La Révolution et l'Empire:

En 1788, la crise des finances contraint Louis XVI à convoquer les États-Généraux dont la réunion sera le prélude de la Révolution. Les sujets sont conviés à transmettre au roi leurs réclamations par l'intermédiaire de leurs députés. Dans tout le pays on se réunit pour rédiger les fameux cahiers de doléances. Saint-Sandoux n'échappe pas à la règle; il est probable que la réunion se tint dans l'église. Les réclamations qui y furent rédigées sont parvenues jusqu'à nous grâce à l'ouvrage de Francisque Mège: Les Cahiers des paroisses d'Auvergne en 1789 - Mégariotis Reprint - Genève - 1979. Les voici:

Saint-Sandoux.

Doléances, plaintes et remontrances des habitants de Saint-Sandoux en exécution de l'ordonnance de M. le sénéchal de Clermont-Ferrand du 16 février dernier pour être présentées par les députés à l'Assemblée qui se tiendra au dit Clermont-Ferrand le 16 courant pour la tenue des États-Généraux indiquée au 27 avril prochain.

Les habitants de ce bourg sont extrêmement pauvres.

Leur terrain est montueux, inégal, parsemé de rochers et de pierres, dont presque la moitié n'est pas susceptible de culture.

Il n'y a point de vergers. Il y a très peu de prés parce qu'il n'y a point de rivière ni ruisseaux. (1)

Le produit des terres et des vignes est en grande partie absorbé par les frais de culture, la charrue et l'homme à bras n'y pouvant faire que le tiers des labours qu'ils font dans les pays de plaine, et les engrais et récoltes ne se transportant qu'à dos de cheval.

Les fonds sont chargés de cens et de rentes.

Point de commerce, à défaut de routes de communication.

On est obligé de débiter les vins dans les montagnes voisines ou de les donner à vil prix.

Les multiplicités des impôts, leur excès en tous genres, et les abus qui se commettent dans la perception aggravent la misère des habitants.

Les besoins de l'État exigent une augmentation dans les finances. Mais la bonté et la justice du monarque l'ont porté à ordonner la tenue des États-Généraux pour aviser au moyen de soulager ses peuples et on ne peut y parvenir qu'en réprimant les abus, en rendant les charges de l'État communes à tous les ordres qui le composent, en supprimant tous les privilèges quelconques, tous les droits imposés dans l'intérieur du royaume sur les objets de nécessité, toutes les pensions non méritées, en réduisant le nombre des commis et les appointements de ceux qui subsisteront, et en faisant des règlements pour tout ce qui peut concerner les besoins de l'État.

Les très humbles pétitions des habitants tendent: à ce que les trois ordres de l'État délibèrent par tête et non par ordre;

Qu'il n'y ait qu'un seul et unique impôt sous une dénomination quelconque; - que cette charge soit supportée par le Clergé, la Noblesse, les officiers militaires, de judicature, de finance et de la maison du roi, les habitants des villes franches et abonnées, par tous les commis employés à la chose publique et, en un mot, par tous ceux qui en ont été exempts jusqu'à présent comme par ceux qui y sont affectés;

Que les traites dans l'intérieur du royaume, les gabelles, les droits sur les suifs, sur les cuirs et autres objets de nécessité soient supprimés;

Que les droits de contrôle, ses accessoires et autres qui subsisteront soient fixés irrévocablement par de nouveaux tarifs clairs et précis;

Que les commis soient garants sur leurs personnes et biens des contestations injustes qu'ils feront; - qu'ils ne participent pas aux amendes et autres peines pécuniaires prononcées contre les contrevenants, mais que les deniers en provenant soient versés dans une caisse d'amortissement destinée à rembourser les finances avancées par lesdits commis;

Que les contestations qui s'élèveront au sujet desdits droits soient jugées par les juges ordinaires de la cour des aides érigée en tribunal souverain, et les élections associées aux présidiaux:

Que les charges de receveurs généraux des tailles soient supprimées; - qu'il en soit de même de celles des receveurs particuliers, et que les fonctions en soient confiées à des commis qui verseront directement les fonds de leur recette au trésor royal;

Qu'il soit pourvu au remboursement de la finance des charges de receveurs généraux et particuliers;

Que la justice soit rapprochée des justiciables; - qu'il soit établi un parlement ou autre cour supérieure dans cette province, qui peut être avantageusement formée par MM. les officiers de la cour des aides, sauf à en augmenter le nombre, si besoin est;

Que les codes civil et criminel soient réformés.

Telles sont les pétitions des habitants de Saint-Sandoux; et ils adhèrent aux autres villes et autres communautés de la sénéchaussée de Clermont. Et ont signé tous ceux qui ont su le faire, le dimanche 8 mars 1789.

Signé: Magaud, Delachenal, Girard, Davignon, Rives, Gauthier, Brionnet, syndic, Gautier, Rives, Morel, Rives, Fournet, Guillaume, Gauthier, Manlhiot, Andrieu, Lheritier, Julhiard.

(1) Cette affirmation entre quelque peu en contradiction avec la carte de Cassini présentée plus haut

La lecture de ce texte nous montre que les habitants de Saint-Sandoux étaient loin d'adhérer à la description presque idyllique qui était faite de leur village vers la même époque par Monsieur de Chabrol, l'auteur des Fiefs et Chatellenies d'Auvergne. Au contraire, ils insistaient sur le caractère ingrat de leur terre. Leurs plaintes (répression des abus, suppression des privilèges et des douanes intérieures, réformes des impôts, rapprochement de la justice des justiciables, réforme des codes civil et criminel, vote par tête et non par ordre...) révèlent que les auteurs du texte étaient tout à fait en phase avec ceux qui réclamaient de grands changement dans le gouvernement du royaume et qu'ils n'étaient pas dépourvus de sens politique. Cependant, à la différence des souhaits formulés par d'autres paroisses du royaume, on n'y demande rien en matière d'instruction et d'assistance au moment de l'accouchement; on l'a vu plus haut, Saint-Sandoux possède déjà des écoles et des sages-femmes. 

On trouve, parmi les signataires, beaucoup de noms familiers aux habitants les plus anciens du village.

La Révolution puis le Premier Empire allaient satisfaire plusieurs de ces demandes qui n'auront donc pas été formulées en vain. Mais, en contrepartie, la tourmente révolutionnaire et la longue période de guerres qui l'accompagna et la suivit eurent également leurs répercussions dans le village.

Dès l'été 1789, l'effervescence gagne la province. On croit voir partout des brigands stipendiés par les aristocrates; c'est l'époque de la Grande Peur, qui va pousser les gens à s'armer pour se défendre, mouvement qui aboutira à la création de la garde nationale. Quelques malveillants en profitent pour vider leurs querelles personnelles. On s'en prend aux châteaux et aussi aux usuriers. Certains se dressent contre l'Ancien Régime et d'autres contre la Révolution. La milice citoyenne de Clermont-Ferrand se porte à différents endroits pour rétablir l'ordre en septembre 1789, notamment à Saint-Sandoux (Jean-Baptiste Serres: Histoire de la Révolution en Auvergne - Imprimerie Saint-Joseph (Saint-Amand, Cher) et Paris, Vic et Amat - 1895-1899) où des bagarres ont éclaté; un homme est tué et 14 personnes arrêtées par la maréchaussée et la garde bourgeoise de Clermont qui rétablissent l'ordre.
.

Jusqu'à la fin du vingtième siècle, il existait une propriété collective cadastrée sous la rubrique "Habitants de Saint-Sandoux" dont l'origine datait, supposait-on, de la Révolution. La fraction bâtie de cette propriété était située au centre du bourg, sur les Forts. 
.
Les États Généraux, auto proclamés Assemblée constituante, remodèlent la carte administrative de la France. La loi du 14 décembre 1789 met en place la municipalité qui remplace l'ancienne communauté avec des pouvoirs mieux définis. Par la loi du 22 décembre de la même année, l'Assemblée crée les départements, circonscriptions à la fois administratives, judiciaires, fiscales et religieuses. Au nombre de 83, ces départements portent des noms liés à leur géographie physique - cours d'eau, montagnes, mers – et ils sont divisés en districts, cantons et communes; ces dernières vont succéder aux communautés administratives et aux paroisses. A partir de janvier 1790, chaque commune de France organise l'élection de ses élus. Au printemps 1790, une commission est chargée par l'Assemblée du découpage de la France en départements, districts et cantons, et de répondre aux litiges occasionnés entre les villes candidates à des chefs-lieux. Ces réformes administratives ne vont pas sans quelques tâtonnements; pendant une brève période, un canton est formé avec Saint-Sandoux, Plauzat, La Sauvetat et Authezat, les deux derniers villages étant réunis alors en une seule commune, avec Plauzat pour chef-lieu; ce canton disparaîtra plus tard pour céder la place à d'autres regroupements. Les dirigeants des nouvelles entités sont démocratiquement élus par le peuple; ils entrent en fonction à partir de l'été 1790. Les communes, chargées de tenir l'état-civil, vont constituer des archives. Celles de Saint-Sandoux commencent en 1791 par une description du territoire de la commune qui ressemble à une ébauche de relevé cadastral où tous les lieu-dits sont recensés et minutieusement bornés. Ces archives anciennes sont malheureusement très difficiles à déchiffrer.
.
Où il est encore question des orgues basaltiques de Saint-Sandoux... 

Le bourg de Saint-Sandoux offre un des plus étranges accidens des produits volcaniques C'est une chaussée de colonnes basaltiques, disposées de telle manière qu'elles divergent entre elles, comme les rayons d'une gloire. Lorsque le soleil vient à frapper obliquement cette chaussée les effets en sont bien plus piquans. 
. 

Le Voyageur Français - 1790
.
C'est la crise des finances qui a motivé la réunion des États-Généraux. Pour surmonter cette crise, l'idée est venue d'émettre du papier monnaie, les assignats, gagés sur les immenses propriétés du clergé. Mais, la dîme ayant aussi été abolie, il va falloir trouver des ressources pour remplacer les revenus que procuraient les biens du clergé, d'abord pour entretenir les ecclésiastiques, mais aussi pour financer les oeuvres de bienfaisance gérées par l'Église. Les prêtres sont donc convertis en fonctionnaires payés par l'État par la constitution civile du clergé. Celle-ci sera taxée schisme par le pape et deviendra ainsi l'un des principaux obstacles à l'acceptation des réformes par un roi profondément pieux. Par cette mesure imprudente les constituants ont donc sapé les bases du régime de monarchie parlementaire laborieusement élaborées. Les prêtres, fonctionnaires publics, devront prêter serment à la constitution, ce qui serait acceptable pour la plupart d'entre eux, mais aussi à la constitution civile du clergé, ce qui les mettrait en conflit avec le souverain pontife de Romme et n'est de ce fait pas envisageable pour un grand nombre d'entre eux. Il va donc en résulter une autre source de difficultés pour le nouveau régime qui se met en place. Les propriétés du clergé, convertis en biens nationaux, sont mis en vente aux enchères à la chandelle. Ceux qui disposent de moyens renchérissent, ce qui leur permet de se constituer un patrimoine foncier à bon compte. En effet, on ne paie comptant que 12% de la somme, le reste étant remboursé en douze annuités au taux d'intérêt de 5%. L'opération est d'autant plus avantageuse que les acquéreurs peuvent se libérer de leur dette au moyen d'assignats qui perdent rapidement leur valeur d'émission mais sont acceptés par l'État à leur valeur nominale. Bien sûr ces ventes profitent surtout aux commerçants et aux riches bourgeois des villes et des bourgades. Les laboureurs doivent se contenter de maigres lopins, bien que leurs disponibilités aient été gonflées par l'abolition des charges qui grevaient leur revenu avant la nuit du 4 août, au cours de laquelle fut prononcée l'abolition des privilèges, et par l'augmentation du prix des grains consécutive aux mauvaises récoltes. Sur le territoire de Saint-Sandoux, Paulagnat est acheté 210600 livres par un homme de loi du district de Montaigu, le sieur Chandèze (ou Chaudèze), qui dépossède ainsi définitivement l'Ordre de Malte de cette ancienne "préceptorerie" des Templiers. Les Sandoliens moins fortunés ne peuvent guère se payer que des lots d'une centaine de livres. Mais, même si cette redistribution des terres est très inéquitable, elle n'en constitue pas moins une étape importante de la diffusion de la propriété foncière dans notre pays. Les assignats, devenus à peu près sans valeur, disparaîtront en 1796.

Autre conséquence de la Révolution, le droit de chasser, qui était jusqu'à présent un privilège de la noblesse, est étendu à l'ensemble des villageois. Le gibier est abondant en Auvergne où l'on trouve des sangliers, des chevreuils, des lièvres, des lapins et des perdrix, rouges et grises, sans oublier les lapins de garennes et les oiseaux migrateurs de passage. Malheureusement, il y a aussi des renards, qui s'en prennent aux poulaillers, et aussi des loups qui s'attaquent aux troupeaux, en priorité aux brebis mais également aux bovins, lorsque la faim les fait sortir du bois. A partir du Consulat, une prime est versée aux chasseurs qui tueront un loup. La généralisation de la chasse familiarise le peuple des campagnes avec l'usage des armes à feu et prépare les jeunes à l'emploi de soldat; elle réduit rapidement la faune sauvage et entraîne en particulier la disparition des loups.
.

.
Dès mars 1791, la municipalité demande l'autorisation de procéder à la vente des biens de la communauté des prêtres filleuls et de la maison prieurale, située aux Suchères, tout en réservant une partie de ces biens pour loger le curé et le pourvoir d'un jardin à la Fontille, ainsi que la loi le prévoit, et aussi pour déplacer dans un pré des ci-devant prêtres filleuls le cimetière, prolongé sous les dalles de l'église, au milieu du bourg. La municipalité réclame aussi le fourniment nécessaire pour armer la garde nationale car elle ne dispose pas des fonds suffisants pour cet objet. De ces demandes, seul l'équipement de la garde nationale recevra une réponse favorable. En contrepartie, le procureur du département enjoint à la municipalité de pourvoir le curé assermenté d'un presbytère. La municipalité pense à la maison prieurale, mais celle-ci a été vendue à un notaire de Saint-Amant! Ce dernier se fait tirer l'oreille pour la rendre; il finit cependant par acquiescer et le curé constitutionnel est logé.

Au début de la Révolution, la paroisse de Saint-Sandoux était desservie par cinq prêtres: le curé Ligier (ou Léger) de la Rochette, son vicaire Martin Boucheix (ou Bouchet, ou Roucheix), Jean-Baptiste Diéry Gauthier vicaire communaliste, Blancher et Didier Gauthier (ou Gautier), communalistes. Ces prêtres refusent de prêter serment à la constitution civile du clergé. Ils ne sont pas les seuls, loin s'en faut, et ce refus opposé par de nombreux curés emporte des conséquences négatives imprévues dans les campagnes. En Auvergne, les curés jureurs sont généralement mal accueillis. On préfère assister aux offices des prêtres réfractaires dans des granges.

Le 24 mai, Pierre Verdier, est nommé prêtre de Saint-Sandoux par l'assemblée électorale du district, avec rétribution de 1200 livres. Cette nomination est entérinée, le 4 juin, par l'évêque du diocèse de Clermont, monseigneur Périer. Le dimanche 12 juin 1791, à 10 heures du matin, le nouveau curé est introduit dans l'église, en présence de la Garde nationale, de la municipalité et des fidèles. La présentation faite, Pierre Verdier monte en chair et jure fidélité à la nation et au roi ainsi que de maintenir de tout son pouvoir la Constitution décrétée par l'Assemblée nationale et acceptée par le roi. Après quoi le nouveau curé, se dirige vers la sacristie, endosse les habits sacerdotaux et l'étole, et célèbre la grand-messe chantée par Pierre Ferdinand Coignet, prêtre, ci-devant carme, en présence de la Garde nationale et d'un grand nombre de fidèles. Un curé constitutionnel est donc à Saint-Sandoux mais la plupart des fidèles ne suivent pas cet intrus; ils continuent de faire confiance pour les sacrements à leurs anciens prêtres. Dès le 24 juin 1791, Verdier se plaint à la municipalité des manquements du prêtre communaliste Gauthier, lequel refuse d'assister à la messe le dimanche et de participer aux processions. Il se dit dans l'impossibilité de célébrer les offices dans les règles à défaut de vicaire pour les chanter. Il s'en suit une cascades d'interventions infructueuses de la municipalité auprès des prêtres réfractaires.

Le 6 octobre 1791, une des premières lois de l'Assemblée législative, qui vient de succéder à la Constituante, charge les communes de la réglementation des vendanges. Ces dispositions resteront en vigueur jusqu'à la troisième république. Tous les ans, et sous tous les régimes qui se succéderont, les édiles de Saint-Sandoux continueront à respecter cette loi (voir  ici). Pour comprendre la portée de cette mesure, il convient de préciser que, sous l'Ancien Régime, l'organisation des vendanges était du ressort du seigneur; s'il possédait des vignes, le seigneur pouvait donc être tenté de retarder la publication de la date des vendanges après l'achèvement de sa propre récolte afin de pouvoir vendre son vin avant les paysans.

L'Assemblée législative, tentative avortée de monarchie parlementaire, ne connaîtra qu'une existence éphémère. La Révolution va bientôt s'emballer, en partie sous les pressions de l'extérieur, en partie par le nombre élevé de députés républicains et aussi par les réticences de Louis XVI, sans cesse humilié par la majorité de l'Assemblée et qui est travaillé par le remords d'avoir laissé s'installer dans son royaume un schisme condamné par le pape. Le 10 août 1792, le roi Louis XVI sera renversé; emprisonné, puis condamné à mort, il sera exécuté le 21 janvier 1793. Des échos de ces événements dramatiques parviennent à Saint-Sandoux où les lois principales venues de Paris sont soigneusement calligraphiées sur les registres municipaux.

Le 27 mai 1792, donc avant la chute de la monarchie, l'Assemblée législative décrète la déportation des prêtres insermentés dont la présence dans leurs anciennes paroisses est l'occasion de troubles fréquents, non seulement en Vendée, mais également dans beaucoup d'autres régions de France, notamment en Auvergne. Le 26 août 1792, à peine plus de deux semaines après la chute de la monarchie, l'Assemblée législative durcit cette mesure en décidant la déportation en Guyane des prêtres qui ont refusé de prêter le serment prescrit ou l'ont renié et qui ne seront pas sortis de leur département sous les huit jours. La Rochette et Roucheix, obéissant à la loi, quittent Saint-Sandoux. Mais Gauthier, qui est natif du village, refuse de s'incliner. Le 2 septembre 1792, la municipalité, excédée par les refus successifs de ce dernier, prend une mesure de rétorsion en vendant par adjudication les fruits des vergers des prêtres communalistes situés à la Fontille. Gauthier est contraint de quitter le domicile paternel pour entrer dans la clandestinité. Le 4 novembre 1792, la municipalité se fait remettre les registres de la paroisse, tenus seulement depuis 1670, et nomme son secrétaire, Bouviet, officier de l'état civil. Le 25 décembre suivant, cette fonction est restituée au curé jureur Verdier qui sera désormais chargé d'enregistrer les naissances, les mariages et les décès, comme sous l'Ancien Régime, mais au nom de la municipalité.

Les édiles sandoliens délivrent des attestations de résidence pour éviter à ceux qui sont suspectés à tort d'émigration de perdre leurs biens ou leur vie, notamment au châtelain, Monsieur le marquis de Montaignac (ou Montagnac), ce qui ne l'empêchera pas de se réfugier, comme tant d'autres à l'étranger jusqu'au Consulat (voir encadré ci-dessous); toute la famille n'a pourtant pas dû quitter la France puisque ses propriétés n'ont pas été saisies. Des certificats de civisme sont également remis à ceux qui le méritent et en ont besoin. La patrie étant menacée, des citoyens s'engagent, dont un Vialle, peut-être un de mes lointains ancêtres; on dresse la liste des enfants âgés de plus de 18 ans susceptibles de partir pour les frontières. En 1791, le Puy-de-Dôme fournit un premier bataillon de volontaires; en juillet et août 1792, deux nouveaux bataillons sont constitués; le premier, qui est dirigé sur Colmar, se montre beaucoup moins discipliné que celui de 1791: il se livre en chemin à la maraude et, dès Aygueperse, les désertions commencent. En milieu rural, les gardes nationaux sont organisés par canton; ceux de Saint-Amant Tallende sont tirés au sort; on trouve parmi eux beaucoup de natifs de Saint-Sandoux, d'autres de Saint-Saturnin et de Saint-Amant et aussi un garçon né à Issy, près de Paris. Il est possible de se faire remplacer, avec l'accord de la municipalité; ce sera le cas de Ligier Tourre Rigaud qui, "vu le besoin qu'il fait à sa famille" sera unanimement reconnu remplaçable par le Conseil de la commune, le 13 mars 1793, an 2 de la République française; Guillaume Gardon, "âgé de 20 ans, de la taille d'environ cinq pieds, nez aquilin, bouche moyenne, yeux gris, cheveux fournis, front large, menton rond, légèrement marqué de petite vérole..." le remplacera; en l'absence de photo, une description minutieuse s'impose pour identifier la personne!
. 

Montagnac (François-Antoine, marquis de), député de 1816 à 1821, né à Riom (Puy-de-Dôme) le 29 décembre 1764, mort à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 3 septembre 1825, émigra à la Révolution et ne rentra en France qu'à l'époque du Consulat. Riche propriétaire à Saint-Sandoux, il fut élu, le 4 octobre 1816, député du grand collège du Puy-de-Dôme, par 159 voix, 227 votants, 280 inscrits. Il siégea au côté droit, et, en 1817, à propos de la discussion du budget, prit la parole pour déclarer qu'il partageait l'opinion de M. de Bonald sur les Suisses. L'assemblée ayant voté l'impression de cette phrase de son discours, il fut le seul à s'y opposer. Il quitta la vie politique en 1821 (Dictionnaire des parlementaires). 

Remarque: D'après Serres (La Révolution en Auvergne), Monsieur de Montagnac ne serait jamais sorti de France et son émigration aurait été inventée par le révolutionnaire Monestier pour le compromettre. Si cela est vrai, pourquoi figure-t-il comme émigré dans le Dictionnaire des parlementaires?

.
La Révolution se radicalise et l'opposition se fait aussi plus vive. Cette situation n'arrange pas les affaires du curé jureur qui, malgré tout l'apparat déployé lors de son installation, reste rejeté par ses paroissiens. Tout le monde est contre lui; les catholiques de Saint-Sandoux lui mènent la vie dure; d'après Gaultier de Biauzat, on le menace même de pendaison. Une minorité mise à part, les fidèles n'acceptent pas la communion de ses mains et continuent de demander les sacrements à leurs anciens prêtres. En octobre 1792, le maire Dominique Magaud, se basant sur des règlements de police de 1790, fait fermer les auberges pendant le temps des offices afin d'inciter les paroissiens à y assister. Mesure vaine qui n'améliore pas la fréquentation des messes! Décontenancé, Pierre Verdier pousse la municipalité à prendre des mesures tracassières à l'encontre de son opposition sacerdotale, surtout contre l'abbé Gauthier. Comme on l'a vu, ce dernier a déjà été contraint de quitter son domicile; le 23 avril 1793, une nouvelle mesure est prise à son encontre : les scellés sont mis sur la maison et les biens du prélat réfractaire sont confisqués au profit de l'État. Cependant comme, selon la législation en vigueur, la déportation entraîne la mort civile de celui qui y est soumis, et ses biens sont en partie restitués à son héritier naturel, en l'occurrence à son père, qui en fait don à la commune, au grand dam des frères du curé lesquels se pourvoiront plus tard en justice pour tenter de les récupérer. Les propriétés des prêtres réfractaires placés sous séquestre sont loués, pour être exploités, à des personnes de la paroisse. Une adjudication confie l'exploitation des biens maternels de l'abbé Gauthier à son frère Michel et à son beau-frère Antoine Rives. Il n'y a évidemment pas transfert de propriété et les adjudicataires sont tenus de s'acquitter d'une ferme pendant toute la durée de leur bail. A peu près à la même époque, pour manifester son zèle révolutionnaire, le comité local de surveillance fait abattre les créneaux des remparts.

Le 28 avril 1793, des commissaires viennent de Clermont à Saint-Sandoux, escortés par des gendarmes, pour faire des visites domiciliaires, recenser les grains et combattre le fanatisme. S'étant aperçus que celui-ci pouvait être entretenu par le culte particulier que l'on rend à la Vierge Marie dans deux chapelles, l'une au bourg, quartier des Barquets, sous la dénomination de Notre Dame de Bon Secours, et l'autre hors du bourg appelée Notre Dame des Prés, les commissaires somment les citoyens curé et vicaire de se revêtir de leurs habits sacerdotaux afin d'aller faire en procession l'enlèvement des images de la Vierge, ce qui ne peut avoir lieu que pour celle de Notre Dame du Bon Secours attendu la fin du jour. On renvoie au dimanche suivant l'enlèvement de Notre Dame des Prés. Le 14 frimaire, les commissaires et leur escorte reviennent pour terminer le déménagement, mais, arrivés à la Chapelle de Notre Dame des Prés, ils trouvent la porte enfoncée et l'image de la Vierge disparue! On ne la retrouvera jamais; elle sera remplacée par une autre statue de la Visitation. L'expédition dans les chapelles s'accompagne d'une nouvelle injonction du conseil municipal, assortie de menaces, obligeant les citoyens à assister aux offices sous peine de dénonciation aux corps administratifs supérieurs, admonestation qui n'aura pas plus d'effets que les précédentes.
.

La nouvelle statue de la Visitation aujourd'hui dans l'église
.
Le 9 juin 1793 sur la demande des autorités supérieures, plus aucune miséricorde n'est accordée aux "méchants et à tous ceux qui refusent d'écouter le langage de la raison"; le Conseil de la commune, dans lequel figure le citoyen Pierre Verdier, curé (les prêtres sont alors des fonctionnaires, ne l'oublions pas), élit les trois membres qui formeront le Comité de Sûreté générale: "jean julhiard, pierre ferdinand coignet et pierre martin boulanger"; selon l'écriture approximative de l'époque, où l'on semble ignorer les majuscules, considérées peut-être comme des symboles de l'Ancien Régime, on ne sait pas si boulanger est un nom de famille ou l'indication de la profession; rappelons-nous aussi que Pierre Ferdinand Coignet est prêtre! Ce redoutable trio ne va pas tarder à entrer en fonction. Le 15 août 1793, une dénonciation rapporte que des attroupements de femmes et de filles se tiennent dans la cave de quelque suppôt du fanatisme, au moment de la célébration de la messe par le prêtre officiel dans l'église. Le lendemain, plusieurs personnes (24 femmes), qui s'étaient déplacées dans la campagne, au lieu-dit La Garde, sont découvertes, priant à genoux, chapelets et livres pieux en mains; le Conseil de la commune dresse un procès verbal des faits et, après avoir soigneusement compté missels et chapelets, l'envoie au Directoire du district afin que celui-ci "dispose, dans sa sagesse, quel parti il conviendrait de prendre pour punir ces insurgés." On ne connaît pas la suite qui fut donnée à cette affaire mais on sait qu'à la Sauvetat le Directoire du district fit tondre et fouetter la mère d'un émigré.  

La Convention a offert une prime de 50 francs à tous ceux qui contribueraient à l'arrestation d'un prêtre soumis à la déportation (deux fois plus que pour la tête d'un loup d'après Jean-Baptiste Serres!) Le 30 juin 1793, François Martin, cultivateur à Saint-Sandoux, déclare avoir rencontré dans le territoire de Parament le sieur Diéry Gauthier, prêtre ci-devant communaliste. Mais, comme il s'apprêtait à le saisir, en vertu de la loi, le-dit Gauthier s'est enfui à travers les blés. François Martin ajoute que Jean Martin a fait obstacle à l'arrestation, sous le prétexte que la poursuite gâterait son blé. Cependant, François Martin, en traversant des pièces de blé pour se saisir du fuyard, est tombé sur un sac de toile dans lequel se trouvaient un torchon et une écuelle de terre avec quatre oeufs, des pois et quatre livres de pains de ménage en plusieurs morceaux, plus une tasse en bois, plus le premier tome d'un dictionnaire portatif des faits et édits mémorables de l'histoire ancienne et moderne, portant la suscription: Gauthier, vicaire du Port. Quelques pas plus loin, gisait un pot de terre noire vide avec une cuillère d'étain et un couvert de fer blanc. Finalement, François Martin déclare que Mary Fangon et Antoine Rives, valets de la citoyenne Labourier, tous les deux de Saint-Sandoux, se sont approchés pour lui donner main-forte; mais lorsqu'ils se sont aperçus que c'était l'abbé Gauthier, ils lui ont dit:  "Laisse le se sauver; qu'il aille se faire prendre ailleurs et ménageons nos blés." Gauthier finira par être pris et transporté à Bordeaux où il mourra, à l'hôpital Saint-André, en instance de départ pour l'exil forcé, en 1794, âgé de 53 ans.
.

Georges Auguste Couthon (1755-1794)
.
La guerre se déchaîne aux frontières et l'insurrection qui gronde en Vendée, en Normandie, à Toulon, à Lyon et, pas si loin que ça du Puy-de-Dôme, dans le Vivarais et en Lozère, menace le nouveau régime de l'intérieur. La levée en masse est décrétée "pour abattre les ennemis de la République et les rebelles" qui déchirent son sein. Le 24 février 1793, la Convention décide la mobilisation de trois cent mille hommes. Le Puy-de-Dôme est chargé de recruter un nouveau contingent de sept mille deux cent quatre-vingt hommes.

A l'appel de Couthon, représentant du peuple, natif d'Orcet, la commune de Saint-Sandoux ne reste pas inactive; tous les citoyens en âge de marcher sont dirigés sur Clermont-Ferrand, puis sur Ambert. C'est la cohue! La presse est telle que les enrôlements traînent; beaucoup se demandent si leur zèle n'est pas quelque peu intempestif; ils se disent que la terre du village, faute de bras, va rester inculte et que des maux aux conséquences incalculables vont s'abattre sur leurs foyers, faute de récoltes l'année prochaine; plusieurs reviennent sur leurs pas, certains pour des "motifs secondaires" selon la savoureuse expression de la municipalité. Cette dernière en réfère à Couthon; le tribun prend un nouvel arrêté qui autorise la commune à fournir un contingent d'au moins trente individus, selon les modalités qui lui conviendront. L'Assemblée du village est convoquée, à son de cloche, dans l'église, pour procéder au tirage au sort de trente deux jeunes citoyens aptes à porter les armes, "parmi ceux qui sont les moins utiles à la paroisse"; Les citoyens dont les parents sont vieux et infirmes, ou dont les frères sont déjà aux armées, sont exemptés et remplacés; et le Conseil de Saint-Sandoux frappe les propriétaires d'une taxe, en faveur de ceux qui seront désignés par le sort pour devenir soldats. Une liste de 35 noms tirés est dressée; on y retrouve des patronymes familiers aux anciens de la commune (Amblard, Arnaud, Martin, Rives, Davignon, Gauthier, Fangon, Ribouleyre... dont plusieurs domestiques, mais peut-être aussi des membres de la famille du maire Mathieu Tourres, qui a succédé à celui de la Législative: Magaud, sans doute comme étant plus analogue aux événements, pour reprendre une expression de l'époque). Parmi ces pseudo volontaires, et ceux des levées suivantes, plusieurs déserteront, au mépris des peines sévères prévues par la loi, les conscrits récalcitrants risquant cinq ans de fers tandis que leur famille peut se voir imposer une amende ou des garnisaires, officiers et soldats, qu'elle doit loger, nourrir et solder, peines qui resteront peu ou prou en vigueur jusqu'à la fin de l'Empire. Il faut cependant signaler que plusieurs soldats seront portés déserteurs par erreur car, dans cette période troublée, les états de situation ne sont pas tenus avec la rigueur souhaitable. A titre d'exemple un dossier sur les déserteurs de 1793 originaires de Saint-Sandoux a été constitué pour cette période (voir ici).

Si les opérations de tirage au sort se sont apparemment déroulées sans trop d'encombre dans notre village, il n'en est pas de même partout ailleurs. Dans maints villages, elles donnent lieu à une vive résistance des intéressés, travaillés en sous-main par les prêtres non-jureurs, du moins les révolutionnaires le pensent-ils. On comprend mal pourquoi, puisque l'on est libre et que le roi est mort, on doit aller se faire tuer aux frontières! Dans certains endroits de véritables émeutes éclatent, rappelant celles de la Vendée, et plusieurs meneurs, ou soi-disant tels, sont arrêtés et guillotinés. Ces mouvements d'humeur n'empêcheront pourtant pas les levées du Puy-de Dôme de se battre contre les insurgés de Lyon, de la Lozère et de la Vendée.

Malgré les mesures sévères prises à l'encontre de ses opposants, la situation du prêtre intrus de Saint-Sandoux continue de se dégrader. "Ma position est insoutenable, écrit-il; je n'ai pas un cinquantième de fidèles et la municipalité m'est hostile". En désespoir de cause, Pierre Verdier jette l'éponge, le 1er décembre 1793, pour se réfugier à Clermont-Ferrand (Jean-Baptiste Serres: Histoire de la Révolution en Auvergne - Imprimerie Saint-Joseph (Saint-Amand, Cher) et Paris, Vic et Amat - 1895-1899 et Jean Anglade: Les Grandes Heures de l'Auvergne - Perrin - 1984) tandis que son vicaire, Ferdinand Coignet, ne va pas plus loin que Saint-Saturnin, où il envisage un moment de renoncer à ses voeux pour convoler en justes noces. Ces deux clercs n'avaient d'ailleurs pas vraiment d'autre choix; avec l'avènement du culte de la déesse Raison, ils auraient été en butte aux persécutions d'une partie des révolutionnaires, au même titre que les prêtres réfractaires, sauf à abjurer leur foi, sans être protégés par les autorités constituées, et auraient été condamnés, non pas à la portion congrue, mais à la charité de leurs paroissiens, c'est-à-dire à mourir de faim!

Le départ du prêtre entraîne l'inventaire du mobilier de l'église: deux calices avec leurs patènes, deux ciboires, une boite aux huiles pour les malades, une boite double pour baptiser, un soleil, une croix d'argent, un reliquaire du même métal, un autre en cuivre, une croix en cuivre, un encensoir avec sa navette, un bénitier dans la sacristie, un autre dans l'église, quatre chandeliers au maître-autel, quatre à un autre autel, douze chasubles de différentes couleurs avec leurs accessoires, quatre chapes, trois aubes et trois surplis, deux missels, un antiphonaire, un graduel et des processionnaux, plus six autres chandeliers de cuivre et un Christ, différentes armoires et crédences dans lesquelles sont contenus des voiles et garnitures pour les autels et les statues. Tout ces objets du culte sont laissés dans l'église qui est fermée à clef. Ils n'y resteront pas longtemps. Obéissant aux ordres du district, la municipalité inventorie l'argenterie et l'apporte au département. Le lendemain du retour des délégués, munis d'un récépissé de dépôt de quatorze marques et six onces d'argent, l'église sera entièrement dévastée.

Le 18 frimaire (décembre 1793), au moment où les officiers municipaux se retirent de la salle de leurs séances pour gagner leur logis, vers 10 heures du soir, leur attention est en effet attirée par une vive lumière qui brille devant de la porte de l'église; ils s'approchent intrigués et trouvent un grand brasier alimenté par des sarments et d'énormes bûches. Tout autour, des rôdeurs sont entrevus, mais non reconnus. De plus en plus étonnés et flairant quelque mauvaise affaire, ils se rendent à la porte de l'église et s'aperçoivent qu'elle a été enfoncée. Pénétrant dans le sanctuaire, ils constatent que tout a été enlevé ou cassé; brisés les armoires de l'église, les crédences de la sacristie, les retables des autels; emportées les statues, les tableaux et les rideaux dont ils étaient recouverts, les cinq lampes qui servaient à éclairer et à orner le sanctuaire, les chandeliers, les bénitiers, les croix, les linges, les chapes, chasubles, aubes et surplis. Après cette constatation qui dure deux heures, les municipaux mandent un notable de la localité et lui ordonnent, avant de se retirer, de barricader la porte de l'église. Les recherches immédiatement effectuées permettent de retrouver des objets dans le four de la commune. Le lendemain on découvre une chasuble lacérée et un missel, déposés l'un et l'autre au fond d'une ruelle. On porte ces deux objets dans l'église et, au moment où l'on s'apprête à ouvrir la porte, on la trouve à nouveau fracturée. Un second pillage s'est produit au cours duquel ont disparu les pierres sacrées des autels et tout ce qui avait été retrouvé dans le four de la commune. Sept garnitures d'autel sont tombées des mains des ravisseurs qui, sans doute par crainte d'être surpris, ne s'abaissèrent pas pour les ramasser et les laissèrent éparses au milieu de la nef.
.

Evolution démographique: en 1789, la population de Saint-Sandoux s'élevait à 1460 habitants. En 1793, le village compte 260 citoyens actifs (votants) pour 1500 habitants. Malgré les troubles, la population continue de croître. 
.
Ces événements, ainsi que les réquisitions militaires, suscitent une grande effervescence dans la commune et les édiles en réfèrent au district. Pendant trois mois les jeunes gens s'attroupent dans les rues et sur les places publiques, tiennent club dans les auberges et assaillent à coups de pierres les portes et les vitres des maisons particulières. Un règlement de police renforcé interdit jusqu'à la paix les rassemblements, le port de masque et les éclats de voix, sous peine d'amende. En application des décisions de la Convention, le 20 nivôse an II (janvier 1794), à deux heures de l'après-midi, un autodafé des titres féodaux de l'église paroissiale, des commanderies d'Olloix et de Paulagnat et du marquis de Montaignac, a lieu sous les applaudissement de la foule réunie pour la circonstance; ainsi entrent en application à Saint-Sandoux les lois de juillet 1793 qui ont durci les dispositions de la nuit du 4 août 1789 en abolissant sans indemnité les dernières survivances du régime féodal. Le maçon Jean Paquet est chargé d'effacer dans l'église et sur les autres monuments publics, moyennant rétribution de 15 livres, tous les emblèmes de la royauté et de la féodalité. L'église devient la propriété de Blaise Guillaume et l'autel du rosaire est vendu à un autre habitant. Le 25 nivôse, deux commissaires arrivent de Clermont-Ferrand pour descendre les cloches et abattre le clocher, en application de l'arrêté des représentants Couthon et Maignet du 15 novembre 1793. La municipalité se charge de la démolition et, comme dédommagement, les commissaires lui font cadeau des débris. L'horloge du clocher est toutefois conservée. Précisons que les cloches devaient fournir du métal pour couler des canons. La mise en oeuvre de la démolition du clocher et des créneaux de la maison prieurale traîne un mois et demi; plusieurs adjudicataires se présentent, avec des exigences plus ou moins élevées, selon leur esprit de lucre ou leur civisme; finalement, le 30 germinal (avril 1794), on décide de requérir les maçons de la commune qui recevront, pour cette tâche, une indemnité raisonnable; les ouvriers devront veiller à la conservation des matériaux et à la préservation du toit et des voûtes de l'église. Mais le clocher reste toujours debout et les autorités supérieures, qui s'impatientent, fulminent un rappel à l'ordre qui sème la panique et pousse les feux; le 27 prairial (juin 1794), les premiers coups de pioche démolissent l'antique tour carrée; les maçons recevront l'indemnité maximum des journées: 1 livre 5 sols.

Pour éradiquer la superstition, on oblige les gens du village à célébrer les fêtes décadaires du calendrier révolutionnaire et à renoncer au repos dominical comme à la célébration des fêtes religieuses sous peine d'arrestation. Ces obligations sont proclamées par voie d'affiche et son de trompe aux carrefours. Le 8 nivôse (décembre 1794), le représentant du peuple Musset, ordonne la démolition des croix. Cette mesure entraîne une riposte: l'arbre de la liberté, qui s'élevait sur la place, est scié pendant la nuit au ras du sol! Des membres de la municipalité: Pierre Andrieux, Blaise Guillaume, François Rives rétractent les serments antireligieux qu'ils ont prononcés.

Le 13 messidor an II (1er août 1794), la municipalité indique à l'Administration que, faute de disposer d'une maison commune, elle tenait séances dans la maison du ci-devant curé de La Rochette mais que, cette maison ayant été affermée par le district à deux citoyens et ceux-ci désirant en prendre possession, il leur faut trouver un nouveau local. Il existe bien une autre maison nationale, celle de l'ancien prieur, qui servait autrefois de cure, mais elle occupée par le citoyen Tourres qui ne l'habite pas et qui ne possède pas de droit sur elle. La municipalité demande de jouir provisoirement de cette maison qui sera vendue trois ans plus tard à François Monestier pour la somme de 810 livres.

Grâce à la levée en masse, qui a permis de former quatorze armées, la République triomphe. Le danger écarté, le régime de la Terreur est renversé. Le Directoire lui succède. Le catholicisme refait surface. Certains ecclésiastiques profitent de cette accalmie pour sortir de leurs retraites. Les abbés Maugues, Mauliot, des Martres-de Veyre et même un prieur des environs de Nice, apparaissent à Saint-Sandoux. L'abbé Blanchier, prêtre émigré rentré en France, ancien curé de Gerzat, se réfugie à Saint-Sandoux, le 12 septembre 1795, et il n'en partira qu'en août 1798 (Mémoires de l'Académie des Sciences, belles-lettre et arts de Clermont-Ferrand). Entre tous, le prêtre qui distribua le plus régulièrement les secours de la religion, fut l'abbé Lavelle, originaire de Chaynat près Ludesse, mort curé de Montaigut-le-Blanc en 1838. Pendant la période révolutionnaire, il s'enfuit sous un déguisement dans le Bourbonnais, revient en Auvergne où il est pourchassé de localité en localité par les sans-culottes et arraché à la mort grâce au dévouement d'un  fidèle. Dans les archives de la paroisse de Saint-Sandoux, on tenait de lui un registre où étaient consignés les actes de baptême qu'il fit en 1798, 1799 et 1800. Pendant ces trois années, 75 enfants reçurent de ses mains ce sacrement: les uns âgés de six mois, les autres de plusieurs années, des paroisses de Saint-Sandoux, d'Olloix, de Ludesse, de Chaynat, de Champeix, de St Julien et même de Neschers.

La situation du clergé reste néanmoins précaire et les lois contre les prêtres réfractaires et les émigrés sont bientôt réactivées. Le Directoire, régime faible et corrompu, ne peut se maintenir au pouvoir, qu'en frappant alternativement les royalistes et les révolutionnaires. Au cours de l'un de ces coups d'État, celui du 18 fructidor, entrepris contre les royalistes, un religieux natif de Saint-Sandoux, nommé Hugues Fournier, est déporté à Sinamary, en Guyane, sur le navire la Décade. Cet homme avait peut-être refusé de prêter serment à la constitution civile du clergé et professait sans doute des opinions royalistes. En tout cas son nom figure sur la liste des proscrits mentionnés dans les mémoires du chansonnier Ange Pitou, condamné en même temps que lui. Comme beaucoup d'autres déportés, il périt misérablement, victime de l'insalubrité d'un territoire que l'on appelait la guillotine sèche. Il partit vers son destin du port de Rochefort, d'après la "Liste générale des déportés par la Loi du 19 fructidor, an V" rédigée par Louis Petit, l'un des convicts, où il figure sous la mention "Fournier, chartreux, Clermont".
.

Extrait de: "Voyage à Cayenne" - L. A. Pitou -1807
.
Sous la Révolution, les problèmes posés par les fontaines, dont il a déjà été question, n'ont toujours pas été réglés. En 1791, la fontaine du Marmelet, une fois de plus est en panne. En 1792, l'Assemblée municipale constate la dégradation de la fontaine Notre-Dame-de-Bon-Secours et estime qu'il est nécessauire que le bac soit toujours plein pour éteindre les incendues et déplore que l'on y trempe et lave des choses sales, ce qui peut provoquer des maladies aux bestiaux.

Le Directoire cède la place au Consulat lors du coups d'État du 18 brumaire an 8 (9 novembre 1799). Le général Bonaparte accède au pouvoir suprême. Les tentatives d'assassinat royalistes en feront dans cinq ans un empereur. La monarchie est restaurée grâce à l'action des royalistes, mais ce n'est pas un Bourbon qui monte sur le trône! Les maires ne sont plus élus selon les dispositions des assemblées révolutionnaires, mais désignés par le pouvoir central, en application du senatus consulte du 28 floréal, an 12. Les notables reviennent au premier plan et le notaire Girard va remplacer les maires de la période révolutionnaire.

En 1802, l'abbé de la Rochette quitte la terre d'exil et revient à Saint-Sandoux reprendre l'exercice de son ministère interrompu en 1791. Le 25 prairial an XI (juin 1803), il est officiellement réinstallé curé de la paroisse par le maire Antoine Girard. La municipalité se dispense de fournir un logement au prêtre puisqu'il dispose d'une maison personnelle mais elle lui assure un traitement de 700 francs et un autre de 500 francs à son second, l'abbé Brochet. On entreprend la reconstruction du clocher en ruine avec le concours des habitants; il faudra 78 journées de travail qui seront payées, par le maire et les marguilliers François-Amable Martin et Hugues Courtial, entre les mains d'un entrepreneur de Saint-Amant Tallende; ce sera chose faite le 8 fructidor an XII (août 1804).

En 1802-1803 (An X), le notaire Magaud vend la terre sur laquelle est située la chapelle Notre-Dame des Prés à François Monestier. Il avait acquis cette terre en 1794.

Au début de l'Empire, on assiste à une amélioration sensible des conditions de vie de la paysannerie auvergnate et à la poursuite de la constitution de son patrimoine foncier. Le prix du blé a augmenté et la pression fiscale a baissé par rapport à l'Ancien Régime. Par ailleurs, l'offre de terres est en augmentation, la bourgeoisie revendant les biens nationaux acquis pendant la Révolution, faute de pouvoir les cultiver elle-même, et la noblesse, de retour d'émigration, s'efforçant de reconstituer ses moyens financiers en cédant une partie de ses biens. Cette situation favorable permet aux laboureurs d'agrandir leurs propriétés. Quelques indications des prix pratiqués à Clermont-Ferrand permettent de se faire une idée du niveau de vie de l'époque; une pinte* de vin coûte 15 centimes, un poulet 1,40 francs, un dindon 4,50 francs et une douzaine d'oeufs 90 centimes (Manuscrit de N. Ordinaire, dans Le Puy de Dôme au soir de la Révolution par A. Poitrineau - Moulins - Institut d'Études du Massif Central - 1989). Ces prix sont à rapprocher du salaire quotidien d'un manoeuvre qui s'élève entre 2 ou 3 francs. A titre de complément, voici quelle fut l'évolution du prix de la ration de pain de munitions durant les dernières années de l'Empire à Clermont-Ferrand; elle varie de 20 centimes en 1810 à 35 centimes en 1812 pour redescendre à 25 centimes en 1813; le pic de 1812 est la conséquence de la crise frumentaire qui sévit en 1811 par suite des aléas climatiques; l'apport des châtaignes permet heureusement de faire face, par substitution, au déficit de grains (Fabien Pacaud - Du coeur des volcans au fracas des combats - La compagnie de Réserve départementale du Puy-de-Dôme 1805-1814 - Bibliothèque Martial-Lapeyre de la Fondation Napoléon).

* La pinte est une unité de mesure des volumes liquides de l'Ancien Régime qui variait suivant les régions. La pinte de Paris valait à peu près 1 litre.

En 1805, les frères Gauthier (ou Gautier) de Saint-Sandoux sont déboutés de la plainte qu'ils ont déposée pour recouvrer les biens de l'abbé leur frère, mort en 1794, après avoir été arrêté et déporté. Ils ont appuyé leur requête sur le fait que l'abbé n'a jamais été inscrit sur la liste des émigrés et, qu'au moment de sa mort, le 11 nivose an 3, la loi du 17 nivose an 2 faisait d'eux ses héritiers. La Cour estime, au contraire que l'abbé Diery-Gautier, qui a refusé de prêter le serment requis par la loi, a subi la peine prévue pour ce manquement, selon une procédure régulière, en application de la législation alors en vigueur, et qu'il n'y a donc pas lieu à révision (Recueil général des lois et des arrêts en matière civile, criminelle, commercial et de droit public depuis l'avènement de Napoléon - An 14 - 1805-1806 - Jurisprudence de la Cour de Cassation).

L'Europe s'oppose à Napoléon dans une longue suite de guerres. La conscription entraîne de fortes réticences en Auvergne. Les réfractaires au service militaire y sont nombreux. De vigoureuses mesures répressives doivent être prises. Elles frappent bien sûr les conscrits réfractaires mais aussi leurs parents et même les voisins de ces derniers. Les amendes en argent ou en nature pleuvent; les récoltes des récalcitrants sont confisquées. C'est ainsi qu'un jugement du Tribunal de Clermont condamne en 1804 à une amende de 1500 francs, somme considérable pour l'époque, deux familles de Saint-Sandoux. Il s'agit de Louis Roche et Antoinette Rives, parents du conscrit Antoine Roche, et Jean Mauge et Catherine Lamy, parents du conscrit Guillaume Mauge (André-George Manry: Histoire d'Auvergne - Édition Volcans -1965). Les fautifs se voient imposer le logement et la nourriture de garnisaires. Les réfractaires repris sont sévèrement punis; ils sont dirigés, parfois chargés de fer, sur des dépôts spéciaux; vers la fin de l'Empire, on leur rase le crâne et on les verse dans des unités où la discipline est appliquée avec une grande sévérité. En 1805, d'après les mémoires du général Roguet, Napoléon estime que le 21ème léger, a lui tout seul, compte dans le Puy-de-Dôme 300 déserteurs qu'il faut faire ramasser par la gendarmerie; l'Empereur pense que les déserteurs doivent payer, au service de la conscription, une amende proportionnée à leur fortune. La guerre d'Espagne, terre d'émigration de la Haute Auvergne, mal accueillie par une population qui conserve de nombreux liens avec ce pays, les levées d'hommes, de plus en plus importantes au fur et à mesure que la fin de l'Empire approche, ne peuvent qu'accroître encore l'hostilité des campagnes à l'encontre de la conscription, sans parler des démêlés avec le Pape, qui ternissent l'image de l'Empereur, auprès d'une population restée profondément religieuse. A l'occasion du mariage avec Marie-Louise, une amnistie est décrétée, mais elle ne suffit pas à ramener les insoumis dans le devoir et il faut à nouveau faire sillonner le territoire par des colonnes mobiles destinées à mettre la main au collet des rebelles au service armé. Selon Sinniger (La conscription dans le Puy-de-Dôme - An VII-1815 - Mémoire de maîtrise à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, 1948), sur le 1400 hommes exigés pour le Puy-de-Dôme, sur les classes de 1809 à 1813, pour la campagne d'Allemagne, 40 seulement sont partis en février 1813. En 1814, le département doit fournir 4867 hommes, dont 2667 de la classe 1815 (c'est le département le plus imposé sur cette classe après la Seine), entre le 29 janvier et le 8 février 1814; 136 seulement sont en route au 10 février. On est loin de l'enthousiasme guerrier des premiers temps de la Révolution! Dans nos montagnes, la désertion est favorisée par le terrain et la présence de forêts où se cacher, mais aussi par les traditions de travail itinérant (maçons, scieurs de long, journaliers...) qui justifient des absences intermittentes; les autorités locales ferment souvent les yeux afin de ne pas se mettre en porte-à-faux avec leurs administrés.

Cependant, il était possible d'échapper à l'enrôlement. Le 7 juillet 1807, Michel Bonhomme, conscrit de la classe 1808, natif de Saint-Sandoux, est réformé par le Conseil de recrutement du Puy-de-Dôme, pour cicatrice adhérente au tibia de la jambe gauche. Le 7 octobre 1808, un autre sandolien, François Cisterne, "taille d'un mètre 634 millimètres, cheveux noirs, sourcils de même couleur, yeux gris, front large, nez bien fait, bouche petite, menton rond visage plein, teint bon", est réformé définitivement par le conseil de recrutement du Puy-de-Dôme, en raison de la situation de son vieux père; comme il est imposable au titre des contributions réunies, il doit verser son écot dans la caisse du receveur de l'arrondissement de Clermont, car, à défaut de payer l'impôt du sang, les exemptés s'acquittent au moyen d'espèces sonnantes et trébuchantes.

On ne saurait clore ces quelques phrases relatives à la guerre sans dire un mot des prisonniers étrangers. Ceux-ci furent nombreux dès les guerres de la Révolution. Un grand nombre d'entre eux furent amenés en Auvergne, loin des frontières. Ils y étaient plutôt bien traités et jouissaient même d'une demi liberté. Certains se livraient à divers travaux qui concurrençaient parfois les autochtones, non sans soulever une certaine animosité parmi ces derniers. Beaucoup s'habituèrent à la vie en France, quelques-uns s'y établirent définitivement et les autres ramenèrent dans leur patrie, notamment en Espagne, des ferments d'esprit révolutionnaire. La dépouille mortelle d'un prisonnier espagnol, domestique d'un châtelain, fut même naturalisée à Montbrison où elle se trouvait encore il y a quelques années! Tous ces prisonniers, affaiblis par les privations, au cours du long chemin qu'ils avaient parcouru pour parvenir à leur lieu de détention, n'étaient pas en bonne santé; beaucoup mouraient pendant leur détention et propageaient des épidémies.
. 

Évolution démographique: sous l'Empire, selon les statistiques de 1806, on compte 1584 habitants à Saint-Sandoux, dont la population continue d'augmenter. En France, à cette époque, la croissance démographique a d'abord été encouragée par l'accès des couches populaires à un nouveau statut social grâce à la Révolution. Cette évolution a été contrariée par les guerres mais s'est poursuivie sous le Consulat puis sous l'Empire, avec des hauts et des bas; des hauts pendant les époques de paix et des bas en temps de guerre: rupture de la paix d'Amiens, 1805, 1807 et surtout après la campagne de Russie en 1813. Vers la fin de l'Empire, on assiste à une flambée des mariages les jeunes gens s'efforçant ainsi d'échapper à la conscription. L'espérance de vie moyenne de la population française, en grande partie à cause des guerres, ne dépasse pas la trentaine. 
.
Le 18 septembre 1809, le Conseil municipal se réunit pour examiner une demande de translation du cimetière déposée par le sieur Tourres qui se plaint des nuisances du champ des morts et offre un nouvel emplacement. La question du déplacement du cimetière a déjà été évoquée, mais aucun lieu convenable n'a été trouvé. Celui qui est proposé par Tourres est estimé inapproprié et sa requête, jugée sans fondement, est repoussée. Faut-il y voir une décision guidée par l'esprit de parti? Tourres est-il l'ancien maire de l'époque révolutionnaire? Peut-être. Un François Tourres est également notaire à la même époque.

Léger de la Rochette, curé de St-Sandoux, décède le 24 octobre 1809, à l'âge de 72 ans.

Dans la "Géographie-physique de Desmarest - Encyclopédie méthodique", publiée en 1809, il est fait état de la présence de boules basaltiques sur le mont de Tilly, butte de Saint-Sandoux.
.

Voici la notice que Dulaure a consacré à Saint-Sandoux vers cette époque dans sa Description des principaux lieux de France 
. 
Saint-Sandoux, situé au nord, à une lieue et demi de Champeix, est un village remarquable par sa chaussée de basalte; les colonnes prismatiques, loin d'être verticales comme elles le sont le plus ordinairement, divergent comme les rayons d'une gloire. M. Desmarets a donné dans l'Encyclopédie la gravure de cette roche singulière; mais il l'a présentée avec plus de régularité qu'elle n'est dans la nature.
.
Le 26 février 1813, le maire Girard délivre un curieux certificat d'existence à Aglaée, Françoise, Emmanuelle, épouse du marquis François Antoine de Montaignac, ancien émigré. Ce sera l'un de ses derniers actes comme maire. En effet, le 20 mars suivant, Monsieur de Montaignac, est nommé maire de la commune, et Antoine Girard, ci-devant maire, est nommé adjoint, conformément à l'arrêté daté du 1er mars du préfet; ils prêtent l'un et l'autre les serments prescrits par le senatus consulte du 28 floréal an 12, devant les membres du Conseil municipal Charles Gauthier, Michel Brionnet, François Juilhard, Antoine Courtial, François Amable Martin, Diéry Bernard, Sandoux Maulhiat, Joseph Julhiard, Pierre Gauthier, Joseph Rives et Michel Gauthier Mage. Après la retraite de Russie, l'Empire vacille et Napoléon cherche peut-être à se concilier encore davantage la noblesse d'Ancien Régime.
.
Le certificat de vie de Madame de Montaignac signé par le maire Girard au début de 1813
.
En 1814, Napoléon est contraint d'abdiquer à Fontainebleau. Louis XVIII retrouve le trône de ses pères et de son frère, Louis XVI, le roi décapité vingt et un ans plus tôt. Mais la position des Bourbons, que l'on dit revenus dans les fourgons de l'étranger, est d'autant plus fragile que leurs partisans multiplient les maladresses et inquiètent les nombreux et influents profiteurs de la Révolution. Le 1er mars 1815, après avoir quitté son dérisoire royaume de l'île d'Elbe, Napoléon débarque dans les environs de Vallauris. Sa marche irrésistible vers Paris s'accomplit sans tirer un coup de fusil. Les soldats que l'on envoie contre lui grossisent les rangs du millier d'hommes, sans canon, qui l'accompagnaient initialement.

Le 21 mai 1815, les citoyens actifs de la commune de Saint-Sandoux sont convoqués par affichage du décret impérial du 30 avril ainsi que par un prône du curé, pendant la messe du dimanche; ils s'assemblent dans l'église paroissiale. Antoine Girard, notaire, adjoint de la commune, prend la parole pour expliquer à l'assistance l'objet de la convocation et lire le décret impérial du 30 avril, la loi du 14 décembre 1789, ainsi que l'instruction de l'Assemblée nationale annexée à la-dite loi, à l'effet de procéder à l'élection du maire et de son adjoint. L'Empereur a jeté du lest, sous l'influence du républicain Benjamin Constant, les maires sont à nouveau élus, comme sous les assemblées révolutionnaires, mais ils ne le sont pas au suffrage universel, seuls les citoyens actifs acquittant un minimum d'impôt ont voix au chapitre. Le sieur Jean-Baptise Lachenal est invité à exercer les fonctions de président et Blaize Brionnet, le plus jeune de l'assemblée, celle de secrétaire; les trois plus anciens d'âge après lui: Joseph Laurent, Jean Julhiard et Jean Gauthier sont nommés scrutateurs; tous acceptent leurs fonctions. Après désignation d'un président, l'assemblée primaire entre en séance. Le notaire Antoine Girard est élu maire et Michel Gauthier est élu adjoint. Le 31 mai 1815, le sieur Morin Pannetier, juge de paix du canton de Saint-Amant Tallende, commissaire désigné par arrêté du sous-préfet daté du 24 du même mois, se déplace dans la maison commune de Saint-Sandoux pour y procéder à l'installation de la municipalité. Il y trouve Antoine Girard et Michel Gauthier. Il leur lit l'arrêté du sous-préfet, constate qu'il ne s'élève aucune objection contre leur nomination et fait prêter individuellement, aux deux élus, le serment d'obéissance aux constitutions de l'Empire et de fidélité à l'Empereur. Cette nouvelle municipalité ne durera pas longtemps; une quinzaine de jours plus tard, le 18 juin, la défaite de Waterloo, sonnera le glas des Cent jours.

Après Waterloo, les alliés, Anglais, Russes, Autrichiens et Prussiens, occupent une grande partie de la France pendant plusieurs années. La libération de notre pays est obtenue, avant terme, grâce à l'amitié qui lie le tsar à notre Premier ministre de l'époque, le duc de Richelieu, qui a été gouverneur de Crimée pendant l'émigration. L'Auvergne n'échappe pas à cette pesante tutelle. Une garnison autrichienne s'installe aux Martres-de-Veyre; le fait est attesté par les historiens (notamment André-Georges Manry). D'après une tradition familiale, des soldats russes seraient même venus à Saint-Sandoux; en fait, ces Russes étaient probablement des Autrichiens, mais les paysans qualifiaient alors indifféremment ces hôtes importuns de Cosaques. Ils auraient couché chez mes ancêtres et ils leur auraient laissé en partant un cadeau dans les draps: pas la petite commission, la grosse!*

* Après la seconde abdication de Napoléon, en 1815, le 4ème régiment d'artillerie à cheval, commandé par le colonel Noël, cantonna, pendant quelques temps, à Saint-Amant: "Le régiment fut alors envoyé à Saint-Amand, petite ville à trois lieues de Clermont, où nous fûmes bien reçus par les habitants" Colonel Noël - Souvenirs militaires d'un officier du premier Empire (1792-1832) - Librairie des Deux Empires - 1999.
.
Quelques remarques concernant l'église de Saint-Sandoux 

Selon Ambroise Tardieu, une église romane fut édifiée à Saint-Sandoux au 11ème siècle. L'édifice religieux roman fit l'objet de modifications au 18ème siècle. 

Selon la notice de présentation de la Communauté de communes "Les Cheires", que l'on peut consulter sur la place des Forts, là où se trouvait autrefois l'ancien "poids de ville", le clocher-donjon crénelé de l'église est détruit à la Révolution. Il s'agit certainement de la tour carrée que l'on aperçoit sur le dessin de Revel daté de 1450. Il représentait, aux yeux des autorités de l'époque, un insupportable témoignage de l'époque féodale. 

D'après les archives municipales, le 16 janvier 1812, une réunion se tint, en présence du maire de Saint-Amant, délégué du sous-préfet, afin d'examiner l'état de l'église et de trouver un local propre à l'établissement d'un presbytère. L'église était en bon état mais sa capacité s'avérait insuffisante, compte tenu de l'importance de la population du village (plus de 1500 habitants, voir ci-dessus). Le maire proposa d'utiliser, pour l'agrandir, un local vacant qui la jouxtait et qui servait autrefois de sacristie. Il suffisait de rouvrir la porte de communication qui était maintenant bouchée. Le local pourrait être converti en chapelle et un autel y serait élevé. Le coût de l'ensemble des travaux fut estimé à 2720 francs par François Botte, maçon en la commune. La moitié de cette somme pouvait être apportée par les habitants, un quart par prestation en nature et l'autre quart au moyen d'un impôt extraordinaire. Les prestations, une survivance de la corvée, restèrent en vigueur jusqu'après la seconde guerre mondiale; elles permettaient aux habitants du village, où le numéraire était autrefois rare, d'acquitter une partie des impôts locaux en participant à des travaux d'intérêt public. 

L'église fut à nouveau modifiée, au 19ème siècle, sans doute dans le but de l'agrandir. C'est à la fin de ce siècle que la croix qui domine le clocher actuel fut posée, dit-on par le forgeron du village. Jusqu'à une époque récente un câble de paratonnerre rustique descendait de ce clocher jusqu'au sol, à droite de l'escalier conduisant à la porte d'entrée située à l'ouest de l'édifice; ce dispositif a été depuis modernisé



Principales sources de cette page:
- J. A. Dulaure: Description des principaux lieux de France - Chez Lelay - Paris - 1789
- L. A. Pitou: Voyage à Cayenne - Chez l'auteur - Paris - 1807
- André-Georges Manry: Histoire d'Auvergne - Éditions Volcans - 1965
- Francisque Mège: Les Cahiers des paroisses d'Auvergne en 1789 - Mégariotis Reprint - Genève - 1979
- Jean Anglade: Les Grandes Heures de l'Auvergne - Perrin - 1984
- Pierre Miquel: La Grande Révolution - Collection marabout université - Plon - 1988
- Archives municipales
- Archiprêtré de Merdogne - La paroisse de Saint-Sandoux - Association du Site de Gergovie.


Aller à:                            Page précédente         Page suivante         Sommaire

Naviguez sur l'ensemble du site de Jean Dif:
Accueil     Logiciels     Textes     Images     Musique