment celles des "terres rares" d'où sont extraits des métaux permettant d'améliorer les propriétés physico-chimiques d'autres métaux, domaine où elle jouit d'un quasi monopole. Ces métaux rares sont indispensables à certaines fabrication de haute technologie. C'est ainsi que le manganèse chinois a été frappé d'une taxe à l'exportation de 30%. Les États-Unis et l'Europe ont saisi l'OMC. Mais Pékin a déjà répondu que ces mesures ne visent qu'à restreindre les exportations sauvages et à protéger des gisements en voie d'épuisement (Le Monde - 30 décembre). 


Année 2010 

Janvier - Plus de 160 millions  de Chinois ont plus de 60 ans (12% de la population). Le pays doit faire face à la situation inédite d'un nombre élevé de personnes âgées (La Montagne - 1er janvier). 

La Chine a ravi à l'Allemagne le titre de premier pays exportateur du monde, grâce à une hausse de 17,7% de ses exportations en décembre 2009, ce qui a porté le total des dites-exportations à 130,7 milliards de dollars (La Montagne - 11 janvier). 

Google, qui s'estime visé par une attaque ciblée sur les internautes chinois dissidents, menace de quitter la Chine, où il ne possède que 31% du marché, le groupe local Baidu s'octroyant la part du lion (64%). En attendant, comme mesure de rétorsion à l'encontre du gouvernement chinois, Google a pris la décision de ne plus censurer son moteur de recherche (Le Monde - 14 janvier). La Chine réplique en remarquant que la sécurité sur Internet est un problème mondial et qu'elle est elle-même l'objet d'attaques. 

La Chine est devenue le premier exportateur (devant l'Allemagne) et le premier marché automobile mondial (devant les USA). En 10 ans, son PIB a rattrapé celui du Japon, ses exportations ont été multipliées par six, son excédent commercial par douze. L'investissement productif, représentait 50% du PIB en 2009 et fut responsable de 90% de la croissance. Le maintien de la non-convertibilité du yuan et sa parité fixe avec le dollar ont préservé la Chine des ajustements qu'aurait dû lui imposer son intégration rapide au commerce international. La croissance a enrichi une partie importante de la population. Le citoyen chinois, plus ouvert qu'autrefois, mieux éduqué et plus avisé est aujourd'hui plus à même de revendiquer ses droits. La diffusion d'Internet favorise la liberté d'expression tandis que la presse et la justice se professionnalisent. Mais Pékin éprouve encore des difficultés à redresser le comportement des potentats locaux. La Chine est devenue l'atelier et la locomotive du monde, mais les déséquilibres s'accumulent et on peut craindre une nouvelle crise (Le Monde - 14 janvier). 

Un mode de vie pauvre en carbone est difficile à mettre en oeuvre par les citoyens chinois qui se heurtent aux contraintes d'un environnement quotidien  qui n'a pas été conçu dans cet esprit (chauffage collectif des appartements qui exclut les réglages, insuffisances des transports en commun qui incitent à utiliser sa voiture personnelle...). Shenzhen va devenir une ville modèle à bas taux de carbone. L'inflation constitue le plus grand défi auquel l'économie chinoise devra faire face cette année (Quotidien du Peuple). 

La Chine est le pays couramment décrit comme le seul rival des États-Unis. Mais la puissance américaine s'appuie sur ses capacités économiques, scientifiques et militaires. La Chine peut elle se transformer en rivale de cette hyper-puissance? Atelier du monde, engagée dans l'aventure spatiale, la Chine reste par bien des aspects un pays émergent; elle en tire d'ailleurs argument pour se faire la voix du Tiers Monde. Malgré son extraordinaire expansion économique, la Chine reste en retard, avec 5500 $ de PIB par habitant (en parité de pouvoir d'achat) pour 1,3 milliard d'habitants, alors que les États-Unis atteignent 46000 $ pour leurs 302 millions. Face à la crise financière internationale, la Chine a mieux résisté que la plupart de ses concurrents, et a su contenir les conséquences sociales redoutées. Elle a relancé rapidement la croissance indispensable pour faire accepter le pacte social. Mais d'autres restructurations l'attendent, et elle aura besoin de toute l'habileté de ses dirigeants pour les faire accepter. Elle tient à assumer dans le monde un poids diplomatique correspondant à son importance démographique. Elle modernise à cet effet son armée et son arsenal nucléaire. La Chine sera-t-elle une superpuissance ou bien, comme l'en menacent certains économistes, risque-t-elle de connaître la vieillesse avant d'avoir atteint la richesse? (Clio - 21 janvier). 

Les touristes chinois sont devenus en 2009 les visiteurs qui dépensent le plus en France; ils fréquentent surtout Paris. Ils ont détrôné les Russes (France 2 - 22 janvier). 

La politique démographique de la Chine est en train d'évoluer, notamment à Shanghai où les familles pourraient désormais avoir deux enfants sans pénalité (France 2 - 27 janvier). Cette évolution n'est pas une surprise. Elle était discutée depuis plusieurs années: la population chinoise vieillit, ce qui risque d'entraîner à terme un ralentissement du développement économique. Par ailleurs, les habitudes des familles chinoises se sont modifiées et la plupart d'entre elles, surtout en milieu urbain, limitent désormais spontanément le nombre de leurs enfants pour mieux les élever. 

Deuxième économie du monde, premier exportateur, premier marché mondial de l'automobile, la Chine verra probablement au cours de cette année sont budget militaire devenir le premier du monde. Ses 27 millions détudiants forment la plus importante concentration de QI jamais rassemblée. Dans les cinq ans qui viennent l'empire du Milieu construira 97 aéroports et 83 métros dans ses mégalopoles. Son fonds souverains, doté de 2 milliards de dollars est potentiellement le premier investisseur du globe. Cette année, son économie devrait retrouver une croissance à deux chiffres qui contrastera avec la morosité qui continuera à dominer les économies occidentales. Atelier du monde, la Chine sera aussi sa locomotive. Ce pays est-il en passe de devenir la super-puissance du 21ème siècle? L'Américain Minxin Pei, de l'université de Princeton en doute: le vieillissement de la population devrait tirer la croissance économique chinoise vers le bas, sa politique exportatrice pourrait susciter des réactions protectionnistes, le pays n'a pas prouvé encore sa capacité à réorienter sa production vers son énorme marché intérieur, la croissance passée s'est accompagnée d'une dégradation de l'environnement qui cause la mort de 750000 personnes par an et il n'est pas sûr que les autorités chinoises réussiront à concilier la poursuite d'une croissance élevée avec une protection de la nature devenue cruciale. Une baisse durable de l'expansion économique sonnerait sans doute le glas du monopole politique détenu par le PC. Que se passerait-il après? Il est impossible de le prédire (Le Monde - 29 janvier). 

La Chine s'apprêterait à prêter plus de 50 milliards d'euros à la Grèce pour l'aider à sortir des difficultés dans lesquelles elle se débat. Ce serait pour Pékin un moyen de diversifier ses avoirs en dollars à un taux rémunérateur puisque le taux pratiqué sur les emprunts grecs s'élève à 6,2%, c'est-à-dire le double de celui des Bons du Trésor américain. Toutefois, les actifs chinois libérés en dollars resteront prépondérants. La Chine, même si elle le souhaitait, ne pourrait pas s'affranchir de ses liens financiers avec les États-Unis, sous peine d'entraîner une catastrophe mondiale et de se ruiner elle-même (Le Monde - 29 janvier). 

Février - La presse occidentale met en exergue la dégradation des relations entre les États-Unis et la Chine à la suite de la vente d'armes américaines à Taiwan et de la prochaine rencontre du président Obama avec le Dalaï lama. La mauvaise humeur des dirigeants chinois doit toutefois être relativisée; elle relève en fait de la routine: chaque fois qu'une puissance étrangère, quelle qu'elle soit, intervient sur la sujet sensible de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Chine, Pékin réagit. Il n'y a aucune raison de penser que les États-Unis pourraient échapper à ce genre de réaction et il ne faut pas en déduire que le torchon brûle désormais entre les deux pays. Une fois la tempête passée, ils reprendront très certainement des relations apaisées, comme par le passé; les deux pays y ont intérêt et c'est d'ailleurs ce qu'ils laissent entendre. 

Le plus gros site de formation au piratage informatique de Chine vient d'être fermé par la police dans la province du Hubei au centre du pays. L'économie chinoise pourrait augmenter d'environ 10% en glissement annuel en 2010, selon un rapport publié samedi par l'Académie des sciences de Chine (ASC). L'investissement contribuerait à cette croissance à hauteur de 6,3%, la consommation à hauteur de 4,2% et les exportations à hauteur de 0,5%. Sur le marché automobile chinois, qui est devenu le premier du monde, les voitures allemandes sont les plus réputées, viennent ensuite les voitures françaises, mais très loin derrière, avec seulement 8,7% d'opinions favorables, les voitures chinoises et les voitures japonaises à égalité (6,7%), puis, en 5ème position seulement, les voitures américaines (3,5%). A la fin du 20ème siècle, c'étaient les voitures françaises qui se classaient en tête (Quotidien du Peuple - 8 février). 

On parle souvent des domaines où la Chine se classe dans les premiers rangs mondiaux mais on en oublie volontiers certains où elle occupe pourtant la première place: 1°) - Le manque d'emplois (12 millions). 2°) - La population handicapée (80 millions). 3°) - Les enfants non scolarisés (nombre non précisé). 4°) - Le nombre de villes gravement polluées (la Chine en compte 7 sur les 10 répertoriées au plan mondial) (Quotidien du Peuple - 9 février). Les Chinois ont donc encore beaucoup d'efforts à consentir! 

La Chine est devenue le premier pays bénéficiaire en volume des crédits-carbone (environ 93 millions de tonnes équivalents CO2 par an), soit 60% du total mondial. Cela représente quelques 745 millions d'euros par an, au prix moyen de 8 euros la tonne (France 2). Comment cette position de leader de la Chine sur le marché de la vente des droits à polluer est-il compatible avec la réputation de pays peu soucieux de l'environnement et de premier pollueur du monde qu'on lui fait en France? 

Le Prix Nobel d'économie Robert Fogel a publié coup sur coup deux études intéressantes. L'une, parue en septembre dernier dans le magazine The American, montrait pourquoi les États-Unis, avec une population riche et vieillissante, devront dépenser de plus en plus pour la santé. L'autre, que l'on peut lire dans le dernier numéro de Foreign Policy, prédit que le PIB chinois représentera 123000 milliards de dollars en 2040, soit 40 % du PIB mondial (tandis que le PIB américain n'en représentera plus que 14 %). Pourquoi cet écart ? Parce que Pékin va d'ici là augmenter la productivité de ses 700 millions de travailleurs en misant sur l'éducation… Bref, les États-Unis vont investir dans le passé (les dépenses de santé concernent principalement les plus de 85 ans) et la Chine dans le futur (la formation des jeunes). Mais la population chinoise vieillit aussi et nul n'est capable de prédire ce qui se passera pendant les trente années qui viennent (Courrier international - 11 février). 

Voici quelles seraient  les six pommes de discordes entre Pékin et Washington: 1°) - Le changement climatique; 2°) - Les affaires du Tibet et du Sinkiang; 3°) - Taiwan; 4°) - La complaisance de la Chine pour les "États voyous" (La Chine n'a pas intérêt à laisser la Corée se réunifier au profit des États-Unis, elle rêve d'une voie de communication à travers la Birmanie pour éviter le détroit de Malacca sous contrôle américain, l'Iran est un de ses plus important fournisseur de pétrole); 5°) - La compétition militaire (la puissance militaire chinoise s'est considérablement accrue depuis les années 1990; la marine chinoise est aujourd'hui en mesure de contrôler la mer de Chine autrefois chasse gardée américaine); 6°) - Les querelles économiques (elles seront certainement résolues, les deux États y ayant intérêt). En fait, on peut résumer l'opposition entre les deux pays en une seule phrase: les États-Unis n'acceptent pas qu'un rival puisse un jour les évincer de la première place qu'ils occupent dans le monde (Courrier international - 11 février). 

Jusqu'à la fin des années 1990, l'ambassade de Chine ne comptait qu'un seul diplomate chargé des relations avec le Congrès. C'était un poste sans perspectives, occupé par un fonctionnaire qui quittait rarement l'ambassade, alors installée dans un ancien hôtel austère de Connecticut Avenue, à Washington. L'année dernière, la Chine a inauguré sa nouvelle ambassade, une citadelle de 200 millions de dollars située sur Van Ness Street, vitrine de son succès croissant et de son nouvel intérêt pour Washington. Son service des relations avec le Congrès compte aujourd'hui une bonne dizaine de diplomates, qui pour la plupart ont étudié dans des universités américaines, s'expriment dans un anglais impeccable et sont parfaitement au fait des usages locaux. La Chine est le troisième client des entreprises exportatrices américaines et l'influence de Pékin au Congrès n'a cessé de s'accroître éclipsant celle de Taiwan (Courrier international - 11 février). 

88 marques chinoises figurent parmi les 500 plus grandes marques du monde. Parmi ces marques, 79 sont situées dans la partie continentale de Chine, et ce sont pour la plupart des entreprises publiques, 3 sont localisées à Hong Kong et 6 à Taiwan. Le revenu annuel moyen de ces 88 marques atteint 10 milliards de Dollars US (Quotidien du Peuple - 11 février).  

La Chine prévoit la construction d'un centre national des énergies renouvelables pour fournir un appui supplémentaire au développement industriel, a indiqué le 9 février un fonctionnaire de l'énergie. Le gouvernement danois va investir 100 millions de couronnes danoises (130 millions de yuans) dans ce programme, qui va durer jusqu'en 2013 (Quotidien du Peuple - 11 février). 

D'après l'Académie des Sciences sociales de Chine, la classe moyenne représenterait 23% de la population et progresserait de une unité par an. Cette estimation est critiquée par les internautes. Ceux-ci estiment que la notion de classe moyenne est très difficile à cerner dans un pays comme la Chine où les différences de niveau de vie entre les régions sont immenses; des revenus considérés comme élevés dans des régions rurales de l'ouest sont à peine suffisants pour se loger et se nourrir à Shanghai, Pékin ou Canton! Par ailleurs, l'écart croissant des revenus entre les riches et les pauvres amène à s'interroger sur la réalité de l'augmentation d'une classe moyenne jugée encore trop peu nombreuse et menacée d'ailleurs par la baisse de la bourse et la hausse des prix de l'immobilier. Les Chinois fortunés s'enrichissent trop vite et ce phénomène freine l'ascension des couches populaires (Quotidien du Peuple - 14 février). Dans un article récent du China Daily un chroniqueur de ce journal estimait que le moment était venu pour la Chine de lutter contre les inégalités et de réduire le fossé qui s'est créé entre les nantis et ceux qui n'ont profité que marginalement de la croissance. La poursuite du développement économique et la stabilité sociale sont à ce prix. 

Avec plus de 1,3 milliard de personnes à nourrir, le gouvernement chinois a défini la sécurité alimentaire comme l'un des projets phares de son plan de développement. Huang Dafang, directeur de l'Institut de Recherche en Biotechnologie de l'Académie Chinoise des Sciences Agricoles, a déclaré que les cultures génétiquement modifiées sont d'une grande importance au développement durable et à la compétitivité de la Chine dans l'arène mondiale. Cela d'autant plus qu'il faut augmenter la production, alors que l'approvisionnement alimentaire est directement menacé par le rétrécissement des terres agricoles cultivables. La Chine s'oriente donc résolument vers l'emploi des OGM pour assurer sa sécurité alimentaire tout en prétendant prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter les possibles inconvénients sanitaires de cette option (Synergy - 14 février). 

Le directeur du Marché de la Soie, l'un des marchés les plus populaires de Pékin, vient d'être arrêté pour la vente des contrefaçons des célèbres marques, notamment des sacs Louis Vuitton. La sécurité de la production de charbon en Chine s'est beaucoup améliorée au cours des 10 dernières années, les accidents mortels  étant tombés d'un pic de 6995 en 2002 à 2631 en 2009, selon Zhao Tiechui, le chef de l'Administration d'État de la sécurité des mines de charbon (SACMS); cependant les mineurs chinois restent exposés à des risques importants et il faudra encore une dizaine d'années avant que la sécurité atteigne son niveau optimal dans un pays où le charbon est encore une source d'énergie très importante (Quotidien du Peuple - 16 février). 

Les expropriations sont de plus en plus contestées en Chine. Récemment, une femme s'est même immolée par le feu pour protester contre la démolition de son immeuble (France 2 - 16 février). 

De nouvelles variétés de riz de haute qualité et à haut rendement présentant une tolérance accrue à la salinité et l'alcalinité ont récemment été testées avec succès dans la partie ouest de la province du Jilin (Nord-est), connue pour ses sols salins et alcalins. Ces variétés ont été obtenues en utilisant des marqueurs moléculaires et des techniques de croissance intégrées (Synergy - 18 février). 

La Chine a réduit fortement ses avoirs en dette américaine permettant ainsi  au Japon de redevenir le premier détenteur de bons du Trésor américains. Pékin a profité de la hausse du dollar pour se délester d'une partie de ses réserves en cette monnaie toujours considérée comme appelée à se déprécier à terme (Quotidien du Peuple - 20 février). 

D'après Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, une hausse de 20% du yuan entraînerait une augmentation de 1% du PIB américain, à condition d'être accompagnée d'une réévaluation des autres monnaies des pays émergents d'Asie. Cela ne suffirait évidemment pas pour relancer durablement l'économie américaine (Quotidien du Peuple - 20 février). 

Mars - Dans un village chinois dont les habitants souffrent de la pollution d'une usine chimique, et où le nombre des cancers est anormalement élevé, un docteur a pris la tête de la contestation (France 2 - 3 mars). 

Réinventer l'économie sera la tâche prioritaire de la Chine cette année. Un nouveau modèle économique, moins axé sur les exportations et davantage sur la consommation intérieure, plus pauvre aussi en émission de carbone devra voir le jour. Il exigera une meilleure répartition de la richesse nationale, une réduction des inégalités et une réorientation des investissements (Quotidien du Peuple - 4 mars). 

Une réforme visant à améliorer la sécurité alimentaire est en cours d'élaboration en Chine. Des tests sur les résidus de pesticides dans les légumes, les fruits, le thé, les champignons cultivés, les produits animaux et les produits de la mer devront entrer en application. Les réglementations sur la production et la vente des pesticides, ainsi que des contrôles au hasard de la qualité des pesticides seront renforcés. La ville de Chongqing va faire l'essai d'un système de rencontres entre les candidats députés à l'Assemblée populaire nationale et les électeurs en vue d'améliorer le processus démocratique. La société chinoise Byd envisage de vendre des automobiles en Europe dès l'an prochain. Elle pourrait s'associer à la firme allemande Daimler pour fabriquer des véhicules électriques en Chine et aussi en Europe (Quotidien du peuple - 9 mars). 

Les exportations ont augmenté de 45,7% en un an. Du coup, les entreprises chinoises, qui avaient renvoyé une partie de leurs ouvriers par suite de la crise, manquent aujourd'hui de main-d'oeuvre (Synergy - 14 mars). 

Google serait finalement disposé à retirer son moteur de recherche des écrans chinois. Mais la firme américaine continuerait à être présente en Chine avec d'autres produits et avec son moteur de recherche en anglais situé à l'étranger mais accessible en Chine. Internet est un espace de liberté et de contestation difficile à contrôler. Par ailleurs, le nombre élevé des internautes chinois (400 millions?) représente un enjeu de pouvoir important et il est difficile de mettre en cause un outil qui apparaît comme un symbole de la modernité (Le Monde - 17 mars). Le développement d'internet pourrait favoriser en Chine le développement de la démocratie; mais il pouurrait aussi accentuer certains aspects négatifs de l'évolution de la société chinoise en accélérant son américanisation au détriment de la préservation de l'identité culturelle du pays. 

Sept employés chinois d'une entreprise de pêche privée sont enlevés au Cameroun. Les ravisseurs exigent une rançon (Le Monde - 17 mars). 

La Chine va accélérer ses actions météorologiques dans des régions touchées par la sécheresse, a déclaré Zheng Guoguang, chef de l'Administration météorologique de Chine. Les effets de la sécheresse et des tempêtes de grêles représentent un réel enjeu pour le pays, menaçant à la fois le revenu des paysans et l'approvisionnement alimentaire. L'objectif est d'en atténuer l'impact en accroissant les rendements des cultures. Des essais pour maîtriser le climat sont en cours depuis 1958. Lors des jeux olympiques, ils ont permis d'éloigner les intempéries de Pékin, mais ils peuvent aussi être utiliser pour faire pleuvoir  (Synergy - 19 mars). 

La Chine va construire 28 réacteurs nucléaires d'ici 2020 pour faire face à la demande croissante d'énergie propre (Quotidien du Peuple - 24 mars). 

La Chine du sud-ouest souffre d'une sécheresse catastrophique. Les premières récoltes sont perdues et les autres sont compromises. Des lacs se sont vidés de leurs eaux. On accuse l'exploitation intensive des ressources hydrauliques et la déforestation. L'atmosphère de Pékin est embrumée par le sable poussé par le vent depuis le désert de Gobi (France 2 - 25 mars). 

La Chine peut-elle prétendre au leadership mondial ou est-elle un colosse aux pieds d'argile? Les défis auxquels sont confrontés les dirigeants chinois sont de taille: sécuriser l'accès aux matières premières nécessaires pour maintenir sa croissance; rassembler les ressources indispensables pour améliorer son régime de protection sociale et médicale ainsi que pour faire face aux dépenses qu'entraînera le vieillissement de sa population; mettre en oeuvre une politique coûteuse de protection de son environnement. Si le pouvoir de Pékin n'était pas conscient de l'ampleur de ces défis, la Chine serait effectivement menacée, mais ce n'est probablement pas le cas et l'on pourrait une fois de plus être étonné par les évolutions d'un Parti communiste loin d'être aussi monolithique qu'on le croit en Occident et qui pourrait s'adapter aux nouvelles nécessités plus rapidement qu'on ne le pense. Par ailleurs, le leadership ne dépend pas du respect des droits de l'homme, mais des circonstances historiques. L'histoire nous enseigne que les puissances qui ont exercé leur hégémonie sur la planète ne respectaient nullement les droits de l'homme lorsque leur pouvoir s'est imposé, pas plus l'Angleterre que les États-Unis. Aujourd'hui, la Chine est moins totalitaire qu'on ne le dit; les religions n'y sont pas persécutées et sont réprimées seulement lorsqu'elles semblent, à tort ou à raison, menacer le pouvoir. La puissance chinoise dépendra en premier lieu de sa capacité à comprendre le monde et à y faire sa place ce qui n'implique pas nécessairement sa soumission au modèle occidental. Certains s'étonnent de la longévité du Parti communiste chinois. Celle-ci s'explique par le fait que, dès les débuts de la révolution, ce parti a pénétré la société chinoise jusqu'aux individus. Il a libéré la parole paysanne jusqu'alors étouffée et il est significatif qu'aujourd'hui les mouvements contestataires s'appuient sur cette expérience. La société chinoise est aujourd'hui puissante et en mesure de s'exprimer. Pour se maintenir durablement au pouvoir le PCC doit proposer à cette société une identité nationale forte susceptible de fédérer les différentes composantes d'un État multi-ethnique (Le Monde - 27 mars). 

Grâce aux plans de reboisement de la Chine et de l'Inde, le recul des forêts ralentit dans le monde (Le Monde - 27 mars). 

La Chine envisage de revenir à un taux de change flottant contrôlé si les incertitudes concernant les suites de la crise s'atténuent, mais elle ne le fera pas sans prendre en compte les enjeux internes (Le Monde - 27 mars). 

Douze tigres sibériens sont morts de faim dans un zoo du nord-est de la Chine. Les zoos privés ne disposent pas des ressources suffisantes pour nourrir convenablement ces pensionnaires voraces en voie de disparition dans la nature. Au surplus, on soupçonne certains de se livrer à un trafic lucratif, des produits dérivés du tigre faisant partie de la pharmacopée traditionnelle chinoise, notamment en raison de leurs propriétés aphrodisiaques (Le Monde - 27 mars). 

Le taux de croissance de l'économie chinoise aurait dépassé les 12% annuels au cours du dernier trimestre (France 2 - 29 mars). 

La sécheresse qui sévit dans le Yunnan amène des paysans à chercher du travail en ville (China Daily - 30 mars). 

L'affaire Plysorol, une entreprise française de contreplaqués rachetée par deux sociétés chinoises, illustre les difficultés rencontrées par les investisseurs chinois dans des pays dont la culture et les relations sociales sont très différentes de celles qui prévalent en Chine. Le cas de cette entreprise, dont la production est pratiquement arrêtée, n'est pas isolé. Les mécomptes des investisseurs chinois devraient les inciter à la prudence (Quotidien du Peuple - 30 mars). 

Avril - Après l'inondation d'une mine dans le Shanxi, au nord de la Chine, 115 mineurs sont miraculeusement sauvés huit jours après la catastrophe sur les 153 bloqués au fond (La Montagne - 6 avril). D'après la presse chinoise, le non respect des règles de sécurité serait à l'origine de ce sinistre. 

Un nouveau tremblement de terre d'une magnitude de 7,1 degrés endeuille à nouveau la Chine, cette fois dans la province du Qinghai, au nord du Tibet. Trois jours après, on aurait déjà dénombré plus de 1000 morts et plus de 11000 blessés (China Daily - 17 avril). 

Pour la première fois depuis 2004, la Chine a enregistré un déficit commercial. C'est l'occasion de rappeler que la croissance chinoise n'est nullement tirée uniquement par les exportations. Celles-ci ont baissé de plus de 16% en 2009, ce qui n'a pas empêché l'économie chinoises de croître de 8,7% grâce aux investissements et à une augmentation de la consommation intérieure de 16,9%. En fait, si les calculs montrent que l'économie chinoise dépend du commerce international à hauteur de 70% en chiffres brut, une analyse plus fine tenant compte des produits importés pour parvenir aux produits finis mis sur le marché international, révèle que les exportations nettes ne contribuaient à la croissance chinoise qu'à hauteur de 10,8 % en 2008, contre 64% pour l'Allemagne, 33% pour le Japon, 28,6% pour la Corée du Sud, 20% pour les Philippines, les calculs étant effectués sur la valeur ajoutée (China Daily - 30 avril). 

La violence gagne les milieux scolaires en Chine où plusieurs incidents viennent d'éclater coup sur coup causant des blessés parmi les élèves et aussi les professeurs frappés par leurs élèves ou des membres de leurs famille. Les enseignants ont observé une grève pour lutter contre ce phénomène. 

Un Centre d'études pour une énergie non polluante, créé conjointement par la Chine et l'Union européenne vient de voir le jour à l'Université Tsinghua (China Daily - 30 avril). 

Mai - Une épidémie de suicides se répandrait à travers la Chine. On en compterait une dizaine dans la même usine d'électronique depuis le début de l'année. Les conditions de travail sont dénoncées. Elles se seraient dégradées avec la crise qui a exacerbé la concurrence et entraîné une baisse des marges (France 2 - 26 mai). 

Le groupe de l'intégration commerciale et internationale de la Banque mondiale vient de publier son tout dernier rapport. Il en ressort, qu'au premier trimestre 2010, la Chine est devenue la principale victime du protectionnisme commercial international. De nombreux pays prennent des mesures protectionnistes à l'encontre des produits chinois alors que la tendance générale du commerce international est plutôt diamétralement opposée à ces pratiques. La société Dynasty Fine Wines Group Ltd, qui appartient en partie à la deuxième plus grosse société fabricante de liqueurs française, mais dont le siège est à Tianjin, pourrait acheter des vignobles en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Chili, et même en France. Elle dispose pour ce faire d'un milliard de yuans (146 millions de Dollars US) en liquidités. Elle vise à augmenter ses capacités de 43% afin de satisfaire une demande croissante en Chine. La Chine et la France sont convenues de créer un fonds de financement des moyennes et petites entreprises des deux pays, avec 500 millions d'euros au départ, a déclaré un haut fonctionnaire de la Caisse des Dépôts et Consignations, lors d'un entretien avec un journal de Shanghai (Quotidien du Peuple - 29 mai). 

Juin - Les suicides chez Foxconn, une entreprise taïwanaise, et la grève chez Honda, une entreprise japonaise, ont déclenché une vague de hausse des salaires en Chine, avec l'aval des autorités gouvernementales qui souhaitent préserver l'harmonie sociale et qui avaient déjà, depuis plusieurs mois, insisté sur la nécessité de réduire les inégalités qui se sont creusées depuis la mise en oeuvre de la politique d'ouverture du pays. Par ailleurs, le plan de relance qui a suivi la crise s'est traduit, ont l'a déjà dit par une relative pénurie de main d'oeuvre qui fait pression sur les rémunérations. Enfin, d'après la centrale syndicale chinoise unique (ACFTU), un quart des salariés n'auraient pas bénéficié d'augmentations depuis cinq ans. A l'est de la Chine, une grève dans une entreprise, KOK, a entraîné des heurts violents avec la police, d'après un journal de Hong Kong (La Montagne - 10 juin). 

Les problèmes sociaux que connaît la Chine sont en partie la conséquence des tensions qui règnent sur le marché du travail du fait de la reprise de la croissance. Ces tensions devraient s'aggraver encore dans l'avenir le nombre de jeunes arrivant sur le marché du travail diminuant par suite de la politique de l'enfant unique. Par ailleurs, la législation sur les contrat de travail de 2008, plus protectrice pour les travailleurs, incite ces derniers à se montrer plus exigeants en terme de salaire, d'autant qu'ils sont aujourd'hui mieux éduqués et mieux informés que leurs aînés. La revendication d'un syndicalisme plus actif et plus démocratique se développe (La Montagne - 14 juin). 

Le groupe chinois Fosun entre au capital du Club Med. En Chine, après Honda, la grève se propage à d'autres entreprises. La presse a reçu l'ordre de ne plus relater les événements. Plusieurs blogs ont été fermés. Les écarts de richesse font débat. L'entreprise taïwanaise KOK connaissait les pires conditions de travail et ses dirigeants auraient payé la police pour briser la grève. A Huizou, dans le Guangdong, c'est une entreprise qui fournit une grande firme coréenne qui s'est mise en grève le 7 juin. On remarquera que les entreprises touchées dont on a eu connaissance sont aux mains d'étrangers; les entreprises purement chinoises sont-elles restées à l'écart de ces conflits ou a-t-on préféré ne pas en parler? (Le Monde - 15 juin). 

Les jeunes migrants chinois ont des attentes plus élevées que celles de leurs aînés, notamment en terme de salaires. Les importantes mutations sociales qui transforment la société chinoise débouchent de plus en plus sur des conflits sociaux ou des actions individuelles, comme les attaques qui ont eu lieu récemment contre des écoles. Les pouvoirs publics relancent les pratiques de médiation populaire, instaurées pendant les années 1920, précisées dans une loi en 1954, mises de côté pendant la révolution culturelle et inscrites en 1982 dans la constitution, pour résoudre le problème posé par ces menaces contre la cohésion sociale (Quotidien du Peuple - 23 juin). 

Juillet - La Chine est devenue en 1999 le premier importateur de grumes tropicales. En 2009, 46% des grumes importées dans le monde étaient destinées à ce pays. Auparavant, le Japon dominait ce marché. La Chine investit 80 milliards d'euros dans ses régions occidentales (Sinkiang, Tibet, Mongolie intérieure, Sichuan et Yunnan) afin d'en développer les infrastructures. Voici quelques éléments de réflexion, fourni par Jin Chunlei, conseiller de presse auprès de l'ambassade de Chine en France: l'espérance de vie des Chinois est passées de 35 ans en 1949 à 72 ans en 2009; plus de 100 millions de paysans viennent travailler en ville chaque année; l'urbanisation est actuellement de 42% et devrait être de 50% en 2015; il n'y a plus d'impôt agricole pour les paysans et une assurance-vie minimale s'applique à l'ensemble de la population (Le Monde - 7 juillet). 

Le concubinage, interdit sous Mao, referait surface dans la Chine d'aujourd'hui sous les espèces de maîtresses entretenues. Ce serait un signe extérieur de richesse qui revêtirait les aspects de la prostitution, bien que celle-ci soit illégale. En effet, des filles de la campagnes utiliseraient leurs charmes juvéniles pour vivre aux frais de leurs amants et se constituer un pécule avant de retourner se marier dans leur village. Ce retour aux mœurs féodales de la société chinois n'est pas du goût des épouses qui s'appuieraient sur la loi pour obtenir le divorce à leur profit et tenter de faire condamner leurs maris pour bigamie (France 2 - 14 juillet). 

Un jeune professeur chinois d'histoire, Yuan Tengfei, se taille une réputation d'iconoclaste en cherchant à faire retirer Mao de son mausolée. L'existence même de ce personnage est intéressante dans la mesure où elle prouve que la pensée n'est pas aussi monolithique en Chine qu'on le croit généralement en Occident. Pour le reste, il y a à boire et à manger. Les méthodes d'enseignement du professeur, qui laisse ses élèves faire à peu près tout ce qu'ils veulent en classe, y compris manger et dormir, s'il faut en croire les commentateurs, peuvent difficilement passer pour des méthodes pédagogiques modèles. Son enseignement semble relever davantage du théâtre que que l'histoire. Ses formules à l'emporte-pièce peuvent faire mouche et contenir quelques vérités, par exemple lorsqu'il laisse entendre que la fortune politique du Dalaï lama est la conséquence directe de l'entrée des troupes communistes chinoises au Tibet. Mais elles comportent aussi beaucoup d'approximation et ne sont pas exemptes d'arrières-pensées idéologiques: sa présentation de la Terreur sous la Révolution française paraît en effet inspirée par les pires clichés de la réaction thermidorienne. Ce n'est pas de l'histoire mais plutôt de la propagande revue et corrigée par des humoristes de cabaret! La même remarque vaut pour Mao: les invectives et les approximations ne remplaceront jamais les analyses sérieuses. La Chine n'a pas attendu Yuan Tengfei pour réévaluer l'action de Mao et si celui-ci est encore dans son mausolée, il y a probablement des raisons, même si un jeune professeur d'histoire ne les voit pas. Mao a sans doute commis beaucoup d'erreurs, et les erreurs politiques sont souvent des crimes, mais il a laissé à ses successeurs un pays unifié, avec une espérance de vie voisine de 70 ans, un pays ayant retrouvé sa place dans l'arène internationale, alors qu'il était en proie à la guerre civile, aux interventions étrangères et avec une espérance de vie qui ne dépassait pas 25 ans entre les deux guerres mondiales! Lorsqu'il compare Mao, Staline et Hitler, Yuan Tengfei prétend que le dernier, à la différence des deux autres, a tué les étrangers plutôt que des ressortissants de son propre peuple. Cet étrange professeur  devrait rechercher la vérité historique du vingtième siècle ailleurs que dans son imagination; il verrait alors que les camps de concentration nazis et les principes de purification raciale s'appliquèrent d'abord aux Allemands avant de s'étendre aux peuples asservis par les conquêtes militaires. Enfin, cet historien, qui reproche à Mao d'avoir utilisé les bas instincts du peuple chinois, devrait se demander s'il ne tombe pas lui aussi dans ce travers en présentant à ses auditeurs l'histoire de façon sans doute amusante mais tronquée dans le but probable de leur plaire plutôt que de les intruire.  

Le milliardaire chinois Yu Pengnian vient de donner toute sa fortune à une organisation caritative. "Si mes enfants sont assez forts par eux-mêmes, ils n'en auront pas besoin affirme-t-il, et s'ils ne le sont pas, elle ne pourrait que leur porter préjudice." Yu Pengnian, né pauvre et qui connut la maladie, a fait fortune dans l'immobilier (Le Devoir - Montréal - 26 juillet). 

Après la visite en Auvergne du vice-président de la zone industrielle de Shenyang (province du Liaoning), la Chine pourrait s'intéresser au fromage saint-nectaire qui semble avoir été apprécié. Plusieurs entreprises auvergnates travaillent d'ailleurs déjà en Chine (Actemium, Slicom...) (La Montagne - 28 juillet). 

Grâce à son vigoureux plan de soutien de l'économie, la Chine a réussi à maintenir un taux de croissance élevé qui lui a permis de ravir au Japon la place de seconde économie du monde (La Montagne - 31 juillet). 

Août - La Chine va consacrer 11 milliards d'euros de subventions à la fabrication de voitures "vertes". Ce pays ambitionne la première place mondiale comme constructeur de véhicules non polluants (La Montagne - 5 août). 

L'excédent commercial chinois continue de croître. Il s'établit, pour juillet, à 28,7 milliards de dollars, contre 20 milliards en juin, et il est le plus élevé depuis janvier 2009 (La Montagne - 11 août). 

La consommation de vin en Chine est encore très faible, mais elle croît à un rythme de 35% par an. Voilà de quoi stimuler l'inventivité des négociants en vins de ce pays. C'est ainsi qu'un château inspiré de ceux du Bordelais vient de voir le jour dans les environs de Pékin. On peut y séjourner dans un hôtel de luxe construit en style Renaissance flanqué d'une imitation de la pyramide du Louvre et y participer à des séances de dégustation avant de visiter le vignoble voisin (France 2 - 22 août). 

Beaucoup de Chinois qui étaient venus s'établir en Occident retournent aujourd'hui dans leur pays où les opportunités de développement sont plus attractives (France 2 - 30 août). 

Septembre - Les ventes de détail en ligne ont presque doublé d'une année sur l'autre en Chine atteignant 29 milliards d'euros en 2009. Le site chinois Taobao s'y taille la part du lion avec plus de 80% de part de marché. L'américain Ebay est loin derrière. Taobao propose des produits neufs, avec un bon service après vente, grâce à ses contacts avec les fabricants. Les ventes de détail sur Internet devraient atteindre 15% de l'ensemble des ventes de détail d'ici 5 ans et 35 à 40% d'ici 10 ans. Malgré ces perspectives prometteuses en Chine, Taoba envisage de s'étendre à l'étranger, notamment au Japon et aux États-Unis (Le Monde - 9 septembre). 

D'après Wei Gu, "La Chine ne peut pas faire l'économie de l'adaptation. Elle doit remettre en cause la trop forte concentration des ressources et laisser une plus grande part du gâteau au peuple. Et au fur et à mesure que le Chinois moyen s'enrichira, il exigera davantage de droits politiques. Trente années de réussite économiques ont conféré au Parti communiste puissance et popularité. Aujourd'hui, l'avenir dépend de sa capacité à répartir plus équitablement le pouvoir et la richesse au bénéfice du peuple." Cet auteur reconnaît les avantages du système chinois pour faire face aux crises, comme vient de l'illustrer la récente crise financière, mais il estime aussi que le marché n'est pas encore assez puissant face à l'appareil politique (Le Monde - 9 septembre). On peut douter qu'une latitude plus grande laissée au marché permette d'aller dans le sens souhaitable d'une amélioration de la répartition des richesses alors que c'est le contraire qui se vérifie en Occident. Par ailleurs, si l'enrichissement de la classe moyenne se traduira probablement par une demande plus forte en matière de droits politiques, il est douteux que les mécanismes du marché poussent à un rééquilibrage entre la consommation et l'épargne. Le déséquilibre actuel est certainement moins la conséquence de la main-mise de l'État sur la richesse et le pouvoir que de la crainte qu'éprouvent des consommateurs chinois face aux aléas de l'existence en raison des insuffisances du système de protection sociale. Ce n'est donc pas dans une libéralisation accrue de l'économie que réside la solution à ce problème mais bien plutôt dans la mise en place d'une couverture des risques plus générale et plus efficace et ceci relève bel et bien des choix politiques. 

Deux groupes bancaires chinois, Bank of China et Bank of Communications, ont fait acte de candidature pour s'implanter à Taiwan (Le Monde - 9 septembre). 

Octobre - L'excédent commercial chinois de septembre (16,88 milliards de dollars) est au plus bas depuis avril; il est en diminution de 15,7% par rapport à celui d'août. L'empreinte écologique des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) est presque identique à celle des pays de l'OCDE, avec une population près de deux fois plus élevée; la destruction de la nature s'accélère sous les tropiques à cause de la pression qu'exercent les pays aux revenus les plus élevés sur les pays moins développés (Le Monde - 14 octobre). 

La remise du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo pourrait diviser le pouvoir à Pékin (Le Monde - 15 octobre). Quelle est la contribution de ce dissident chinois à la paix dans le monde? Quel organe de presse fournit des renseignements sur ce point? Peut-être le jury du prix Nobel pense-t-il que la démocratie est un gage de paix. Cette opinion n'est pourtant guère validée par l'histoire. 

Novembre - A quoi ressemblera la Chine dans cinq ans? L'analyse du 12ème plan quinquennal (2011-2015) offre des éléments de réponse. Voici quelques orientations tirées de ce document: construction d'un pays innovant en mettant l'accent sur le développement scientifique et les technologies de pointe; élargissement de la demande domestique en maintenant un taux de croissance économique équilibré et en réorientant la production vers la satisfaction des besoins intérieurs; améliorer les conditions de travail et garantir les droits des travailleurs en perfectionnant les mécanismes de résolution des conflits et en renforçant l'application du droit du travail; modernisation de l'agriculture et accélération de la construction d'une nouvelle ruralité socialiste; développement d'un système industriel moderne coordonné pour l'ensemble des régions; édification d'une société économe en énergie et respectueuse de l'environnement; poursuite de la politique d'ouverture basée sur les avantages mutuels; développement d'un réseau moderne de communications et de transport (ferroviaire, routier, nautique, aérien, de transport de l'énergie...); réduction du nombre des entreprises publiques administrées au niveau central de 123 à 30-50; relèvement du seuil de pauvreté, réduction du fossé entre riches et pauvres comme entre ruraux et urbains... (Quotidien du Peuple - 8 novembre).  

Après la Grèce, le Portugal pourrait bénéficier des investissements industriels et financiers de la Chine. Pékin se ménage ainsi des portes d'entrée en Europe et s'attire la gratitude des pays en difficulté. La Chine va consacrer 3,2 milliards d'euros sur 5 ans à l'exploration de gisements miniers afin de limiter sa dépendance vis-à-vis des importations. L'artiste chinois Ai Weiwei est assigné à résidence à Pékin; il n'a pas pu assister à un rassemblement au nord de Shanghai contre la destruction de sa galerie qui avait été construite voici 2 ans avec l'accord de la municipalité la ville qui espérait qu'elle constituerait un lieu artistique en vogue; cet artiste contestataire a multiplié depuis lors les interpellations et les provocations à l'encontre du pouvoir en faisant notamment un bras d'honneur au portrait de Mao place Tien An Men dont la photo circule à travers le pays en relation avec la critique de l'effondrement des écoles lors du séisme du Sichuan en 2008; Ai Weiwei accuse aussi les Occidentaux de sacrifier la défense des droits de l'homme sur l'autel du commerce avec la Chine (Le Monde - 9 novembre). 

La Chine, dont la population est confrontée à la hausse des prix, serait prête à prendre des mesures contre l'inflation. L'agence française Publicis rachète une agence chinoise qui emploie 120 personnes, Eastway Relations, spécialisée en relations publiques et communication stratégique. Face à la Chine, les États-Unis déploient une nouvelle stratégie en Asie du Sud-Est; Washington renforce ses liens avec les pays de l'ASEAN inquiets du poids grandissant de Pékin (Le Monde - 18 novembre). 

Le chantier de l'EPR chinois avance plus vite que ceux de Flamanville (France) et d'Olkiluoto (Finlande). Plus de 9000 personnes, stimulées par un système d'intéressement financier au respect des délais, travaillent à Taishan sur les deux réacteurs nucléaires d'Areva qui devraient être construits en 52 mois seulement. Les Galeries Lafayette s'implantent en Chine (Le Monde - 25 novembre). 
 

Décembre - La Chine connaît une flambée d'inflation (+4,4%  sur les prix à la consommation) qui menace la stabilité sociale. Une émeute dans la cantine d'un lycée à déjà eu lieu. Les autorités réagissent par des mesures de nature administratives (contrôle des prix, condamnation des spéculateurs et amélioration de l'offre des produits alimentaires). Il n'est pas impossible que l'inflation ait été poussée par les mesures de relance de l'économie prises pour contrer la crise. Ces mesures administratives ont  déjà eu des effets positifs mais nombre d'analystes pensent qu'une politique du crédit plus sévère serait sans doute plus efficace à terme (Le Monde - 3 décembre). 

En 2020, 6 provinces chinoises devraient atteindre le niveau de richesse de la Russie et du Canada. Pékin se donne comme objectifs 8% de croissance et 4% d'inflation en 2011; en 2010, les objectifs de croissance et d'inflation seront dépassés; la croissance devrait atteindre 10% et l'inflation est en hausse depuis l'été du fait des mauvaises récoltes. D'après l'O.I.T., les salaires ont plus que doublé en Asie et plus que triplé en Asie centrale et Europe orientale alors qu'ils ont stagné (+5%) dans les pays occidentaux laissant craindre dans ces derniers pays une aggravation des tensions sociales (Le Monde - 16 décembre).  



Année 2011 

Janvier - Selon des responsables gouvernementaux, au rythme actuel du reboisement, il faudra 300 ans pour reconquérir les terres désertifiées en Chine. 27% des terres du pays sont considérées comme désertiques et 18% sont fortement dégradées par l'érosion. La pression démographique, l'allocation excessive de surfaces à l'habitat et aux pâturages, la surconsommation des réserves d'eau et l'insuffisance des précipitations en raison des changements climatiques sont responsables de cette situation. HEC forme des cadres chinois pour les entreprises occidentales qui s'installent en Chine, notamment Merck qui estime que, d'ici deux à trois ans, ce pays sera le troisième marché mondial  pharmaceutique. La Chine s'oriente vers le recyclage de ses déchets nucléaires à des fins de réutilisation comme combustible grâce à une "percée technologique" prometteuse. Le site Internet du Quotidien du Peuple vient d'entrer en bourse (Le Monde - 6 janvier). 

A première vue, l'hôtel Urbn est juste un hôtel de charme de Shanghai. Ses chambres sont fonctionnelles et lumineuses, avec des grandes fenêtres qui donnent sur un jardin de bambou. Au dernier étage, la terrasse offre une superbe vue sur la ville. Mais derrière cette apparence moderne, se cache un projet écologique de pointe: l'hôtel compense ses émissions de CO2 et propose aux voyageurs de faire de même. Ainsi, l'hôtel Urbn est le premier hôtel au bilan carbone neutre en Chine. Afin d'atteindre cet objectif, l'hôtel achète des crédits de carbone à un centre d'enfouissement situé à Shenzhen, dans le sud de la Chine. Le centre d'enfouissement capture le méthane libéré par une décharge locale et s'en sert pour produire de l'énergie électrique; ce gaz à effet de serre n'arrive donc pas jusque dans l'atmosphère et, par ses achats, l'hôtel compense la totalité de ses émissions. L'hôtel est en outre partenaire de l'initiative "The Million Tree Project", qui a pour objectif la plantation de un million d'arbres afin d'enrayer la désertification de la Mongolie intérieure. L'hôtel Urbn propose aux touristes de soutenir ce projet en achetant un arbre; ils peuvent ainsi compenser les émissions de CO2 produites par leur voyage en avion jusqu'à Shanghai. La construction de l'hôtel a été réalisée en utilisant des matériaux recyclés et des produits locaux. Enfin, l'établissement s'est engagé à réduire sa consommation d'énergie électrique grâce à une climatisation conçue pour consommer peu d'énergie, à un équipement électrique qui s'éteint automatiquement quand les clients quittent leurs chambres et à l'emploi d'un éclairage basse consommation (Géo - 9 janvier). 

La relance de l'économie chinoise à la suite de la crise a entraîné une bulle immobilière. Beaucoup d'immeubles nouveaux ne trouvent pas preneur et les mauvaises créances se multiplient. Cependant, le caractère dirigiste de l'économie devrait donner au gouvernement les moyens de ménager un redressement point trop brutal de l'économie. L'inflation a atteint 5,1% en octobre 2010. Le cousin chinois de Twitter, Sina Weibo, a dépassé les 50 millions d'utilisateurs; les Chinois montrent un indéniable engouement pour ce nouveau moyen d'échange d'informations. Le yuan va pouvoir être utilisé pour l'achat d'actifs à l'étranger; c'est un pas vers l'internationalisation de la monnaie chinoise, mais sa convertibilité n'est pas pour demain (Le Monde - 18 janvier). 

La première banque du monde, ICBC, qui est chinoise, ouvre en grande pompe une succursale à Paris (Le Monde - 20 janvier). 

La Chine cherche à promouvoir l'usage international du yuan. Tout concourt à ce que la monnaie chinoise voit son statut international s'améliorer et, en premier lieu, sa place de seconde puissance économique du monde appelée à monter encore d'un échelon si sa croissance économique à deux chiffres se poursuit. La place de Hong Kong où l'on peut s'échanger des actifs libellés en yuans joue dans cette ascension un rôle de laboratoire. Cependant bien des obstacles subsistent encore, en particulier l'absence de convertibilité du yuan et les restrictions sur les mouvements de capitaux en cette devise. Un yuan monnaie internationale n'est certainement pas pour demain et qui sait ce qui peut se passer d'ici là (Le Monde - 27 janvier). 

Mars - Les autorités de Pékin proscrivent les publicités qui promeuvent trop ostensiblement le luxe, l'hédonisme et les produits étrangers. Sans doute craignent-elles que l'étalage de la richesse soit perçu comme une provocation par les couches de la population les moins favorisées (Le Monde - 23 mars). 

Avril - Le F.M.I. prévoit une croissance économique de 9,6 % en 2011 (contre 10,3 % en 2010) en raison des restrictions monétaires qui freinent les investissements. L'inflation des prix à la consommation (4,9 % en janvier et février) devrait avoir atteint un pic la crise de l'offre alimentaire étant en passe d'être résorbée (Quotidien du Peuple - 29 avril). 

Mai - L'inflation est en cours de légère décélération en Chine (5,3% en avril contre 5,4% en mars). Après la mort de Ben Laden, tué par l'armée américaine sur le territoire pakistanais, la méfiance des États-Unis à l'égard du Pakistan et le mécontentement de ce dernier dont l'espace a été violé pourrait entraîner Islamabad à prendre ses distances avec Washington pour se rapprocher de la Chine avec laquelle elle entretient déjà de bonnes relations notamment au plan de la lutte antiterroriste (Le Monde - 12 mai). 

Un trafic d'enfants nés hors quota dans des familles du Hunan trop pauvres pour payer l'amende vient d'être découvert à la suite de révélations publiées dans le magazine chinois Cixin Century. Ces enfants étaient livrés à des orphelinat qui les faisaient adopter par des familles notamment américaines avec la complicité des autorités locales. Ce commerce lucratif illégal contribuait a financer le gouvernement local à cours de ressources depuis l'abolition de diverses taxes agricoles en 2006 (Le Monde - 14 mai). 

L'excédent des comptes courants chinois a baissé de 18% par rapport à la même période de 2010 et ce malgré une hausse des investissements directs de l'étranger en Chine. Cet indicateur révèle donc un certain rééquilibrage du commerce international de la Chine (Le Monde - 25 mai). 

Le petit livre se Stéphane Hessel, "Indignez-vous!", qui a fait un triomphe en France, va être publié en Chine (Le Monde - 26 mai). 

Juin - Des chercheurs de l'Institut du génome de Pékin ont décryptés le génome de la bactérie Escherichia coli (E.coli) qui a provoqué une flambée épidémique meurtrière en Allemagne. Cette bactérie contient des gènes qui la rendent résistante à certains antibiotique et elle est hautement toxique. Elle est liée à une autre souche d'E.coli, l'EAEC 55989, qui a été précédemment isolée en Afrique centrale (Capital - 3 juin). 

Ordos, en Mongolie intérieure, était un point de contrôle pour l'accès aux pâturages des peuples nomades turco-mongols, notamment des Xiongnu. La ville fut prise lors de l'offensive des Han contre ces derniers et recolonisée par 100000 Chinois en 127. Des gisements de gaz et de pétrole ont été découvert à proximité de l'ancienne ville dans une zone à peu près désertique. Cette découverte a entraîné la construction d'une ville nouvelle moderne conçue pour un million d'habitants qui seront logés des appartements spacieux et confortables mais qui sont très chers pour la population chinoise. Il est vrai que les salaires y sont plus élevés qu'ailleurs et que cela attire les travailleurs migrants. Cependant, pour le moment, la nouvelle Ordos ne compte que quelques dizaines de milliers d'habitants. C'est une ville écologique où les moyens de transport sont peu polluants et qui recourt aux énergies renouvelables (solaire notamment). Des plantations d'arbres, soigneusement entretenues, y retiennent le désert (National Geographic - 3 juin). 

De violentes émeutes viennent d'agiter la région de Canton. Un rapport du Centre de Recherche du Conseil d'État sur le Développement estime que les millions de migrants des campagnes finiront par menacer la stabilité du pays si leur situation ne s'améliore pas. Plusieurs incidents de ce genre éclatent chaque année en Chine mais le pouvoir est devenu encore plus vigilant que par le passé depuis les révolutions arabes. Comme en Tunisie, les derniers événements ont été causés par l'interpellation brutale d'une vendeuse à la sauvette qui était enceinte (France 2 - 16 juin). 

Juillet - Les familles des victimes d'un accident ferroviaire, qui a causé la mort d'une quarantaine de personnes et environ 200 blessés, s'en prennent aux autorités locales accusées d'avoir caché les preuves permettant de déterminer les responsabilités. Cet accident s'est produit sur un pont par suite d'une collision entre un T.G.V. et un autre train et les autorités locales se sont empressées d'enfouir les voitures endommagées. L'opinion public reproche aux autorités de privilégier la rentabilité et de favoriser la corruption au détriment de la sécurité des voyageurs (France 2 - 30 juillet). 

Août - Le gouvernement chinois a décidé le 11 août de suspendre tout nouveau projet de construction dans les chemins de fer pour répondre aux questions soulevées sur la fiabilité du réseau ferré chinois après l'accident survenu récemment (Le Monde - 12 août). 

Septembre - L'inflation se maintient en Chine à un rythme élevé. Mais elle marque, comme la croissance de la production industrielle, un léger ralentissement d'un mois sur l'autre, entre juillet et août: croissance de la production industrielle: 13,5% contre 14%; inflation: 6,2% contre 6,5% (Le Monde - 10 septembre). 

Octobre - Le jeudi 29 septembre, la Chine a placé sur orbite le premier élément de sa future station spatiale. L'Occident s'inquiète de savoir quel sera la fonction de cette station: civile ou militaire? 

Les collectivités territoriales chinoises se sont lourdement endettées notamment pour spéculer sur l'immobilier. Jusqu'à présent, il leur était facile de rembourser leurs dettes grâce aux réserves foncières dont elles disposaient, quitte à procéder à des expulsions mal vécues par les habitants. Mais les réserves s'épuisent et la bulle immobilière est en train de perde du volume. On craint que les difficultés de remboursement n'affecte la solidité des banques chinoises et n'entraîne un ralentissement de l'activité économique. Celle-ci est d'ailleurs en voie de décélération puisque la croissance prévue pour 2012 n'est que de 9% après des taux de 10,4% en 2010 et de 9,5% en 2011. Il n'y a pas encore péril en la demeure mais la situation deviendrait critique si le taux de croissance baissait en dessous de 8% car le chômage commencerait alors à s'installer en Chine et cela risquerait de remettre en cause la stabilité sociale et politique du pays. Les autorités chinoises ont cependant des marges de manoeuvre pour relancer si nécessaire l'économie en acceptant un taux d'inflation maîtrisé; celui-ci qui était de 6,5% en juillet puis de 6,2% en août est espéré à 4% à la fin de l'année ce qui permettrait un assouplissement du crédit si cela s'avérait nécessaire. En outre, la Chine dispose d'énormes réserves de change mais il est vrai que leur contrepartie en yuan est déjà dans l'économie et que, sauf à relancer l'inflation, il est difficile de les réutiliser à l'intérieur du pays (Le Monde, 4 octobre). 

Près de la moitié de la population chinoise vit déjà en zone urbaine. Cependant, on ne peut pas parler réellement d'urbanisation car la plupart des migrants ne s'intègrent pas dans les villes où ils ne sont pas traités de manière équitable. L'économie chinoise tire un grand parti de cette main d'oeuvre d'origine rurale sans lui offrir les avantages sociaux qu'elle serait en droit d'espérer. La situation des migrants intérieurs de Chine fait penser à celle des travailleurs immigrés étrangers de l'Occident; elle est de nature à menacer la paix sociale et c'est une question dont le gouvernement chinois se préoccupe (Quotidien du Peuple - 12 octobre). 

The United Nations World Intellectual Property Organization (WIPO) a établi un rapport qui montre qu'en 2010, il y a eu au total dans le monde entier 162900 dépôts de demande de brevets d'invention, dont 44855 provenant  des États-Unis qui arrivent en tête, suivis par le Japon avec 32156 demandes, la troisième place revenant à l'Allemagne avec 17171 demandes, la quatrième la Chine avec 12337 demandes et la cinquième la Corée du Sud avec 9686 demandes (Quotidien du Peuple - 12 octobre). 

Les Airbus A320 construits en Chine sont garantis par les agences de crédit-export françaises comme la Coface. Le gouvernement chinois a gelé l'achat des Airbus A380 construits à Toulouse pour obtenir le retrait de la taxe carbone sur les transports aériens venant de l'extérieur de l'Union européenne étudiée à Bruxelles (Marianne - 15 au 21 octobre). 

Les autorités chinoises ont pris des mesures pour tenter de réduire la bulle immobilière malgré une forte pression des promoteurs qui voient leur marché reculer et font preuve d'une grande réticence à l'idée de réduire leurs marges pour rendre les constructions plus accessibles aux  Chinois moyens (Le Monde - 15 octobre). 

Nouvelle fuite de pétrole en mer dans le nord-est de la Chine sur une plate-forme de la China National Offshore Oil Corporation (Le Monde 17 octobre). 

Le patron de Walmart Chine est contraint à la démission. Cette entreprise américaine commercialisait, sous le label biologique,  de la viande de porc ordinaire qui n'avait rien de bio (Le Monde - 18 octobre). 

Alors que le Comité central du P. C. C. prépare l'accession au pouvoir de nouveaux dirigeants dans un avenir proche, les autorités chinoises mettent l'accent sur la nécessité de hisser le pays parmi les premières puissances culturelles du monde, l'idée étant que le progrès culturel doit accompagner le progrès économique. Le rayonnement intellectuel de la Chine est jugé insuffisant aussi bien au niveau cinématographique qu'à celui du livre. La parole socialiste chinoise n'est pas suffisamment entendue à travers la planète (Le Monde - 19 octobre).  

Pékin cherche à maintenir un équilibre délicat entre croissance et inflation. L'inflation recule mais, avec un taux de 6,1% en septembre, on est encore loin de 4% espérés en fin d'année. Parallèlement, la croissance du P. I. B. chinois décélère, mais elle est encore de 9,1%, ce qui ne menace pas pour le moment le marché de l'emploi. Cependant, ce fléchissement suffit pour mettre en difficulté des entreprises dont les patrons disparaissent sans régler leurs dettes, y compris celles contractées auprès de leurs salariés (Le Monde - 19 octobre). 

Après le tragique accident survenu à Foshan, dans la province du Guangdong (sud de la Chine), où une fillette de 2 ans a été écrasée par deux fois par des véhicules automobiles et laissée sans soin sur la chaussée par au moins dix-huit passants, avant qu'une ramasseuse d'ordures de 57 ans ne la déplace sur le bord de la route et ne prévienne ses parents, les autorités chinoises réfléchissent à une loi sur la non-assistance à personne en danger (Quotidien du Peuple - 21 octobre). 

Novembre - La Chine a réduit de 1,5 milliards de tonnes ses émissions de gaz à effet de serre entre 2006 et 2010, selon un rapport publié récemment. Elle serait parvenu à ce résultat, un des plus significatif du monde, en fermant des centrales thermiques et des usines consommatrices d'énergie à faible efficacité énergétique (sidérurgie et cimenterie) ainsi qu'en promouvant les énergies alternatives moins polluantes et en reboisant. Dans ces conditions, elle a bénéficié d'une croissance économique moyenne annuelle de 11,2% alors que la consommation d'énergie ne progressait que de 6,6% dans le même temps (Quotidien du Peuple - 27 novembre). 

Plusieurs moines se sont immolés par le feu ces derniers temps au Sichuan. D'après le Quotidien du Peuple, qui fait état de ces suicides, l'immolation par le feu enfreint les règles fondamentales du bouddhisme (Quotidien du Peuple - 30 novembre). 



Année 2012 

Janvier et février - Plusieurs informations intéressantes concernant la Chine ont été diffusées par la télévision française: dans une région de Chine, à la suite de l'expression vigoureuse du mécontentement de la population contre les dirigeants locaux, des élections ont eu lieu pour renouveler ces derniers hors du contrôle du P.C.C.; les salaires des travailleurs chinois augmentant de plus de 10% par an, leur compétitivité diminue ce qui amène des entreprises américaines à se relocaliser aux États-Unis; des entreprises chinoises continuent de s'implanter à l'étranger, notamment en France, afin de conquérir de nouveaux marchés en fabriquant à proximité. 

Mars - La Chine ambitionne de porter son football au niveau de celui des premières nations. Pour ce faire, elle a recruté des champions français dont Anelka qui joue à Shanghai (France 2 - 3 mars). 

Jin Shan Zhang, un richissime entrepreneur chinois passionné par le vin, vient d'acquérir le Château du Grand Moueys, une perle architecturale du 18ème siècle en plein coeur du vignoble bordelais. Il compte transformer la vieille demeure en un hôtel de luxe pour ses compatriotes fortunés. En quelques années, les importations de vins bordelais de gamme moyenne ont explosé en Chine et ce pays est devenu le premier importateur de vin de Bordeaux. En 2011, les exportations vers ce pays ont bondi de 110% en volume. Témoignage de cet engouement, un village inspiré de Saint-Emilion est presque achevée à Dalian, la grande ville balnéaire du nord de la Chine. Il doit ouvrir cette année; on y trouvera 20 millions de bouteilles de vin pour distraire les papilles et des villas vendues un million d'euros surplombant d'immenses coteaux verdoyants de vignes (Capital.fr, 6 mars). 

Le Japon achète des obligations d'État chinoise, certes pour un montant limité, mais le geste est symbolique. Il traduit la volonté des autorités chinoises d'internationaliser progressivement sa devise. La politique monétaire restera sous le contrôle vigilant du gouvernement et il ne s'agit pas se s'emballer, mais une réduction des excédents commerciaux est déjà programmée. En 2012, cet excédent ne devrait plus être que de 2,5% du PIB, et il devrait tomber à  1,5% l'année suivante, contre 3,9% en 2011. Une part de plus en plus importante de la production chinoise sera donc consommée dans le pays dont ma monnaie continuera de s'apprécier lentement. Elle a déjà progressé de 30% par rapport au dollar depuis 2005 (Le Monde - 15 mars). 

Pour Wen Jiabao, réformer est urgent. Le premier ministre chinois se dit bouleversé par les immolations de jeunes Tibétains (Le Monde - 15 mars). 

Les États-Unis, le Japon et l'Europe reprochent à la Chine de réduire ses exportations de terres rares indispensables à la mise en oeuvre des technologies nouvelles. Pékin répond que leur exploitation est très polluante et que sa décision est prise avec le souci de protéger son environnement. L'affaire a été portée devant l'OMC. La Chine présente des arguments qui peuvent difficilement être balayés d'un revers de la main: outre la pollution, les quotas actuels semblent suffisants puisqu'ils n'ont même pas été épuisés en 2011, les réserves de la Chine sont certes importantes mais elles ne représentent que 37% de l'ensemble des réserves de terres rares de la planète (Le Monde - 15 mars) 

Avril - La Chine lance une offensive contre ses réseaux sociaux. Pékin accuse le "bloggeurs" d'avoir propagé la rumeur d'un coup d'État en pleine affaire Bo Xilai, ancien numéro un de la mégapole de Chongqing après une tentative de défection d'un proche dans un consulat américain. Le Global Times, journal modéré, a déjà mis en garde contre la "république des rumeurs". Des Internautes, probablement extérieurs à la Chine, interviennent en piratant des sites officiels chinois (Le Monde - 3 avril et France 2). 

Bo Xilai, ancien garde rouge, étoile montante du P.C.C., est suspendu des instance du parti tandis que sa femme, soupçonnée d'être impliquée dans le meurtre d'un ressortissant britannique, Neil Heywood, est poursuivie par la justice. La chute de cet ancien homme fort de Chongqing est interprétée par les médias occidentaux comme un épisode de la lutte que se livrent les conservateurs et les réformateurs au sommet de l'appareil politique chinois (Le Monde - 12 avril). 

Mai - A Pékin un dissident aveugle assigné à résidence s'est réfugié à l'ambassade américaine peu de temps avant la visite de le secrétaire d'État Hillary Clinton. Cette affaire, qui s'est dénouée par l'hospitalisation du dissident et la promesse des autorités de lui accorder un visa pour les États-Unis, a tourné au désastre diplomatique pour les Américains (Le Monde - 5 mai). 

Coca cola a dû s'excuser auprès des autorités chinoises et des consommateurs après découverte d'une pollution au chlore de bouteilles mises en circulation en Chine (Tele Sur - 5 mai). 

En Chine, la qualité des médicaments pâtit de la baisse imposée des prix. La politique d'accès pour tous aux soins de base se heurte au désengagement financier de l'État (Le Monde - 16 mai). 

Yahoo amorce sa sortie du capital de la société chinoise Alibaba; les relations entre les deux firmes étaient devenues houleuses. Le Chinois Wanda et le numéro un mondial des salles de cinéma. Les choux au formol s'ajoutent à la longue liste des scandales sanitaires en Chine; le désinfectant est supposé prolonger la fraîcheur des produits alimentaires. La diaspora chinoise espère des retombées positives d'une réforme bancaire en Chine, dans la région de Wenzhou, dont sont originaires beaucoup de Chinois résidant en France qui entretiennent des échanges économiques importants avec cette région (Le Monde - 22 mai). 

Juin - Confrontée au vieillissement de sa population, la Chine envisage de réformer son système de retraites. Actuellement, les hommes partent à 60 ans et les femmes à 50 ans avec une pension d'environ 40% du salaire. Un régime de retraites flexible, permettant notamment un départ progressif, est envisagé mais certains experts pensent déjà que l'âge de départ devra être porté à 65 ans, tant pour les hommes que pour les femmes, vers 2050. Une réforme ne peut de toute manière qu'être progressive pour ne pas faire augmenter le chômage des jeunes (Quotidien du Peuple - 8 juin). 

La crise est en train de faire éclater la bulle immobilière en Chine; les prix de l'immobilier baissent et des investisseurs mécontents s'en prennent aux promoteurs. Le gouvernement chinois, qui voit les exportations du pays ralentir, est sur le point de mettre en oeuvre un nouveau plan de relance de 450 milliards d'euros (France 2 - 11 juin). 

La Chine émet bien plus de CO2 qu'elle ne le déclare. 1,4 milliard de tonnes - l'équivalent des rejets du Japon -manquait en 2010 dans le décompte officiel de Pékin dont les statistiques paraissent trop correctes pour être fiables. D'ailleurs, d'après le chercheur scientifique Philippe Clais, ce sont tous les chiffres officiels des pays émergents qui seraient biaisés (Le Monde - 13 juin). 

Au sommet de Rio sur l'environnement, c'est le Premier ministre chinois Wen Jiabao qui représentait son pays, alors que ni Obama, ni Angela Merkel n'ont daigné se déplacer. La Chine continue de réclamer l'assistance des pays riches aux pays émergents pour développer une politique de protection de la nature. Depuis 2011, pour ce qui la concerne, lors de l'adoption de son douzième plan quinquennal, elle a retenu une stratégie industrielle focalisée sur la croissance verte jusqu'en 2015; ce plan est jugé sérieux et ambitieux (Le Monde - 20 juin). 

Juillet - L'économie chinoise ralentit et le gouvernement incite les entreprises à investir davantage. Le taux de croissance n'est plus que de 7,6% par an et in taux de 7,5% est attendu. Si la croissance devait encore baisser, le chômage commencerait à devenir inquiétant et il est probable que les autorités prendront des mesures pour se protéger contre cette éventualité qui menacerait la paix sociale et politique. Des économistes estiment que la Chine doit rééquilibrer sa production et qu'il serait souhaitable qu'au moins 70% de celle-ci trouve un débouché sur le marché intérieur. Dans cet esprit, le pouvoir d'achat devrait être améliorer. Une hausse du salaire minimum a été d'ailleurs récemment décidée et le yuan s'est apprécié, au cours des dernières années (d'environ 20% par rapport à l'euro) tandis que les excédents commerciaux sont moins importants. 

La Banque de Chine précise les restrictions imposées aux investisseurs étrangers en valeurs mobilières, produits dérivés et propriétés (China Daily - 12 juillet). 

Des pluies torrentielles suivies d'inondations font plusieurs dizaines de victimes à Pékin (France 2 - 22 juillet). 

Août - Avec un taux moyen d'augmentation du coût de la main d'oeuvre de 20% par an au cours des dernières années, la Chine va rattraper les États-Unis d'ici 4 ans et l'Europe d'ici 5 ans. Les entreprises fabriquant des produits bas de gamme commencent à se délocaliser dans d'autres pays émergents (Vietnam, Indonésie...). L'industrie chinoise va devoir se réorienter vers des productions de qualité. L'augmentation du niveau de vie de sa population l'y incite d'ailleurs. La Chine importera davantage dans l'avenir et exportera moins (Le Monde - 23 août).  

Un grand vin de Bourgogne passe sous pavillon chinois. Le château de Gevrey-Chambertin et ses deux hectares de vignes ont été vendus à un investisseur propriétaire de salles de jeux à Macao, pour 8 millions d'euros. Les viticulteurs bourguignons s'émeuvent car la surenchère fait monter le prix des terres et que cela freine leur propre développement (Capital.fr - 23 août). 

Septembre - L'économie chinoise montre des signe d'essoufflement, en grande partie à cause de la réduction de la demande européenne plombée par la crise de l'euro. Les économistes estiment que cette situation est appelée à durer et les prévisions de croissance sont révisées à la baisse; elles restent cependant supérieures à 7% et l'apparition d'un chômage de masse n'est pas attendue pour le moment (Capital, 5 septembre). L'économie chinoise est trop dépendante de l'étranger alors que ses avantages concurrentiels s'amenuisent du fait de la progression des salaires; un rééquilibrage de la production en direction du marché intérieur deviendra de plus en plus nécessaire. 

La controverse sur la souveraineté des îles Senkaku, en mer de Chine, provoque un regain de tension entre la Chine et le Japon. La crise pèse sur les relations économiques entre les deux pays; les exportations du Japon vers la Chine baissent tandis que celles de la Chine vers le Japon continuent de progresser (Le Monde - 19 septembre). 

Novembre - La Chine est aujourd'hui capable de déployer des avions de combat sur son porte-avions. L'économie chinoise connaît un début de reprise: elle devrait croître de 8,4% au quatrième trimestre (Quotidien du Peuple - 26 novembre). 

Dans la culture chinoise, rien n'est jamais donné en une seule fois, mais tout se révèle peu à peu. Les démocratie occidentales gagneraient-elles à se réapproprier ce temps long, se demande le philosophe François Jullien (Le Monde - 29 novembre). 



Année 2013 

Janvier - En 2013, pour la première fois, les usines de construction automobile de Chine devraient construire plus de véhicules que les usines européennes (Le Monde - 3 janvier). 

Le nouveau président de la Chine envisage de réformer les camps de travail  (France 2 - 7 janvier). Le régime de ces derniers a d'ailleurs était beaucoup amélioré depuis l'époque de leur création, dans les années 1950. On parlait déjà de leur suppression en 2007. 

Avril - Les Chinois sont devenus les premiers clients du tourisme international. Avec un taux de croissance de 40% de leurs dépenses entre 2011 et 2012, ils sont passés devant les Allemands et les Américains (Le Monde - 6 avril). Les touristes chinois sont de plus en plus nombreux à Paris; les agences de voyage chinoises leur conseillent cependant la prudence en raison du nombre élevé des vols dans les rues et les transports en commun. 
. 

Un carrefour pour piétons en Chine - Source: Internet
. 
A Pékin des travailleurs venus de la campagne sont logés en sous-sol dans d'anciens abris anti-atomiques, construits à l'époque de la guerre froide, inconfortables, vétustes et malsains. Les autorités de la ville envisagent de mettre fin à cette situation (France 2 - 15 avril). 

Mai - Le fonds d'investissement chinois Shuanghui International Holdings vient d'annoncer qu'il va racheter le groupe américain d'alimentation Smithfield Foods propriétaire depuis 2004 des entreprises françaises Justin Bridou, Aoste, Cochonou et Jean Caby. Cette opération vise à faciliter l'approvisionnement d'un marché chinois où la demande de viande de porc de qualité est en forte croissance (20 minutes et AFP- 29 mai). 

Le Fonds monétaire international a annoncé hier qu'il baissait de 8% à «environ 7,75%» sa prévision de croissance pour la Chine en 2013. Le pays a connu l'an dernier sa croissance la plus faible depuis 13 ans, avec 7,8%. Récemment, des experts ont conclu que la croissance en Chine continuait à ralentir, après l'annonce par Pékin d'un tassement de la progression des investissements au mois d'avril. Les entreprises européennes installées en Chine envisagent l'avenir avec pessimisme: les hausses de salaires ne permettent plus d'envisager les mêmes profits que par le passé (20 minutes - 30 mai). 

Juin - L'incendie d'un abattoir en Chine relance le débat sur la sécurité industrielle Pékin mène une campagne de sensibilisation pour combattre la fréquence des accidents. Dans les villes chinoises, la lutte contre la pollution est freinée par les pétroliers. Les experts du comité qui fixe les taux de sulfure de l'essence viennent de Petrochina et Sinopec. Il ne faut pas oublier que la Chine est désormais le premier marché automobile mondial (Le Monde - 5 juin). 

Snowden est réfugié à Hongkong et l'ancien de la CIA qui a révélé l'ampleur du scandale américain des écoutes peut semble-t-il y dormir sur ses deux oreilles. Son extradition serait jugée comme une trahison et serait un camouflet pour Pékin; la Chine, devenue une grande puissance, pourrait attirer d'autres réfugiés. Le chinois Huawei veut imposer ses smartphones en Occident (Le Monde - 19 juin). 

Juillet - La Chine lance un audit urgent sur sa dette publique jugée inquiétante (Le Monde - 30 juillet). 

Août - L'avantage concurrentiel de la Chine s'est fortement dégradé avec la hausse des salaires qui sont intervenues dans ce pays, de sorte que les entreprises chinoises délocalisent une partie de leur production à l'étranger, notamment dans les pays asiatiques encore en retard, mais aussi en Afrique (Éthiopie) où l'on fabrique désormais des chaussures chinoises. Dans les années qui viennent, si cette évolution se confirme, le continent africain pourrait connaître un développement économique important et supplanter la Chine comme atelier du monde. (France 2 - 20 août). 

Septembre - La Chine enquête sur les pratiques d'exportation des vins français malgré l'accord obtenu au niveau européen sur les panneaux solaires. Les exportations françaises de vins vers la Chine sont en légère baisse. Face au ralentissement de son économie, la Chine renonce à la stimulation des investissements pour s'orienter vers des réformes encourageant la vitalité du marché et la force de croissance interne tout en faisant monter en gamme l'économie chinoise, l'objectif étant de générer suffisament d'emplois et une progression du revenu des ménages. Cependant la production industrielle a retrouvé un niveau de croissance à deux chiffres (Le Monde - 13 septembre). 

Novembre - Le nombre des touristes étrangers en Chine serait cette année en recul en raison de la pollution (20 minutes - 2 novembre). 

Le Parti communiste chinois (P.C.C.) a conclu les travaux de son troisième plénum sur un engagement à laisser le marché jouer un "rôle décisif" en vue d'un "approfondissement général des réformes". La question d'autoriser la vente par les paysans des droits d'utilisation des terres qui leurs ont été alloués a une fois de plus été évoquée. Mais aucune décision de mise en oeuvre concrète des réformes projetées n'a été annoncée. Les autorités ayant décidé de réduire la part de l'activité économique consacrée à l'exportation au profit de la consommation intérieure, un recours accru au marché, pour réorienter la production en fonction des attentes de la population chinoise, paraît tout à fait pertinent. Cependant les monopoles d'État, qui continuent d'être un outil important d'administration de l'économie, n'en devraient pas être démantelés pour autant (20 minutes - 12 novembre). 

Le Parti communiste chinois promet de céder un rôle décisif au marché sans s'engager concrètement sur les réformes. Pékin envisage de donner davantage de droits aux agriculteurs sur la propriété de leurs terres. En matière d'expatriation des étudiants pour poursuivre leurs études, la zone Asie-Pacifique, menée par Singapour, la Chine et l'Australie a le vent en poupe; globalement, Pékin n'est pas plus cher que Londres; des grandes écoles françaises se sont implantées en Chine, dont l'Ecole centrale (Le Monde - 14 novembre). 

Décembre - Renault et Dongfeng lancent leur entreprise en Chine. Elle produira des 4x4 de ville; une prise de participation de Dongfeng dans le capital de Peugeit est en cours. La Chine est devenue un géant mondial de l'élevage du poisson, notamment du tilapia, sur l'île de Hainan (Le Monde - 17 décembre). 

Les ménages chinois sont devenus les premiers acheteurs d'or du monde, devant les Hindous, d'abord pour protéger leur épargne contre l'inflation. Pendant ce temps, la Banque centrale chinoise aurait également repris ses achats d'or afin de posséder un stock de métal précieux supérieur à celui des États-Unis le jour où elle décidera de rendre le yuan convertible. Ce faisant, elle affiche clairement son intention de menacer la prééminence du dollar comme monnaie internationale. La Chine injecte des liquidités pour éviter un resserrement du crédit dans le marché interbancaire (Le Monde - 23 décembre). 



Année 2014 

Février - La Chine boit moins de vins et de spiritueux et les exportations françaises s'en ressentent. Le géant chinois du e-commerce Alibaba veut se renforcer dans les services de cartographie en ligne. La Chine et les États-Unis sont devenus interdépendants mais leurs relations sont déséquilibrées (Le Monde - 13 février). 

Xiaomi, une fierté technologique chinoise; la société de smartphones s'inspire beaucoup du modèle d'Apple en jouant la performance, mais à petits prix (Le Monde - 22 février). 

Avril - La politique "anti-ostentatoire" du gouvernement chinois qui vise à moraliser les comportements de la population, entraîne une chute de la consommation des spiritueux et un recul des ventes de cognac dans le pays au détriment de Rémy Cointreau (Le Monde - 18 avril). 

Juin - L'appétit de la Chine pour les matières premières a accru sa présence en Amérique latine mais le géant asiatique cherche désormais à diversifier ses investissements en finançant à coup de milliards des secteurs clés de développement comme les infrastructures, où l'Amérique latine a de gros manques (20 minutes - 14 juin). 

Ces dernières années, la Chine est devenue le deuxième partenaire commercial de nombreux pays latino-américains, et le premier du Brésil depuis 2009, devant les États-Unis, notamment avec l'achat en masse de matières premières et la vente de ses produits manufacturés. Selon un récent rapport, la Chine a octroyé pour plus de 100 milliards de dollars à ces pays entre 2005 et 2013. Elle plaide pour un nouvel ordre mondial au sommet du G77 qui vient de s'ouvrir (20 minutes - 15 juin). 

Juillet - La première émission obligataire en devise chinoise à Paris a été réalisée le  mardi 7 juillet par la Bank of China (BoC) pour deux milliards de yuans (240 millions d'euros). Cette opération intervient dans un contexte de collaboration croissante entre les autorités françaises et chinoises qui s'est traduite par plusieurs accords visant à faire de Paris l'un des centres leaders en Europe des échanges en monnaie chinoise. Elle témoigne de la volonté des autorités chinoises d'encourager l'emploi du yuan comme monnaie internationale (20 minutes - 8 juillet). 

Septembre -Deux études qui décortiquent le coût des études à l'étranger et la qualité de l'enseignement montrent que la Chine et l'Inde sont devenus les pays les plus rentables pour étudier à l'étranger (Le Monde - 18 septembre). 

Hong Kong est en proie à une fronde des étudiants contre le processus électoral imposé par Pékin (Le Monde - 30 septembre). L'ancienne colonie britannique, a été  restituée à la Chine en 1997, avec un statut spécial pendant 50 ans. 

Il est possible, depuis le mardi 30 septembre d'échanger directement le yuan et l'euro, a annoncé la veille une autorité chinoise en charge des échanges de devises, alors que Pékin cherche à intensifier l'internationalisation de sa monnaie (20 minutes - 29 septembre). 

Octobre -Après plusieurs semaines d'agitation, émaillées de contre-manifestations et d'interventions musclées des forces de l'ordre, la contestation persiste à Hong Kong quoique affaiblie. Taiwan appelle Pékin à faire preuve de souplesse et à s'orienter vers une démocratie à l'occidentale. Mais les dirigeants de Chine continentale redoutent les conséquences sur d'autres régions d'un accommodement qui encouragerait les revendications. Aussi maintient-il fermement sa position face aux contestataires de Hong Kong (Libération - 16 octobre). 

Novembre - Danone veut se développer en Chine pour profiter de l'appétit des bébés chinois pour un lait de qualité. Le président chinois serait favorable à l'émergence d'un nouveau réalisme socialiste en art, notamment en architecture, certains bâtiments récents étant controversés. (Le Monde - 2 et 3 novembre). 

Signe d'une collaboration de plus en plus étroite entre les deux pays, après avoir signé un important accord gazier, la Russie et la Chine projettent la construction d'un train à grande vitesse entre Moscou et Pékin. Ce gigantesque chantier, le plus grand jusqu'alors, devrait durer une vingtaine d'années et coûter une somme colossale (Journal de la 2 - 10 novembre). 

La Chine s'ouvre au respect des animaux (Le Monde - 14 novembre). 

La Chine baisse ses taux d'intérêt dans l'espoir d'atteindre son taux de croissance cible de 7,5% malgré le ralentissement économique (20 minutes - 25 novembre). 

Décembre - Fin de la contestation à Hong Kong. Les leaders du mouvement se sont rendus aux autorités (20 minutes - 3 décembre). 

La Chine entre dans le capital de l'aéroport de Toulouse à hauteur de 49,9% (France TV infos - 5 décembre). 

Malgré le recul de sa croissance, la Chine est devenue la première puissance économique du monde plus tôt qu'il n'était prévu, d'après les statistiques du F.M.I.. Ce retournement de situation met fin à 142 ans de domination économique des États-Unis. Mais il faut rappeler que ce n'est nullement une nouveauté car l'Empire du Milieu  était déjà la première puissance économique du monde au 18ème siècle. Ce pays ne fait donc que retrouver un rang qui lui avait été ravi par les Occidentaux (L'Expansion - 9 décembre). 

Après plus de deux mois de troubles, les autorités de Hong Kong ont démantelé le dispositif des contestataires (Le Monde - 13 décembre). 

La Chine a inauguré vendredi sa première ligne de chemin de fer à grande vitesse pour relier au reste du pays le Sinkiang. Longue de quelque 1800 kilomètres, la nouvelle ligne baptisée Lanxin relie en moins de 12 heures Lanzhou, la capitale provinciale du Gansu, à Urumqi, la capitale du Sinkiang, réduisant de moitié le temps du trajet (AFP - 26 décembre). 



Année 2015 

Février - Anecdotes diverses instructives ou amusantes: la Chine s'est mise à planter du café; un Chinois ingénieux et observateur s'est aperçu que la civette appréciait les baies rouges du caféier; elle en mange la pulpe extérieure mais ne digère pas les grains qu'elle rejette dans ses excréments imprégnés de sucs gastriques; il suffit de recueillir les fientes, de laver les grains et de les torréfier pour obtenir un café excellent, d'un goût inimitable, dont les Américains raffolent et qu'ils achètent à prix d'or (France 2) - La Chine est en train de devenir un des premiers marchés de l'entreprise française d'électro-ménager SEB (source oubliée) - En Chine, des jeunes femmes qui approchent de la trentaine louent les services de jeunes Chinois pour jouer le rôle de fiancé idéal lorsqu'elles se rendent dans leur famille à l'occasion des fêtes car une femme non mariée à cet âge est considérée comme une laissée pour compte et quelqu'un qui ne remplit pas vis-à-vis de la société les attentes fondées sur elle (Magazine du Monde - 21 février). 

Mars - Le groupe chinois Jin Jiang International a racheté le français Louvre Hotels Group (Campanile, Kyriad) au fonds d'investissement Starwood Capital, pour un montant de 1,3 milliard d'euros, ont annoncé dimanche les deux parties concernées (20 minutes - 1er mars). 

La Chine prévoit une croissance réduite à environ 7% pour 2015, a annoncé jeudi le Premier ministre chinois Li Keqiang, en ouvrant les travaux de la session annuelle du Parlement chinois. Un frein sera mis à l'augmentation des dépenses militaires (20 minutes - 5 mars). 

Malgré la baisse du taux de croissance, les excédents commerciaux de la Chine continuent de progresser (20 minutes). 

La Chine étend ses zones franches. Après Shanghai en 2013, Pékin annonce l'ouverture de trois nouveaux espaces de libre échange aux entreprises étrangères, bien que le bilan de la zone de Shanghai soit contestée. La France, l'Allemagne et l'Italie, comme le Royaume-Uni, rejoignent la banque d'infrastructure asiatique. L'Europe ne peut pas ignorer la première puissance économique du monde. Concurrentes ou partenaires, les grandes sociétés chinoises sont plus souples et autonomes qu'il n'y paraît. Alibaba, l'entreprise de commerce en ligne chinoise, est cotée à New-York. Mais les entreprises chinoises sont moins soumises à leurs actionnaires que les entreprises américaines et cette différence peut poser problème (Le Monde 19 mars). 

Une tradition chinoise semble menacée. Il s'agit des danses collectives dans les rues et sur les places publiques, charmante habitude qui réunissait beaucoup de monde, dispensait une ambiance de bonne humeur et distrayait les touristes. Hélas, le développement de la classe moyenne s'accompagne d'une montée de l'individualisme et nombre de riverains sont aujourd'hui exaspérés par ces manifestations bon enfant mais bruyantes qui troublent leur quiétude. Dans certains cas, ils s'en sont même pris aux danseurs et danseuses en leur lançant des projectiles peu dangereux mais désagréables (oeufs, immondices...) pour les faire déguerpir. Le pouvoir va être obligé de légiférer sur cette grave question (Le Monde - 27 mars). 

Alors que les Américains se désengagent de l'Afghanistan, les Chinois paraissent s'y intéresser de plus en plus comme en témoignent les visites du président afghan et d'un représentant des Talibans qui se sont succédés dans la capitale chinoise. Pékin a proposé sa candidature pour organiser des rencontres entre le pouvoir en place à Kaboul et les Talibans afin de préparer une insertion pacifique de ces derniers dans le jeu politique. Une telle issue ne sera possible que si le Pakistan, qui continue de soutenir les Talibans, prenait ses distances avec eux. Ce n'est pas gagné d'avance car, en cas de conflit avec l'Inde, le Pakistan aurait besoin de l'Afghanistan pour approfondir son territoire. Cependant la Chine ne manque pas de moyen de pression sur le Pakistan, ne serait-ce que parce qu'elle est devenue son principale fournisseur d'armes. Une pacification de l'Afghanistan profiterait à la Chine dans la mesure où ce pays occupe une position clé sur le chemin de l'Asie centrale et de l'ancienne Route de la Soie et où elle pourrait contribuer à désamorcer les velléités des séparatistes du Sinkiang (Le Monde - 27 mars) 

Avril - Les danses improvisées sur les places et les rues des villes chinoises, qui étonnaient les touristes, pourraient bien rejoindre les activités du passé que la modernisation accélérée de la société chinoise rend de plus en plus difficiles. En effet, l'émergence d'une classe moyenne aisée plus individualiste soulève de nombreux problèmes avec ces manifestations bon enfant mais aussi génératrices de nuisances pour le voisinage. Dans certaines villes, un couvre-feu a été instauré pour limiter les horaires des danses afin de ménager la tranquillité et le sommeil des riverains. L'État envisagerait de fixer des normes qui s'imposeraient à l'ensemble du pays afin de concilier les intérêts opposés des danseurs et des habitants. L'Union européenne part en guerre contre le dumping chinois dans l'acier. (Le Monde - 27 avril). 

L'ancien chef suprême de la police de Mongolie intérieure, auteur de romans policiers, est soupçonné d'avoir assassiné sa maîtresse. Pékin accélère la transformation des grands groupes chinois. Pour rationaliser leur fonctionnement l'État se préparerait à fusionner plusieurs grandes entreprises notamment dans le secteur pétrolier (Le Monde - 29 avril). 

Mai - Le milliardaire chinois Li Jinyuan invite 6400 de ses salariés, dont 5400 Chinois, en France pour commémorer lé 20ème anniversaire de son entreprise. Les heureux bénéficiaires passeront une semaine à Nice et une semaine à Paris au frais de leur patron et visiterons de nombreux sites touristiques dont le musée du Louvre qui leur sera réservé pour l'occasion. La facture sélèverait à 13 millions d'euros qui tomberont dans l'escarcelle de la SNCF et de 140 hôtels, sans compter les dépenses diverses des participants au voyage. C'est aussi l'occasion pour Li Jinyuan de vanter les charmes de la France et les relations cordiales qui existent traditionnellement entre la France et la Chine tout en espérant acquérir des propriétés dans le Bordelais (20 minutes - 8 mai) . 

Six Chinois sont inculpés d'espionnage et mis en cause pour le vol de secrets commerciaux aux États-Unis (La Monde - 21 mai). Les États-Unis sont mal placés pour s'indigner qu'on les espionne eux qui espionnent tout le monde sans vergogne, le monde des affaires comme les chefs d'État, Européens en tête! . 

Juin -  Le suicide de quatre frères et soeurs abandonnés à eux-mêmes par leurs parents migrants émeut la Chine (Le Monde - 18 juin). 

Les Chinois ne font pas dans la dentelle pour dénoncer la pollution: ils projettent des photos d'enfants grimaçants sur des fumées d'usines! Je ne sais pas si cette publicité sera efficace. Mais l'enjeu en vaut la peine: un demi-million de personnes meurent à cause de la pollution dans le pays chaque année (20 minutes - 29 juin). 

Juillet - Après un bon de 150% au cours de l'année passée, la bourse de Shanghai vient de perdre 30% en quelques séances. Les principaux courtiers mettent en place un plan de soutien des cours pour enrayer la panique en créant un fonds d'intervention doté de 19 milliards de dollars. Le  contrôle insuffisant des introductions en bourse est aussi  mis en cause (20 minutes - 4 juillet). 

Pékin impuissant à contenir la chute de la bourse. Les marchés sont à nouveau chahutés alors que les signes de ralentissement de l'économie se multiplient (Le Mode - 29 juillet). 

La Chine a désormais la plus nombreuse délégation à l'ONU (Info N° 1). 

Août -Les dévaluations du yuan, pour relancer l'économie chinoise et stabiliser les bourses, produisent une onde de choc sur l'économie mondiale qui peut craindre une propagation inopportune du ralentissement d'une croissance encore fragile dans nos pays. Cependant, les analystes relativisent les conséquences des mesures prises par les autorités chinoises et pensent que le risque d'une relance de la guerre des monnaies est faible. Pour le FMI, la baisse du yuan ne fait que refléter celle de la croissance de l'économie chinoise et des excédents générés par les exportations (Le Monde - 14 août). 

Une catastrophe industrielle a frappé la Chine à 120 kilomètres de Pékin. La ville de Tianjin a été secouée par plusieurs explosions suivies d'un incendie. Les dégâts sont considérables et les victimes nombreuses. Des émanations toxiques extrêmement dangereuses ont pollué l'atmosphère et les eaux. Les autorités ont été amenées à évacuer une partie de la population (Le Monde - 14 août). 

Les bourses mondiales baissent fortement (- 5%). Les marchés sont inquiets de la situation économique de la Chine. Les exportations de ce pays sont en régression de plus de 8% et les importations ont également diminué à peu près dans la même proportion. Les autorités chinoises parlent d'une croissance de 7%. Mais, depuis des mois, des experts occidentaux estiment que le ralentissement de l'économie chinoise est beaucoup plus prononcé et certains pensent que la  croissance se situerait plutôt entre 0 et 4%. Si ces estimations se révélaient exactes, ce serait très grave car le chômage s'installerait alors dans le pays et il est difficile de prévoir quelles en seraient les conséquences. La Chine était jusqu'à présent le moteur de la croissance mondiale et le ralentissement de son économie ne peut évidemment pas laisser indifférent le reste de la planète. Le modèle de développement basé sur les exportations va-t-il être remis en cause pour céder la place à un nouveau modèle plus autocentré? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais bien des signes peuvent le laisser penser et des économistes de renom le souhaitent (France 2 - 24 août). Les bourses occidentales se redresseront mais joueront encore du yo-yo dans les semaines qui suivent selon le vent qui souffle de Chine. 

Le rêve des Chinois de Binhai est brisé. Après la catastrophe du 12 août, qui a  ravagé le port de Tianjin, des centaines de propriétaires ont perdu leurs biens (Le Monde - 28 août). 

Septembre - L'activité manufacturière en Chine s'est violemment contractée en août, donnant une nouvelle preuve de l'essoufflement de son économie, ce qui alimentait mardi les craintes sur la croissance mondiale et la grande nervosité des marchés (20 minutes - 1er septembre). 

La Chine a annoncé lundi une révision à la baisse de la croissance de son PIB en 2014; celle-ci passe de 7,3% contre 7,4% auparavant. Mais certains experts occidentaux estiment que cette baisse est insuffisante pour refléter la réalité (20 minutes - 7 septembre) 

Le Premier ministre chinois déclare que son pays a les moyens de maintenir une croissance élevée. De nouvelles mesures vont être prises pour favoriser l'investissement et aider les petites entreprises (20 minutes - 9 septembre).  

La production industrielle de la Chine est en hausse mais cela ne suffit pas à rassurer les marchés (20 minutes - 13 septembre). 

La bourse de Shanghai continue de baisser. Depuis juin, elle a perdu 40%. Les épargnants chinois ne savent plus à quel saint se vouer (Le Monde - 17 septembre. 

La Chine vient d'annoncer la création d'un fonds de 2 milliards de dollars pour aider les pays pauvres (20 minutes - 27 septembre). 

Octobre - La politique de l'enfant unique va être officiellement abandonnée en Chine. Mais cet acte reste symbolique car le système de l'enfant unique avait déjà été assoupli depuis plusieurs années. En tout état de cause, cette mesure, qui vise à rééquilibrer la pyramides des âges, afin de faciliter la solution du problème des retraites, n'aura d'effet que dans plusieurs années et il ne faut pas en attendre grand chose à court terme sur le plan de la croissance économique ( 20 minutes - 29 octobre). 

Novembre - Lors d'un voyage en Chine, François Hollande, président de la République française, obtient des autorités chinoises un  accord sur le suivi périodique des efforts de la Chine en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En outre, la Chine prendrait une participation importante dans la société française AREVA (France 2 - 2 et 3 novembre).  

Décembre - Alerte rouge à la pollution à Pékin: les enfants sont invités à rester chez eux, les écoles étant fermées. La Chine est le premier pays pollueur du monde en valeur absolue. Mais elle vient après les États-Unis en pollution par habitant. La Chine est aussi le pays le plus en pointe sur les énergies renouvelables (éolien et solaire). Et elle a replanté d'immenses forêts à proximité de Pékin. Certains y voient un paradoxe et ce n'est qu'une conséquence: le gouvernement et la population ont conscience qu'il faut prendre des mesures pour améliorer la qualité de l'air qui devient parfois irrespirable dans les grandes villes. Les moyens seront mis en oeuvre pour résoudre ce problème (France 2 et autres). 

Soixante dix pour cent des champignons de Paris viennent de Chine! (France 2). 

La Chine met officiellement fin à la politique de l'enfant unique (20 minutes - 27 décembre).  

Une journaliste française est expulsée de Chine à cause d'articles jugés injurieux par les autorités chinoises à propos du Sinkiang (Le Monde - 31 décembre). 



Année 2016 

Mars - La bourse de Shanghai dévisse à nouveau en quelques jours (-7%). Le taux de croissance de l'économie chinoise est passé en dessous de 7%. Les exportations ne tirent plus l'économie, les importations et les investissements chinois à l'étranger ralentissent, entraînant une baisse du taux de croissance à l'échelle mondiale. Les salaires chinois augmentant, une relance de la croissance par la consommation intériure n'est pas impossible. Mais il faudrait que les Chinois épargnent moins, ce qu'une couverture sociale suffisante les inciteraient à faire, autrement la baisse de la bourse, qui écorne leur épargne de précaution, depuis des mois, ne peut que les encourager à reconstituer cette dernière (France 2 - 7 janvier). 

Mars - Le magnat chinois Wang Jianlin, l'homme le plus riche de Chine, qui a bâti sa fortune sur les centres commerciaux, va devenir un sponsor de premier plan de la FIFA. A l'heure où la croissance économique chinoise ralentit et où le secteur immobilier stagne, il réoriente ses investissements vers les secteurs plus porteurs du sport et du divertissement à l'international. Il est ainsi en phase avec le gouvernement chinois qui  prône les investissements à l'étranger pour y faire rayonner la culture nationale. 

Wuhan Iron and Steel, cinquième sidérurgiste chinois, va licencier de 40 à 50000 personnes, sur 80000, dans sa division acier, en raison du ralentissement économique. La Chine réduit la voilure dans l'acier et le charbon. Pékin crée un fonds de près de 14 milliards d'euros pour reclasser les ouvriers qui vont perdre leur emploi. La Chine est devenue le deuxième marché du cinéma au monde, derrière les Etats-Unis. Mais elle est le premier marché du cinéma français. La croissance de 50% du marché chinois a largement profité au cinéma français en 2015 (Le Monde - 12 mars 2016 .  

Le recul du taux de croissance et la volonté des autorités chinoises de lutter contre la pollution entraînent la fermeture de mines de charbon et le licenciement des mineurs. Le gouvernement chinois a consacré d'importants crédits pour venir en aide à ces travailleurs qui perdent leur emploi. Mais ces derniers se demandent si tout cet argent viendra bien jusqu'à eux. L'inquiétude et une certaine agitation se répandent dans les bassins menacés (France 2). 

Une agence de notation a rétrogradé la note des emprunts souverains chinois en raison du recul de la croissance économique (20 minutes). 

Avril - Après le charbon, l'acier. Les capacités de la Chine dépasse de 70% les capacités d'absorption actuelles du pays. Les exportations ont déséquilibré les échanges mondiaux. Il n'y a plus qu'une seule solution: fermer des unités de production en licenciant des salariés. Ces derniers ne l'entendent pas ainsi et certains manifestent. La Chine va-t-elle connaître un chômage de masse comme dans nos pays? (20 minutes - 8 avril). 

Depuis 2012, la Chine dépense plus en recherche et développement que l'Europe (Science et Avenir - avril 2016 - N° 830). 

Mai - Depuis le début de l'année, les entreprises chinoises ont investi 97 milliards d'euros dans le monde, c'est-à-dire plus que durant toute l'année 2015. Le ralentissement de l'économie chinoise les pousse à chercher des opportunités de développement hors de leurs pays. Les négociateurs chinois deviennent de plus en plus professionnels. Pour protéger les industriels européens, le Parlement de Strasbourg vote contre l'octroi à la Chine du statut d'économie de marché ( Le Monde - 14 mai). 

Air France cède 49% du capital de Servair au chinois HNA (La Tribune - 30 mai 2016). 

Juin - Quatre des cinq premières banques de la planète sont chinoises. Alors que, en 2006, elles réalisaient 4% du bénéfices des 1000 premières banques mondiales les géantes de l'Empire du Milieu ont vu leur part monter à 32% en dix ans. Mais, avec le ralentissement de l'économie, leur croissance paraît avoit atteint son sommet. En 2015, leurs profits ont reculé et leurs mauvaises créances s'accumulent (Le Monde - 30 juin 2016). 

Août - La Chine investit 175 milliards d'euros dans le métro. Chaque année, 25 nouvelles lignes voient le jour. Les entreprises locales se taillent la part du lion. La taille du réseau de Shanghaï est égale à deux fois celle du réseau de Paris (Le Monde - 9 août 2016). 

En juillet 2016, les exportations de la Chine ont baissé de 4,4 % sur un an. Mais les importations ont chuté de 12,5 %. Et l'excédent commercial chinois est passé de 48,1 milliards d'euros en juin à 52,3 milliards d'euros! 

Le plus grand radio télescope a été inauguré en Chine. Il s'agit de Fast qui va permettre d'explorer les confins de l'univers et pourra détecter d'éventuels signaux d'origine extra-terrestre. Avec Sunway Taihu Light, après Tianhe-2, la Chine s'impose dans le domaine des supercalculateurs. (Science et Avenir - Août 2016). 

Septembre - La Chine et la Russie ont commencé, le 12 septembre, et pour huit jours, un important exercice militaire en mer de Chine du Sud sur fond de tensions croissantes dans cette région convoitée par plusieurs puissances. L'objectif et d'améliorer la coordination entre les deux marines. Cet exercice annuel est le 5ème depuis 2012 (Le Monde - 13 septembre 2016). 

Octobre - Le jour anniversaire de la création de la République populaire de Chine, le yuan fais son entrée dans le club fermé des monnaies composant le panier de droits de tirage du FMI. C'est une étape importante vers l'internationalisation de la monnaie chinoise mais le chemin est encore loin avant que le yuan ait un statut comparable à celui du dollar.  

Novembre - Le gouvernement chinois envisage de noter ses citoyens. Le programme, appelé Crédit social, ciblerait les 700 millions d'internautes et devrait être opérationnel en 2020. Officiellement, il aurait pour objet de lutter contre la corruption et de promouvoir une culture de la sincérité et une société socialiste plus harmonieuse. Il serait basé sur un crédit de 1000 points (score maximum) attribué au départ à chaque personne concernée et ensuite par la déduction ou l'ajout de points en fonction de son comportement au regard de plusieurs critères plus ou moins importants. Le classement qui en résulterait serait l'objet de récompenses ou de punitions, notamment au plan de l'emploi. La faisabilité d'un tel système a déjà été testée au Sichuan où il a reçu un mauvais accueil de la part de la population (La Tribune de Genève - 3 novembre 2016). 

Le fabricant de téléphone portable chinois Huawei opte pour le haut de gamme pour concurrencer Apple et Samsung (Le Monde - 6 et 7 novembre 2016). 

Les nouilles déshydratées instantanées, vendues bon marché, qui ont nourri des génération de travailleurs migrants (mingongs), pendant l'envolée économique, n'ont plus la cote. Les consommateurs pressés préfèrent désormais une alimentation de meilleure qualité, même si elle est plus chère. Les producteurs doivent s'adapter aux conséquences de l'augmentation du niveau de vie de la population (Le Monde - 6 et 7 novembre 2016). 

Fin octobre, le plénum du Comité central du parti communiste chinois a déclaré le président Xi Jinping "noyau dur" du parti. Une distinction rare qui renforce considérablement l'autorité du secrétaire général, désigné à ce poste le 15 novembre 2012 et porté à la présidence de la République le 14 mars 2013, après en avoir été le vice-président depuis le 15 mars 2008. Xi Jinping est considéré comme un dirigeant plutôt autoritaire mais le Dalaï lama pense qu'il pourrait oeuvrer pour solutionner la question tibétaine (Le Monde - 6 et 7 novembre 2016). 
. 

. 
Une nouvelle espèce de dinosaures à plumes, plus gros qu’un chien, avec une crête sur la tête et un menton en galoche, a été identifiée en Chine selon une étude publiée ce jeudi dans la revue Scientific Reports du groupe Nature. L’étrange animal, baptisé "Tongtianlong limosus", vivait dans la région de Ganzhou au sud de la Chine à la fin du Crétacé, peu avant l’extinction des animaux préhistoriques. Mesurant environ 70 cm de long, queue comprise, il appartient à la famille des oviraptorosaures, des théropodes proches des oiseaux qui vivaient en Amérique du Nord et en Asie. D’une taille allant de la dinde à l’éléphant, ces dinosaures à plumes avaient peu ou pas de dents et se nourrissaient probablement d’œufs, de mollusques, de plantes ou encore de noisettes… Au total, plus de 35 espèces ont déjà été référencées. Les chercheurs ont découvert le petit dernier dans une curieuse position : couché sur le ventre avec ses quatre pattes écartées sur les côtés, le cou tendu et la tête relevée. D’où son nom : "Tongtian" signifiant "le chemin du ciel". L’animal a été déterré sur un chantier par un agriculteur et des ouvriers. Comme aucun relevé n’a été effectué au moment de son excavation, il est difficile de savoir pourquoi il est mort dans cette position (20 minutes - 10 novembre 2016). 

La fin de la politique de l'enfant unique donne déjà des résultats intéressants. Le nombre des naissance est en forte hausse en Chine et il faut ouvrir des maternités, former et recruter du personnel, notamment de futures nounous particulièrement bien payées et très recherchées par la classe moyenne. La Chine va rajeunir ce qui est une bonne chose pour l'avenir, mais les familles ne devraient que rarement dépasser deux enfants, ce qui n'entraînera vraisemblablement pas d'augmentation de la population mais à peine un remplacement. Cette augmentation de la natalité commence à avoir des effets bénéfiques sur l'économie, la consommation intérieure prenant le relais des exportations. Cette évolution était souhaitable pour la Chine qui verra les assises de son économie devenir plus solides, et aussi pour le reste du monde (France 2 - 22 novembre 2016). 

Les investissements à l'étranger de la Chine ont fortement augmenté ces dernières années. Mais la Chine reste encore loin derrière les États-Unis sur ce plan. Et il est même probable qu'ils vont ralentir dans l'avenir car le gouvernement chinois souhaite que les entreprises chinoises investissent en priorité dans leur pays. Pékin veut lutter contre les exportations excessives de capitaux, les délocalisations qui en résulteraient, et contre une sous-évaluation du yuan qui empêche cette monnaie de rivaliser avec un dollar trop puissant. Le gouvernement chinois veut garder le contrôle de l'économie de son pays gage de sa stabilité politique (France 2 - 30 novembre 2016). 

Décembre - Le nouveau président américain, Donald Trump, appelle la présidente de Taïwan et remet en cause le principe d'une seule Chine, non discuté par les USA depuis 1972  (Le Monde - 16 décembre 2016).  



Année 2017 

Janvier - L'agence de planification de Chine s'attend à une croissance du PIB chinois de 6,7% en 2016, contre 6,9% en 2015 (Le Monde - 11 janvier 2017). 

Onze écoles ou universités françaises sont représentées à Pékin, elles sont dix-huit dans le bassin de Shanghaï où les programmes à destination des étudiants chinois et français se multiplient (Le Monde - 11 janvier 2017). 

Février - La ville de Pékin a l'intention de réduire sa consommation de charbon de 30% supplémentaires en 2017 pour lutter contre la pollution atmosphérique qui empoisonne la capitale chinoise, rapporte l'agence Chine nouvelle en citant le maire. (Ouest France - 6 février 2017). 

Bien que le prélèvement d'organes pour transplantations sur des condamnés à mort soit désormais interdit en Chine, ce pays est toujours suspecté par l'Occident de continuer à le pratiquer (Le Monde - 22 février). 

Mars - Il existe désormais une "route ferrée de la soie" qui va de l'est de la Chine jusqu'à l'Espagne. Cette voie ferrée permet déjà le transport d'une quantité importante de containers et son trafic ne cesse de se développer (France 2 - 10 mars 2017). 

Carrie Lam, une catholique pratiquante, qui a connu une enfance difficile dans un quartier ouvrier de l'île, puis a servi ensuite la couronne britannique, quoique peu populaire, est la favorite du gouvernement de Pékin à l'élection qui désignera le chef du gouvernement de Hong Kong. A Hong Kong, l'art contemporain électrise les acheteurs; en 2016 et début 2017, 30% des oeuvres mises en vente dans le monde par Christie's ont été acquises par des acheteurs chinois ou asiatiques (Le Monde - 25 mars 2017).  

Avril - Le président américain, Donald Trump reconnaît que la Chine ne manipule plus le yuan pour obtenir des avantages concurrentiels économiques (20 minutes - 15 avril 2017). 

Mai - Human Rights Watch dénonce la collecte massive d'ADN par Pékin. Dans toute la Chine, la police collecterait l'empreinte génétique non seulement des suspects d'un crime, mais également ceux des gens ordinaires (on ne précise pas dans quel but?) (Le Monde - 28 mai 2017). 

Une nouvelle version de la Route de la Soie, "La Ceinture et la Route", évoquée depuis 2013 par les autorités chinoises, est à nouveau présentée comme un projet de développement de l'économie mondiale que Pékin espère promouvoir. "La Ceinture et la Route" concernerait plus de 60 pays comptant une population totale de 4,4 milliards de personnes, soit 63 % de la population mondiale avec un volume économique global estimé à 21000 milliards de $ US, soit 29% du volume économique mondial. Il s'agirait en fait d'une zone de libre échange englobant plusieurs continents: principalement l'Asie, l'Afrique et l'Europe. Elle partirait de la Chine avec comme  noyau la région eurasiatique et s'étendrait jusqu'en Afrique et en Océanie en reliant à l'Est la zone économique de l'Asie-pacifique et à l'Ouest la zone économique européenne et  couvrirait aussi l'Asie du nord-est notamment la péninsule coréenne et l'extrême Orient russe. Elle devrait insuffler un nouvel élan au développement de la province du Guangdong, plaque tournante du commerce et des échange de la Chine avec le reste du monde. Cet ambitieux projet, qui s'inscrit dans le cadre de la mondialisation, ne sera certainement pas facile à réaliser (Le Potentiel on-line et Le Monde - 18 mai 2017). 

Juin - La cristallerie française de Baccarat tombe dans l'escarcelle d'un fonds d'investissement chinois. 

La Chine aurait déjà atteint ses objectifs de 2020 pour ce qui concerne la lutte contre le réchauffement climatique dans le cadre de l'Accord de Paris. Quel contraste avec la décision du président des États-Unis, Donald Trump, de dénoncer cet accord (France 2 - 7 juin 2017). 

Août - Face-à-face tendu au Bouthan entre la Chine et l'Inde. Pékin accuse des soldats indiens d'avoir pénétré sur son sol à la mi-juin. La rivalité entre les deux grands pays s'est intensifiée en Asie du Sud longtemps considérée par New-Delhi comme une arrière cour de l'Inde. Une nouvelle vague de censure frapperait l'Internet chinois. Pour Pékin, la "nouvelle route de la soie" passe par Athènes; après avoir cédé le port du Pirée au chinois Cosco, la Grèce tente d'attirer plus d'investissements en provenance de Chine. Auchan teste en Chine un nouveau format de supérette automatisée; dans cette petite boutique sans vendeurs, les clients paient avec leur portable. Le ralentissement constaté de l'activité manufacturière en Chine de juin à juillet reflèterait un essoufflement de l'économie chinoise dans son ensemble (Le Monde - 1er août 2017). 

Vingt-quatre millions de jeunes chinois seraient accrocs à Internet au point de mettre leur santé en danger. Leurs familles les envoient parfois dans des centres de désintoxication très populaires dont certains utilisent cependant des méthodes contestables dangereuses pour la vie des patients. Les autorités se sont saisies de ce problème et ont interdit, voici déjà plusieurs années, les thérapies les plus violentes, tels que les électro-chocs (20 minutes - 19 août 2017). 

Le gouvernement chinois accentue la pression sur les groupes chinois qui investissent à tout va à l'étranger, entraînant une dilapidation des capitaux. Désormais les seuls secteurs où des capitaux chinois peuvent s'investir à l'étranger devront relever de l'économie réelle, au bénéfice de la Chine. les investissements dans les clubs sportifs, l'hôtellerie, l'industrie du divertissement, dont les jeux d'argent sont désormais exclus (Reuters - RFI - Asie-Pacifique - 19 août2017). 



Sur cette page figurent des informations pour l'essentiel glanées au hasard de mes lectures de la presse française ou occidentale et quelquefois aussi chinoise. On peut se procurer des informations complémentaires en provenance de Chine en lisant les versions numériques de la presse chinoise, dont le China Daily, publié en anglais, le Quotidien du Peuple, dont il existe une version française, et l'agence Chine nouvelle, en cliquant leur nom.
Retour

Naviguez sur l'ensemble du site de Jean Dif:
Accueil    Logiciels    Textes     Images     Musique
.
.